Close

La nouvelle orthographe

Micro-nouvelle d'Ian C. Nelson

Ian C Nelson 678

Jean-Christophe est vétilleux en ce qui concerne l’orthographe. En 1989, il eut son premier rictus quand on a osé suggérer une orthographe rectifiée.

Le miroir surpris

Ian C Nelson 965

Le miroir dans la chambre de Ghislain avait tout vu. Depuis le début, il lui reflétait même son prénom qui veut dire « otage et doux ami ».

Le Pèlerinage

Ian C Nelson 1922

D’abord Murielle voulait changer son prénom. La Sainte Muriel qui se fête le 25 août, jour de sa naissance, avait deux inconvénients pour elle.

Une pièce de théâtre ancrée dans la réalité des aînés

Bon débarras de Madeleine Blais-Dahlem à St-Denis

Ian C Nelson 4833

ST-DENIS - Bon débarras est le titre évocateur d’une pièce de Madeleine Blais-Dahlem qui touche à des sujets personnels qui tiraillent souvent des gens de l’âge d’or : la décision de déménager pour des raisons de santé et la question de la ferme que l’on abandonne ou que l’on essaie de passer à une nouvelle génération.

Straight Jacket Winter à Saskatoon: une soirée intime et magique

Ian C Nelson 3654

Une partie de l’émerveillement réside dans les conceptions sonore et visuelle qui transgressent la ligne usuelle entre le jeu et la technique, car Duquette et Poulin-Denis partagent la scène avec les interprètes en leur fournissant de la musique sur vinyle, des appels cellulaires, des accessoires et un écran où la suite des images se fait simplement à la main,  à la vue du public.

Ma Irma: un dédale psychologique

Première production de la nouvelle saison à La Troupe du Jour

Ian C Nelson 4222

Le 23 septembre, La Troupe du Jour lançait sa nouvelle saison avec la première mondiale de la version francophone de Ma Irma (Oh My Irma) de la dramaturge Haley McGee. Marie-Claire Marcotte réussit une performance on ne peut plus dynamique et nuancée dans le grand jeu de déséquilibre de cette pièce. 

 

La Falaise; ou, Comment choisir une carrière

Ian C Nelson 1398

Blaise cherchait une carrière. Il voulait avoir un but précis quand il allait choisir ses premiers cours à la faculté.  Il habitait un petit village sur la rive gauche d’un fleuve qui portait un nom amérindien un peu déformé par la langue inflexible des conquérants malgré leur recours à l’alcool  pour supporter la vie dans un pays tellement sauvage.

RSS

Navigation du site

Categories

Back To Top