Close
Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Une nouvelle époque s’ouvre pour le Collège Mathieu qui vient de renouveler sa charte le 17 août. Alors que l’Église catholique ne sera plus représentée dans le conseil d’administration de l’établissement, la nouvelle loi veut faire plus de place à la jeunesse et aux femmes, ainsi qu’à certaines compétences clés. 

Le Collège Mathieu vit un moment historique. Après 46 ans d’attente, l'établissement centenaire se dote d’une nouvelle charte pour s’élever à la hauteur des aspirations des Fransaskois.

Premier changement notable, la Conférence des évêques catholiques de la Saskatchewan n’aura plus à désigner un représentant au sein du conseil d’administration (CA) de l’institution postsecondaire.

Le Collège Mathieu n’est plus catholique

Le Collège Mathieu émane en effet de l’Église catholique. Le clergé s’étant retiré en 1976, ce sont les laïcs qui ont repris son administration. Les religieux ont, cependant, continué à être représentés au sein du CA depuis ce temps.

Francis Kasongo, directeur général de l’établissement, se félicite de ce changement : « Le Collège Mathieu n’est plus catholique. Il s’est laïcisé à 100 %, assure-t-il. Nous sommes tournés vers l’avenir, et l’avenir est prometteur. »

Le responsable, qui a pris à bras-le-corps le dossier du renouvellement de la Charte en arrivant à la tête de l’institution il y a dix ans, affirme qu’il n’y a pas eu de résistance à ce projet de la part de la Conférence des évêques catholiques de la Saskatchewan.

Francis Kasongo, directeur général du Collège Mathieu
Francis Kasongo, directeur général du Collège Mathieu Photo: Alexandre Daubisse

« Pour des raisons de civilité, nous avons adressé une lettre à l’évêque pour l’informer du changement, même si leur représentant au sein du CA était en charge de relier l’information au niveau de la Conférence. On n’a pas eu de retour. Mais comme on dit souvent, qui ne dit mot consent », lance, tout sourire, le directeur général du Collège Mathieu.

De nouveaux critères

L’autre grande avancée de la nouvelle Charte du Collège Mathieu concerne la représentation qui ne se fera plus par zone géographique, mais par champs d’expertise et d’expérience.

Le CA actuel est constitué de neuf membres choisis afin d’assurer l’équilibre régional : quatre représentants sont issus de Regina, de Saskatoon, de Gravelbourg et de Prince Albert, un représentant est sans territoire fixe et un autre représentant est désigné d’office.

Les trois membres restants représentent la Conférence des évêques catholiques de la Saskatchewan, l’Amicale du Collège Mathieu et l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF).

La nouveauté réside dans le fait que les futurs membres devront avoir un lien direct avec les programmes d’enseignement dispensés par l’établissement.

« La priorité sera accordée à ceux qui ont une expérience dans le médical, l’éducation, la petite enfance, le marketing, les finances, les médias, ainsi que les métiers de la soudure et de la construction », précise à cet égard Francis Kasongo.

Une meilleure représentativité

Au niveau des champs de compétences, la nouvelle charte prévoit un représentant désigné par un organisme autre que l’Assemblée communautaire fransaskoise, laquelle assume un rôle éminemment politique. 

« Il y a des organismes communautaires qui portent le mandat du développement économique ou celui de la santé. Ils peuvent déléguer une personne en mesure d’apporter d’autres dimensions à notre CA », poursuit le directeur général.

Ce n’est pas tout, puisque le CA, dont la moyenne d’âge actuelle est de 70 ans et dont aucune femme n’est membre permanent, ambitionne de faire de la place à la jeunesse et vise l’équité hommes-femmes.

« La société fransaskoise est une communauté de plus en plus diversifiée. Notre souhait est d’avoir une diversité au sein du CA : des hommes, des femmes, des jeunes, un représentant des étudiants, et respecter les genres », indique Francis Kasongo.

Des élections à venir

Une assemblée générale est prévue le 11 octobre en vue d’élire les neuf membres du nouveau CA, conformément à la nouvelle charte.

« S’il y a neuf candidatures, l’opération sera simple, vu que c’est le nombre qu’il faut pour pourvoir les postes prévus par la nouvelle charte. S’il y a plus de candidatures, les membres sortants de l’actuel CA donneront leurs voix pour élire leurs successeurs », détaille Francis Kasongo. 

Ce dernier affirme que la tâche a été ardue, tant il fallait convaincre le ministère de l’Enseignement supérieur des changements techniques à introduire : « Il y a eu pas mal de réunions, d’échanges et de changements de versions avant d’aboutir au texte final », confie-t-il.

C’est la raison pour laquelle la direction du Collège Mathieu a attendu le 17 août pour rendre public le renouvellement de sa charte, qui avait pourtant obtenu l’assentiment royal le 18 mai dernier, après son adoption par l’Assemblée législative de la Saskatchewan.

« On attendait de recevoir la version imprimée pour vérifier, contre-vérifier et faire le suivi. Puis, juin c’était la fin de l’année académique, juillet, les vacances. On s'est dit que le mieux serait d’émettre un communiqué vers la rentrée scolaire », justifie Francis Kasongo.

Une laïcisation bienvenue 

Cette nouvelle ère a aussi été rendue possible grâce aux efforts et démarches politiques entrepris par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF).

« Nous avions eu beaucoup de rencontres avec les députés provinciaux, souligne Denis Simard, président de l’ACF. Nous avons parlé à chacun de l’importance du renouvellement de la charte, pour que ce projet de loi privée puisse passer à l’Assemblée législative. » 

Le porte-parole indique que l’ACF a multiplié les interventions et les rencontres politiques depuis un an afin de « s’assurer que cette idée du renouvellement de la Charte du Collège Mathieu ne soit pas oubliée ».

Denis Simard estime que cette actualisation de la charte permet au collège de « s’éloigner de la notion religieuse et de jouer pleinement son rôle éducatif neutre ».

« On va s’assurer que tous les gens qui composent la communauté fransaskoise, quelles que soient leurs religions ou leurs souches, puissent se retrouver au Collège Mathieu et se sentir bien », promet-il.

Le président de l’ACF espère trouver dans le futur conseil d’administration « des gens experts dans des domaines en rapport avec les besoins du Collège Mathieu ».

Les Fransaskois s’estimant aptes à servir l’établissement dans les conditions évoquées par la nouvelle charte sont invités à adresser leur candidature à la direction par courriel via l’adresse direction@collegemathieu.sk.ca .

Article précédent Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois
Prochain article Le Conseil culturel fransaskois plus près des écoles
Imprimer
688

Autres nouvelles - Éducation

Une fenêtre s’ouvre entre les ainés et l’école Boréale à Ponteix

Une fenêtre s’ouvre entre les ainés et l’école Boréale à Ponteix

L’école Boréale a ainsi pu donner un nouveau souffle à sa collaboration communautaire avec le Foyer Saint-Joseph de Ponteix :

 

21 janvier 2021/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (12182)/Commentaires (0)/
Addison Shyluk, jeune Fransaskoise passionnée, lauréate d’un concours international

Addison Shyluk, jeune Fransaskoise passionnée, lauréate d’un concours international

Addison Shyluk, élève en 11e année à l’École canadienne-française de Saskatoon, Pavillon Gustave-Dubois, vient de remporter le concours international Ma minute francophone.

18 décembre 2020/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (12260)/Commentaires (0)/
Infrastructures scolaires à Saskatoon : un sondage confirme les besoins

Infrastructures scolaires à Saskatoon : un sondage confirme les besoins

Alors que Regina a obtenu l’aval du gouvernement pour le financement de nouveaux espaces scolaires, Saskatoon et Prince Albert attendent toujours. Le Comité vision des espaces scolaires francophones à Saskatoon, créé en juin 2020, a consulté la communauté pour identifier les besoins dans la ville des ponts.

11 décembre 2020/Auteur: Arthur Béague/Nombre de vues (13111)/Commentaires (0)/
Ma thèse en 180 secondes : trois Fransaskois dans la course

Ma thèse en 180 secondes : trois Fransaskois dans la course

L’Association francophone pour le savoir propose à des étudiants, via son concours Ma thèse en 180 secondes, de présenter leur sujet de recherche en termes simples à un auditoire. Le défi : exposer de façon claire, concise et convaincante un projet d’envergure en trois minutes.

14 novembre 2020/Auteur: Leslie Diaz/Nombre de vues (11433)/Commentaires (0)/
Alpha Barry réélu pour un deuxième mandat

Alpha Barry réélu pour un deuxième mandat

Entretien avec Alpha Barry, été réélu au poste de conseiller scolaire pour la région scolaire n°3 incluant Regina et Moose Jaw. Celui qui est aussi président du Conseil scolaire fransaskois l’a emporté avec 70 % des voix face à son adversaire Siriki Diabagaté.

11 novembre 2020/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (11014)/Commentaires (0)/
Liberté académique : la parole aux universités de l’Ouest

Liberté académique : la parole aux universités de l’Ouest

Les établissements universitaires de l’Ouest du pays ont des outils en place pour assurer la liberté académique de leurs professeurs tout en assurant un traitement rigoureux des plaintes des étudiants.

7 novembre 2020/Auteur: Marie-Paule Berthiaume (Initiative de journalisme local – APF - Ouest)/Nombre de vues (12131)/Commentaires (0)/
Les professeurs de moins en moins protégés dans leur liberté universitaire

Les professeurs de moins en moins protégés dans leur liberté universitaire

Selon un nouveau sondage Léger, près de la moitié des Canadiens sont au courant de la récente controverse à l’Université d’Ottawa, et plus de la moitié ont tendance à soutenir la professeure ayant prononcé le «mot en n» dans le cadre de son cours Art and Gender plutôt que les étudiants.

7 novembre 2020/Auteur: Marie-Paule Berthiaume (Francopresse)/Nombre de vues (10678)/Commentaires (0)/
Campus Saint-Jean : vers une intervention fédérale?

Campus Saint-Jean : vers une intervention fédérale?

La ministre Mélanie Joly invite le gouvernement de l’Alberta à annuler sa décision de couper le financement du campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, dans une lettre adressée au premier ministre de la province, Jason Kenney.

1 novembre 2020/Auteur: Bruno Cournoyer Paquin (Francopresse)/Nombre de vues (13231)/Commentaires (0)/
Débats corsés entre les candidats au poste de conseiller scolaire

Débats corsés entre les candidats au poste de conseiller scolaire

C'est un premier débat radiophonique parfois houleux qui a eu lieu le 20 octobre entre Alpha Barry et Siriki Diabagaté, les deux prétendants au poste de conseiller scolaire de Regina.

23 octobre 2020/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (10125)/Commentaires (0)/
Professeure suspendue à l’Ud'O : «deux principes à réconcilier», selon le recteur

Professeure suspendue à l’Ud'O : «deux principes à réconcilier», selon le recteur

LE DROIT (Ontario) – Le débat autour de la suspension d’une professeure de l’Université d’Ottawa pour avoir utilisé le mot «n**ger» continue de faire rage.

21 octobre 2020/Auteur: Daniel LeBlanc e)t Julien Paquette (Le Droit)/Nombre de vues (11751)/Commentaires (0)/
Course électorale au CSF: continuité ou changement ?

Course électorale au CSF: continuité ou changement ?

Les parents fransaskois de Regina et Saskatoon seront appelés aux urnes le 28 octobre pour choisir leur conseiller scolaire dans le cadre des élections générales du Conseil scolaire fransaskois.

15 octobre 2020/Auteur: Estelle Bonetto/Nombre de vues (12363)/Commentaires (0)/
Les écoles fransaskoises réussissent leur rentrée malgré la pandémie

Les écoles fransaskoises réussissent leur rentrée malgré la pandémie

Rentrée scolaire

La rentrée scolaire fransaskoise a eu lieu du 8 au 11 septembre partout dans la province. L’eau vive s’est entretenue avec quelques parents pour faire le bilan d’une semaine riche en émotions.

17 septembre 2020/Auteur: Estelle Bonetto/Nombre de vues (12227)/Commentaires (0)/
Des pistes de réflexion pour financer l’éducation postsecondaire francophone

Des pistes de réflexion pour financer l’éducation postsecondaire francophone

La récente victoire du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSFCB) en Cour suprême laisse présager une possible expansion de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

28 août 2020/Auteur: Bruno Cournoyer Paquin (Francopresse)/Nombre de vues (12910)/Commentaires (0)/
Quand on l’attaque, la francophonie contre-attaque

Quand on l’attaque, la francophonie contre-attaque

Le Franco (Alberta) – L’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) promet une phase II de la campagne «Sauvons Saint-Jean» dès la rentrée. L’appel à des manifestations et une action en justice sont sur la table. 

24 août 2020/Auteur: Geoffrey Gaye (Le Franco)/Nombre de vues (14798)/Commentaires (0)/
Rentrée scolaire : des parents se confient

Rentrée scolaire : des parents se confient

Une rentrée sous le signe de la fébrilité et de la solidarité

À quelques semaines du jour J, beaucoup d’interrogations subsistent. Tantôt confiants, tantôt inquiets, plusieurs parents fransaskois se sont confiés à l’Eau vive.

20 août 2020/Auteur: Estelle Bonetto/Nombre de vues (12107)/Commentaires (0)/
RSS
124678910Dernière

 

Nouvelles et blogue du

Conseil des
écoles
fransaskoises

Nouvelles du CÉF

Camp Voyageur

Le CÉF rappelle aux familles qu'il est partenaire de l’édition 2022 du Camp Voyageur, organisé par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF). Ce partenariat permet aux familles des écoles fransaskoises de profiter d’un rabais de 15% sur les...

Camp Voyageur

Le CÉF rappelle aux familles qu'il est partenaire de l’édition 2022 du Camp Voyageur, organisé par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF). Ce partenariat permet aux familles des écoles fransaskoises de profiter d’un rabais de 15% sur les...
124678910Dernière

Le CEF sur Facebook


Back To Top