Skip Navigation
Une pionnière de l’enseignement des arts industriels récompensée
Estelle Bonetto

Une pionnière de l’enseignement des arts industriels récompensée

L’année 2022 s’est bien terminée pour la Fransaskoise Julie Lemire qui s’est vu remettre, le 4 novembre, le Saskatchewan Youth Apprenticeship (SYA) Champion Award, un prix qui souligne les réalisations exceptionnelles d’enseignants du secteur des arts industriels de la province.

Originaire de Prince Albert, Julie Lemire compte une trentaine d’années d’enseignement des arts pratiques et appliqués. Si elle a fait de l’éducation auprès des jeunes du secondaire la pierre angulaire de sa carrière, elle s’est aussi largement impliquée dans son corps de métier en devenant notamment la première femme présidente de la Saskatchewan Industrial Arts Educators Association.

Aujourd’hui à la retraite, la Fransaskoise a su, à force de dévouement, de détermination et de passion, briser le plafond de verre. Rencontre avec une précurseur qui a ouvert la voie.

Image
Des élèves de Julie Lemire à l’école secondaire O’Neill de Regina Crédit: Courtoisie

Que représente le prix qui vous a été décerné en hommage à votre contribution exceptionnelle au secteur des arts pratiques et appliqués en Saskatchewan ?

J’ai été pas mal surprise ! Ce prix est une reconnaissance que j’apprécie beaucoup, car des fois c’est difficile d’être une minorité !

Vous êtes en quelque sorte une double minorité, à la fois francophone et femme dans un milieu à prédominance masculine ?

Oui ! À la fin des années 1980, on était seulement trois enseignantes des arts industriels au Canada : une vivait à Vancouver, l’autre en Ontario et moi en Saskatchewan. Je m’étais inscrite au Women in Trades and Technology, un regroupement de femmes qui travaillaient dans les métiers pour connaître d’autres femmes qui vivaient la même expérience.

Comment avez-vous réussi à briser ce fameux plafond de verre ?

J’ai mis sur pied des programmes pour encourager les femmes et les filles à entrer dans les métiers non traditionnels, comme la menuiserie ou la mécanique. Dans les années 1990, j’ai participé à un co-pilote à Balgonie, puis à Regina. Ça s’appelait Construction Technology for Women pour les filles de la 10e à la 12e année.

Diriez-vous que les choses ont évolué depuis les débuts de votre carrière ?

À partir des années 2000, il y a eu comme un changement dans la société. Maintenant, on voit des femmes dans toutes sortes de métiers. Au début des années 1980, pour voir une femme conduire un autobus, c’était toute une affaire ! L’été dernier, il y avait des travaux devant chez moi, puis c’étaient des jeunes femmes qui conduisaient les grosses machines et on n’en fait pas de quoi !

Qu’est-ce qui motive les jeunes à choisir une carrière dans les arts industriels selon vous ?

Ça fait plus de trente ans que je travaille avec les jeunes et je les ai toujours encouragés dans cette voie. C’est une énorme valeur pour les jeunes. Ça leur donne une plus grande vision sur les possibilités d’emplois. Ça leur permet aussi de découvrir leurs talents et leurs habilités, et d’apprendre à se connaître. Ça bâtit l’estime de soi.

Puis, les programmes d’Arts pratiques et appliqués (APA) au secondaire, c’est très large. On parle de littératie financière, d’entrepreneuriat, c’est toute une gamme, pas juste le bois, la mécanique et la soudure.

Comment vous êtes-vous intéressée à ces métiers ?

Mon père était menuisier, alors je connaissais les outils, je pouvais les identifier et m’en servir, mais jamais je n’aurais imaginé ça comme carrière !

J’ai commencé par un diplôme en horticulture, puis j’ai eu un emploi avec Agriculture Canada, au centre de recherche sur le campus de l’Université de la Saskatchewan. C’est là que j’ai commencé à suivre des cours en éducation.

Plus tard, j’ai obtenu une maîtrise en éducation de l’Université de Regina avec une spécialisation en curriculum et instruction.

En fin de carrière, toujours dans le monde de l’éducation, vous êtes « retournée à la source ». Pouvez-vous nous expliquer comment ?

Effectivement, vers la fin, j’ai travaillé pour les écoles fransaskoises. J’ai été directrice de l’école Père Mercure de North Battleford pendant cinq ans, puis j’ai été conseillère pédagogique au Conseil des écoles fransaskoises.

Le français a toujours été important pour moi. Je suis originaire de Prince Albert, mes parents sont nés en Saskatchewan, on est de fiers Fransaskois, toute la famille parle encore français.

Mes neveux et nièces ont été les premiers à fréquenter l’école Valois de Prince Albert et l’École canadienne-française de Saskatoon. Je suis très contente d’avoir pu finir ma carrière en français, pour redonner à la communauté et rendre hommage à mes parents.

 

Article précédent Près de 16 000 ayants droit : un argument massue pour plus d’écoles fransaskoises
Prochain article Trois minutes pour convaincre
Imprimer
3657

Estelle BonettoEstelle Bonetto

Autres messages par Estelle Bonetto
Contacter l'auteur

Contacter l'auteur

x
Projet de loi C-35 : une demi-victoire pour les garderies francophones

Projet de loi C-35 : une demi-victoire pour les garderies francophones

Organismes et citoyens francophones se sont mobilisés pour appuyer un amendement important du Sénat au projet de loi C-35 sur les services de garde.

25 février 2024/Auteur: Mehdi Jaouhari/Nombre de vues (334)/Commentaires (0)/
L’heure des contes désormais multilingue à la bibliothèque publique de Saskatoon

L’heure des contes désormais multilingue à la bibliothèque publique de Saskatoon

Une nouveauté débarque à la Bibliothèque publique de Saskatoon cette année : l’heure des contes est désormais bilingue.

4 février 2024/Auteur: Leanne Tremblay/Nombre de vues (1061)/Commentaires (0)/
De nouvelles places de garderie à Moose Jaw

De nouvelles places de garderie à Moose Jaw

Le Centre éducatif Pomme d’Api à Moose Jaw vient de recevoir du financement gouvernemental afin d’ouvrir de nouvelles places en français. Une bonne nouvelle pour les parents, mais qui est loin de répondre à la demande. Car sur les 2 349 places en cours de création dans la province, 28 seulement sont dédiées aux Fransaskois.

12 janvier 2024/Auteur: Mehdi Jaouhari/Nombre de vues (1010)/Commentaires (0)/
Vente de l’école du Parc à Regina : un manque à gagner pour les Fransaskois

Vente de l’école du Parc à Regina : un manque à gagner pour les Fransaskois

Fin septembre, les parents fransaskois ont eu la mauvaise surprise d’apprendre que l’école du Parc, solution temporaire en attendant l’ouverture d’un nouvel établissement pour leurs enfants, sera finalement vendue plutôt que conservée. Une déception pour nombre d’entre eux.

31 octobre 2023/Auteur: Ghita Hanane – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (1346)/Commentaires (0)/
Message du directeur général du CÉF

Message du directeur général du CÉF

Message du directeur général du CÉF .

11 septembre 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2422)/Commentaires (0)/
ALLOFrench : la gratuité au service des Canadiens de l'Ouest

ALLOFrench : la gratuité au service des Canadiens de l'Ouest

Projet pilote d'un an, ALLOFrench offre des cours gratuits de français en Saskatchewan et en Alberta du 1er avril 2023 au 31 mars 2024. Réservé aux citoyens canadiens, le programme vise à étendre l'influence du français dans les Prairies.

1 septembre 2023/Auteur: Hélène Lequitte – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (2462)/Commentaires (0)/
Une première pierre pour la nouvelle école francophone de Regina

Une première pierre pour la nouvelle école francophone de Regina

Une cérémonie haute en émotion a eu lieu au 5382, 2e Avenue Nord à Regina, le lieu retenu pour la nouvelle école francophone où les travaux ont officiellement débuté le 29 juin. Une centaine de personnes se sont réunies pour assister à la pose symbolique de la première pierre.

18 juillet 2023/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (2581)/Commentaires (0)/
Mot du directeur général du CEF

Mot du directeur général du CEF

Mot du directeur général du CEF.

5 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2402)/Commentaires (0)/
École St-Isidore

École St-Isidore

École St-Isidore

3 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2408)/Commentaires (0)/
École Notre-Dame-des-Vertus

École Notre-Dame-des-Vertus

Bravo aux élèves de NDV pour les belles chansons à la fête de la Saint-Jean-Baptiste à Zénon Park. 

3 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2469)/Commentaires (0)/
École Père-Mercure

École Père-Mercure

Nos élèves et la communauté se sont rassemblés pour souligner la fin de l'année avec un dîner BBQ et une après-midi de jeux. Merci à tous les parents et membres du personnel qui ont aidé à l'organisation !

3 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2266)/Commentaires (0)/
École de Bellegarde

École de Bellegarde

Le mois de juin a été rempli d’activités !

3 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (1912)/Commentaires (0)/
Dans nos écoles 25 mai au 7 juin 2023

Dans nos écoles 25 mai au 7 juin 2023

Dans nos écoles 25 mai au 7 juin 2023.

6 juin 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (1993)/Commentaires (0)/
Dans nos écoles 11 au 24 mai 2023

Dans nos écoles 11 au 24 mai 2023

Dans nos écoles 11 au 24 mai 2023.

23 mai 2023/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (1567)/Commentaires (0)/
Le postsecondaire en français grand perdant du Plan d’action pour les langues officielles

Le postsecondaire en français grand perdant du Plan d’action pour les langues officielles

Ottawa investit 4,1 milliards de dollars dans le Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028. Si de nouveaux investissements sont prévus notamment en immigration, en immersion et en petite enfance, le gouvernement libéral a brisé sa promesse électorale de financer le postsecondaire en français de manière permanente à raison de 80 millions de dollars par an.

16 mai 2023/Auteur: Inès Lombardo — Francopresse /Nombre de vues (2461)/Commentaires (0)/
RSS
1345678910Dernière

 - lundi 4 mars 2024