Close
Mychèle Fortin
/ Catégories: Arts et culture, Littérature

Martine Noël-Maw: de passion et d'écriture

Ernest Dufault, alias Will James, est un Québécois d'origine, voleur de bétail, artiste et écrivain, devenu l'incarnation du cowboy d'Hollywood et de l'Ouest américain. Un métier qu'il a appris sur un homestead près de Val Marie. C'est son histoire qu'on retrouve à la Troupe du Jour du 14 au 23 février, avec Will & Ernest. La pièce, signée par l’auteure fransaskoise Martine Noël-Maw, est la première œuvre grand public de l'écrivaine qui a une douzaine de romans à son actif. Le fruit d'une véritable saga.

Tout commence en 2013 lorsque Martine Noël-Maw voit le documentaire de Jacques Godbout, Alias Will James. C'est le coup de cœur. « Pendant cinq ans, j'ai parcouru des milliers de kilomètres, lu des milliers de pages, des dizaines de romans, de biographies... » Elle travaille et cogite sur ce personnage mythique pendant ces années ponctuées d'ateliers, de stages et de bourses du Saskatchewan Arts Board.

C'est lors de la retraite annuelle des écrivains fransaskois de Muenster en 2015 qu'elle écrit Hommage to a hero fragmenté, qui deviendra un monologue dans Will & Ernest. « Parce que j'ai écrit ce monologue, j'ai commencé à voir mon héros sur scène plutôt que dans un film. Quand j'écris un roman, je vois l’action qui se déroule comme dans un film. Mais là, j'ai commencé à voir l’action se dérouler sur scène ».

C'est la même année à Entr'arts, une rencontre formative d'artistes à Banff, que naissent les premières scènes de la pièce. Le reste appartient à l’histoire, pourrait-on dire, mais pas tout à fait. La saga Will James n'est pas encore terminée puisque deux romans sur le héros sont en chantier : un pour adultes, adapté de la pièce, et un pour adolescents, Le secret de Luca.

De Rouyn-Noranda à Regina

Martine Noël-Maw est une décrocheuse qui n'a jamais terminé ses études secondaires. À 18 ans, elle quitte son Abitibi natale pour la métropole afin de devenir mannequin. C'est sa passion pour la littérature qui la pousse à retourner aux études, d'abord au Cégep, puis à l'Université de Montréal. Par la suite, elle devient consultante au sein d'un important cabinet de relations publiques. En 1993, elle débarque à Regina pour occuper un poste chez Financement agricole Canada. 

Venue en Saskatchewan pour le travail et pour perfectionner son anglais, Martine y a trouvé l'amour. L'amour tout court et, aussi, l'amour des Prairies. « La Saskatchewan a vraiment été une révélation pour moi. J'avais toujours voulu écrire. Mais c'est ici, dans la vallée Qu' Appelle, à Fort San, où m'a emmenée Tim [son amoureux], que ça s'est produit. Fort San a été le déclencheur », raconte-t-elle. De ce déclencheur est né son premier roman, Dans le pli des collines, paru en 2004.

Elle reconnaît qu'être écrivaine francophone en milieu minoritaire n'a pas toujours été facile.  « Maintenant, on a le cercle des écrivains à Regina, il y a la retraite  à Muenster. Mais quand j'ai commencé, je ne connaissais absolument personne en Saskatchewan qui écrivait en français. Je me suis jointe à la Saskatchewan's Writers Guild où j'ai connu plein d'auteurs anglophones qui me disaient : ‘Why do you write in Latin, why don't you write in English?’ »

Quand on lui demande si elle aurait écrit si elle était restée au Québec, elle répond que non. « J'étais passionnée par mon travail en relations publiques, je travaillais énormément. Je n'aurais jamais trouvé le temps et l'espace pour écrire ». Le mot « passion » revient souvent dans le discours de Martine : elle est vraiment passionnée par la vie et par son art.  Elle écrit, traduit et édite.

Depuis 2006, l’écrivaine partage son amour de la littérature et de la langue française avec des jeunes en donnant des ateliers. Plusieurs ont débouché sur des romans jeunesse qu'on retrouve dans la collection eSKapade des Éditions de la nouvelle plume. Le dernier en date, Regarde derrière toi !, publié en 2018, est né d'ateliers avec les écoles Ducharme et St-Margaret de Moose Jaw.

Article précédent Comment entrer au Super Bowl sans billet
Prochain article Hommage to a hero fragmenté
Imprimer
2745

Theme picker

 

Navigation du site


Categories

Back To Top