Skip Navigation

Face à la pandémie, l’heure est à l’entraide

Face à la pandémie, l’heure est à l’entraide
21279 of views

Balises

Alors que le confinement s’intensifie, l’isolement qui en résulte peut s’avérer difficile pour certaines personnes comme les aînés. Pour nombre de Fransaskois, l’heure est à la solidarité citoyenne.

Pour Marie-France Kenny, aller à l’épicerie ou à la pharmacie pour ses voisins est tout naturel. « J’essaie de faire ce que je peux. Je me dis que si tout le monde fait ça, on va y arriver. Je veux juste qu’on passe à travers cette crise », dit-elle.

Les aînés sont particulièrement contraints en ces temps de confinement. Parce qu'ils sont une population sensible dans la pandémie actuelle, les sorties deviennent synonymes de prises de risque. La situation est d’autant plus difficile pour ceux qui n’ont pas de famille près de chez eux pour les épauler. « Si c’était mes parents, je voudrais que quelqu’un s’en occupe », explique Marie-France Kenny, dont les parents se trouvent à Montréal.

Des aides ponctuelles

Pour le moment, aucun organisme francophone en Saskatchewan n’est en mesure de centraliser ce genre d’aides citoyennes. « Ce sera une réflexion une fois qu’on aura passé la crise », songe la présidente de la Coopérative des publications fransaskoises.

La Fédération des aînés fransaskois (FAF) est en train d’établir le réseau téléphonique Sentinelle qui vient lutter contre l’isolement des personnes âgées. L’organisme en est à l’étape du recrutement des employés : « On est encore en construction, indique Éric Lefol, directeur général. On a une employée en place pour le sud de la province et une employée sera embauchée pour s’occuper du nord. »

En outre, l’initiative Connect’Aînés, qui a démarré en Alberta et qui prend de l’ampleur partout au pays, se met elle aussi en place. Le programme offre des conférences et des discussions de façon régulière via Facebook Live, Zoom ou appels téléphoniques afin de briser l’isolement des aînés. « Dans 6 mois un an, on sera plus avancés », promet le directeur.

Une communauté aidante

En attendant les programmes officiels, Éric Lefol se réjouit de l’entraide informelle qui s’organise : « On a plein d’exemples d’aides individuelles pour les personnes à mobilité réduite ou isolées. On voit beaucoup d’initiatives de personnes dans la communauté pour aider les aînés », perçoit-il.

Cette aide est particulièrement bienvenue dans les petites communautés selon lui : « Les gens se sentent en confiance et continuent à faire des activités. C’est important qu’ils réalisent que personne n’est à l’abri. Comme les réseaux dans les villages sont tissés très serré, ils ont du mal à déconnecter de leurs habitudes. La sensation d’isolement est plus importante dans une petite communauté. »

De son côté, la Fédération provinciale des Fransaskoises publie une liste de conseils afin de « créer une communauté aidante ».


Les conseils de la Fédération provinciale des Fransaskoises pour former une communauté aidante
  • Faire l’épicerie pour les personnes isolées ou confinées
  • Appeler et écouter ses proches
  • Prêter un téléphone, un ordinateur ou une tablette aux personnes isolées, ou enseigner leur utilisation
  • Créer un réseau téléphonique
  • Écrire des lettres
  • Demander aux gens autour de soi leurs besoins

Articles connexes

Pandémie : qu’avons-nous appris ?

Après 75 semaines de pandémie, quelles leçons pouvons-nous tirer de cette expérience collective...

Lire la suite

Étudier en pandémie : les étudiants de La Cité se confient

Le début du semestre d’hiver est l’occasion de revenir sur l'expérience...

Lire la suite

Prendre soin de sa santé mentale durant une pandémie

Avec l’assouplissement des règles de confinement arrivent les divergences de...

Lire la suite

Grippe espagnole et COVID-19, quand l’histoire se répète

Fermeture des lieux publics, rassemblements interdits, quarantaine, port du masque… Ces...

Lire la suite

Quand la pandémie pèse lourd sur notre moral

L’Eau vive s’est entretenue avec Hélène Davis, travailleuse sociale, conseillère et...

Lire la suite

Le monde d’après... Mon vox pop

Au début du mois de mai, j’ai demandé à mes amis et à mes proches de compléter la phrase...

Lire la suite

Des élèves fransaskois se livrent face à la pandémie

Déjà un peu plus d’un mois que les jeunes Fransaskois sont passés de la salle de classe à...

Lire la suite

Confinement: Témoignage de quatre familles d'un océan à l'autre

En plein confinement, comment les parents vivent-ils au quotidien les défis du télétravail et de...

Lire la suite

La Saskatchewan annonce le premier plan de réouverture du Canada

La Saskatchewan est devenue ce 23 avril la première province canadienne à dévoiler un plan de...

Lire la suite

Comment le coronavirus changera-t-il l’aventure et le plein air ?

Réflexions sur l'avenir des voyages après la pandémie.

Lire la suite

Services du CÉF pour l’enfance en difficulté pendant la pandémie

Les Services aux élèves comptent parmi leurs effectifs des orthopédagogues, des orthophonistes...

Lire la suite

Carton vert pour une aînée de Ponteix

PONTEIX - Vert si tout va bien, rouge quand on a besoin d’aide. À Ponteix, la couleur...

Lire la suite

Résot'âges: L’isolement du confinement n’est pas une fatalité

Pour briser l’isolement, la consultante Francine Proulx-Kenzle a proposé, le 2 avril 2020,...

Lire la suite

École à distance : Les élèves du CÉF ont hâte de se brancher

Les élèves du Conseil des écoles fransaskoises pourront suivre leurs cours en ligne dès le 6...

Lire la suite

La compassion, le moment présent et la résilience

Avec la COVID-19, tout a basculé et est bousculé. Nous sommes en deuil de notre routine et de...

Lire la suite