Close
Date de l'événement (aaaa-mm-jj): 2014-09-12 20:30 Importer dans votre agenda
Alexandre Daubisse (EV)
/ Catégories: Arts et culture, Musique, 2014

Indigo Joseph lance son tout premier album

Vendredi 12 septembre au Regina Performing Arts Centre à 20 h.

Les membres d'Indigo Joseph: Eric Tessier, Étienne Fletcher, Byrun Boutin-Maloney et Sean McCannell

Les membres d'Indigo Joseph: Eric Tessier, Étienne Fletcher, Byrun Boutin-Maloney et Sean McCannell

Photo : Indigo Joseph

Aussi surprenant que cela puisse paraître, vu la notoriété et la reconnaissance du public et des critiques dont ils jouissent jusqu’à présent, Indigo Joseph n’avait encore jamais sorti d’album complet. C’est chose faite. Le lancement officiel de leur premier album Collage aura lieu vendredi 12 septembre au Regina Performing Arts Centre à 20 h.

 

Collage comme le dernier morceau de l’album, comme le collage de différentes influences, cultures, langues, histoires, émotions. Collage vous transporte de morceau en morceau, c’est un voyage où chacun vient avec ses bagages et où chacun prend ce qu’il lui plaît.

 

Jusqu’à présent Indigo Joseph avait sorti deux démos ou maquettes (EP ou Extended Play en anglais). La première, enregistrée par leurs soins était trop brouillonne dans la finition, selon eux. La seconde était trop cliniquement propre. Il manquait l’esprit qui anime le groupe devant son public. « On voulait garder certaines imperfections qui donnent l’âme à notre musique. Si c’est pas parfait alors ça veut dire que c’est honnête », explique Byrun Boutin-Maloney, chanteur et multi-instrumentiste du groupe. « Aussi, on voulait briser le stress et s’amuser comme quand on est sur scène où notre interprétation a comme un aspect théâtral. » L’enthousiasme et l’énergie de Byrun, quand il parle de son art, sont communicatifs. On se souvient du concert d’Indigo Joseph lors de Folk Festival sur la rue Scarth à Regina, remplie, en ce dimanche après-midi où ils ont fait danser des dizaines de spectateurs de 4 à 55 ans qui ne pouvaient plus rester immobiles et passifs plus longtemps et ont communié avec le groupe en anglais et en français pendant plus d’une heure de concert.

 

Vitrine d’un savoir-faire

 

Mis à part Others, qui a remporté le CBC Music’s Indie Song of the Summer Competition en été 2013, tous les titres du nouvel album sont des exclusivités. Ces chansons, qui ont été rôdées sur scène, ont fait l’objet d’un travail énorme. Tout est dans les détails. Le groupe a passé des mois à expérimenter « comme un peintre expérimente avec les couleurs mais aussi les textures, la lumière, etc. C’est comme écrire une thèse », décrit Byrun.

 

L’album débute avec le titre Opus III. On reconnaît immédiatement le son Indigo Joseph mais avec quelque chose de nouveau. De plus abouti peut-être.

 

C’est un album où aucun morceau ne se ressemble. « C’était l’un de nos buts », dit Byrun. « Dans une société affectée par le trouble du déficit de l’attention (TDA), il faut capter l’attention de l’auditeur rapidement et un des moyens est de faire un album dont chaque chanson est différente des autres. » Cette variété, cette richesse musicale, c’est aussi la vitrine du savoir-faire d’Indigo Joseph. Vitrine pour les fans et les professionnels. « C’est puissant d’avoir un produit qui nous représente. Il faut convaincre vite. Il faut accrocher les fans. On veut prendre et donner du plaisir à chaque chanson aussi. » Le morceau Simple Minds, par exemple, une balade dont le violon rappelle les chansons traditionnelles irlandaises, est « comme le morceau de gingembre quand on mange du sushi. C’est pour nettoyer le palais et le préparer à d’autres saveurs. Ce morceau fonctionne comme ça sur cet album », explique Byrun.

 

Des ambassadeurs de la francophonie

 

Collage compte trois chansons en français. Comme je remarque que le français semble leur tenir à cœur, Byrun explique « on voulait s’installer durablement en anglais d’abord, se faire un public puis introduire le français. On voulait que les chansons en français soient d’aussi bonne qualité que les chansons en anglais. » En effet, La Balance est l’un des meilleurs morceaux de l’album. Ce sont de bons ambassadeurs de la francophonie dans ce sens. « Le français a permis à Étienne de trouver sa voix », raconte Byrun. Le groupe a du plaisir à pratiquer la langue. « Le français permet de décrire l’émotionnel au mieux. La tradition française permet d’exprimer le ressenti et une forme d’ambiguïté », propose Byrun. Il ajoute « on apprécie le soutien de la communauté francophone. C’est important de vivre notre culture et de garder la tradition en vie. » 

 

À la fin de l’album, un extrait du poème The Love-Song of J. Alfred Prufrock de T.S. Eliot, lu par l’auteur est proposé pendant quelques secondes au cours desquelles la bande-son semble altérée comme si le texte était lu par plusieurs voix. Le poème étant lui-même un collage d’images, d’idées et d’allusions à la littérature grecque, italienne, à Shakespeare et autres, ce morceau résume bien l’esprit qui a animé les membres du groupe pour réaliser cet album riche, varié, intelligent, honnête, abouti.

 

Album intelligent car on s’adapte au fonctionnement de la société et on travaille à faire passer des émotions; album honnête car on ne cherche pas à gommer les imperfections, on joue avec, on les exploite, on s’en nourrit; album abouti parce que le fruit de mois de travail.

 

Indigo Joseph se développe. Ils travaillent maintenant avec un publiciste et un agent artistique. Ils se développent lentement mais sûrement. À la suite du lancement de leur album, Indigo Joseph partira en tournée pendant sept semaines. Ce sera leur 3e tournée, ce sera aussi la plus longue, de Vancouver à Halifax.  

 

Au fil des ans, on a pu écouter, constater l’évolution du groupe, ses explorations. Aujourd’hui, nous avons un produit abouti, nourri de leurs influences et de leurs expériences sur la route et en concert. 

 

Une identité se dégage, une atmosphère unique et immédiatement reconnaissable. 

 

Indigo Joseph a atteint une certaine maturité. Ils ne se cherchent plus. Ils ont trouvé leur son et leur style depuis longtemps. Le groupe est souvent classé indie-rock, et pourquoi pas, ça leur correspond plutôt bien, mais il y a plus que cela. Leur éventail est riche et prometteur. 

 

Allez les écouter sur scène. Vous ne serez pas déçus du voyage. Et si vous revenez avec leur album dans la poche, ce ne sera pas uniquement parce que vous voulez soutenir un groupe de chez nous, non, vous l’aurez acheté parce que c’est bon, tout simplement.

 

Ceux qui souhaiteraient découvrir ou revoir Indigo Joseph sur scène pourront le faire le vendredi 12 septembre au Regina Performing Arts Centre à 20 h 30.


Composition du groupe :

• Byrun Boutin-Maloney (chant, guitare, basse et piano)

• Etienne Fletcher (chant, basse, piano et guitare)

• Sean McCannell (guitare, basse et batterie)

• Eric Tessier (batterie et basse)

 

Indigo Joseph en spectacle

Un extrait de la performance d'Indigo Joseph au Long Day's Night Festival à Swift Current, SK. le 23 juin, 2012.

 

Vidéoclip Others d'Indigo Joseph

 

Imprimer
4333

Navigation du site

Categories

Back To Top