Skip Navigation

Gard’Amis, une garderie en pleine croissance

Le Centre éducatif Gard’Amis, à Regina, dessert la petite enfance depuis 1987. Première garderie francophone de la province, cette coopérative à but non lucratif a même commencé à acquérir des propriétés en 2017 pour répondre aux besoins toujours croissants des familles fransaskoises.

Actuellement, Gard’Amis opère non seulement dans les locaux du Centre scolaire communautaire de Regina, mais aussi dans la Maison éducative Gard’Amis.

Cette maison, convertie en garderie, a permis d’ouvrir 33 places supplémentaires pour la communauté francophone de Regina. Son succès est tel que la coopérative a récemment acheté une deuxième bâtisse, pour laquelle un projet de rénovation est en cours.

Une belle expansion

En 2017, la maison située au 2, Turgeon Crescent était à vendre. Un édifice que l’on peut apercevoir depuis les fenêtres du Centre scolaire communautaire.

Pour Sylvie Gaudreault, directrice du Centre éducatif Gard’Amis depuis une vingtaine d’années, l’occasion était trop belle : « Lorsque la maison a été mise en vente, nous avons fait des blagues sur son acquisition. C’était tellement proche du Centre ! Et puis la maison a été vendue… »

Mais quelques semaines plus tard, l’affiche à vendre a fait son retour : « Nous nous sommes rencontrés en conseil d’administration et avons pris la décision de la visiter et de faire une offre d’achat, se souvient-elle. À ce moment-là, nous n’étions pas certains dans quoi nous nous embarquions, mais nous avions besoin de plus d’espace. »

Une offre bienvenue

À l’époque, Gard’Amis cherchait une solution pour répondre à la liste d’attente qui s’allongeait. « Nous avions des défis incroyables et nous n’arrivions pas à trouver de solutions à l’intérieur des murs de l’école », explique Sylvie Gaudreault. 

La directrice regrettait alors de voir les familles francophones inscrire leurs enfants en milieu anglophone. « Nous savons tous qu’une fois l’enfant adapté à son milieu, le parent est réticent à retirer son enfant pour recommencer l’adaptation et l’intégration ailleurs », souligne-t-elle.

Une fois la décision prise d’acheter la maison, le conseil d’administration a convoqué une assemblée générale exceptionnelle afin de faire voter les membres de la coopérative. Ces derniers ne sont autres que les parents des enfants inscrits au Centre éducatif. Une fois l’achat achevé, les rénovations ont pu débuter.

De maison privée à éducative

Sylvie Gaudreault a contacté le ministère de l’Éducation pour s’informer sur les travaux nécessaires afin de transformer la maison en véritable centre éducatif.

« Au départ, nous voulions un centre préscolaire seulement, mais en cours de route nous avons décidé d’ajouter une pouponnière, confie-t-elle. À la suite de cette décision, nos frais ont changé puisqu’il faut installer un système de gicleurs pour accueillir des poupons. »

Gard’Amis a eu accès à des subventions pour entreprendre ces rénovations. Disposant d’une licence octroyée par le ministère, Gard’Amis doit répondre aux exigences établies par celui-ci.

En plus du système de gicleurs, la coopérative a entre autres ajouté une fenêtre, retiré des murs et adapté l’aménagement paysager.

Julie Pedneault, mère de deux garçons qui fréquentent le Centre, est la présidente actuelle de la coopérative. Elle explique que « la coopérative a aussi fait rezoner la maison avec la ville de Regina pour un usage mixte ».

Les travaux ont commencé au printemps 2018 pour finalement avoir une garderie opérationnelle en janvier 2019. La maison éducative peut aujourd’hui accueillir six poupons de 0 à 18 mois, quinze bambins de 18 à 30 mois et douze enfants préscolaires.

Offrir plus de places

Grâce à l’achat et à la conversion de la maison, Gard’Amis a enfin pu accueillir les familles sur sa liste d’attente. Malgré tout, la création d’un espace physique n’est pas le seul obstacle pour offrir des services à plus de monde.

En effet, la Saskatchewan fait face à un manque de personnel certifié pour travailler dans le secteur de la petite enfance. Ce problème est aussi présent dans les centres anglophones, mais les centres francophones, eux, rencontrent une difficulté supplémentaire puisqu’ils ont besoin d’employés certifiés et bilingues.

Sylvie Gaudreault explique comment la coopérative a surmonté ses défis d’embauche : « Trouver le nombre d’employés nécessaire était ma plus grande crainte. Nous avons la chance d’avoir une équipe stable, mais ça reste un défi quasi quotidien », indique celle qui collabore avec l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) et le Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan (CÉCS).

Le centre emploie aussi à l’international. Pour cela, il faut un permis de travail qui permette aussi d’étudier afin que les employés obtiennent leur certification en petite enfance exigée par le ministère provincial. Un processus « long mais faisable », selon Sylvie Gaudreault.

Aux yeux de la présidente Julie Pedneault, la mission de Gard’Amis est de « prolonger le travail des prédécesseurs tout en innovant et en étant tourné vers l’avenir et les enfants ». La mère de famille espère que les francophones des environs bénéficieront des projets d’expansion de la coopérative.

Article précédent Des Fransaskois étudieront les relations publiques à La Cité à Toronto
Prochain article Message du directeur général du CÉF
Imprimer
4668

Sarah Vennes-Ouellet – IJL-Réseau.PresseSarah Vennes-Ouellet

Autres messages par Sarah Vennes-Ouellet – IJL-Réseau.Presse
Contacter l'auteur

Contacter l'auteur

x
Des pistes de réflexion pour financer l’éducation postsecondaire francophone

Des pistes de réflexion pour financer l’éducation postsecondaire francophone

La récente victoire du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSFCB) en Cour suprême laisse présager une possible expansion de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

28 août 2020/Auteur: Bruno Cournoyer Paquin (Francopresse)/Nombre de vues (15143)/Commentaires (0)/
Quand on l’attaque, la francophonie contre-attaque

Quand on l’attaque, la francophonie contre-attaque

Le Franco (Alberta) – L’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) promet une phase II de la campagne «Sauvons Saint-Jean» dès la rentrée. L’appel à des manifestations et une action en justice sont sur la table. 

24 août 2020/Auteur: Geoffrey Gaye (Le Franco)/Nombre de vues (17857)/Commentaires (0)/
Rentrée scolaire : des parents se confient

Rentrée scolaire : des parents se confient

Une rentrée sous le signe de la fébrilité et de la solidarité

À quelques semaines du jour J, beaucoup d’interrogations subsistent. Tantôt confiants, tantôt inquiets, plusieurs parents fransaskois se sont confiés à l’Eau vive.

20 août 2020/Auteur: Estelle Bonetto/Nombre de vues (15186)/Commentaires (0)/
Dans ce temps-là !

Dans ce temps-là !

À l’époque où j’étais élève à la fin de l’élémentaire, quand arrivait le mois de juin, nous étions assez intenables dans les classes... La fête de la Saint-Jean-Baptiste marquait le début des vacances estivales. Les classes s’étaient terminées la veille et on avait vidé nos pupitres. Plus de devoirs. Plus de leçons. 

16 juillet 2020/Auteur: Michel Vézina/Nombre de vues (21201)/Commentaires (0)/
Les Fransaskois obtiennent enfin une nouvelle école

Les Fransaskois obtiennent enfin une nouvelle école

Après plusieurs années d’attente et une entente de principe avec le gouvernement de la Saskatchewan qui tardait à se concrétiser, une nouvelle école primaire francophone verra finalement le jour dans la capitale provinciale.

13 juillet 2020/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (26817)/Commentaires (0)/
Immersion : Cinquante ans d’une formule éprouvée

Immersion : Cinquante ans d’une formule éprouvée

Le tout premier programme d’immersion en Saskatchewan est apparu à Saskatoon en 1968. Cinquante ans plus tard, ils sont plus de 16 500 à travers la province à se retrouver sur les bancs du programme qui fait de plus en plus d’adeptes.

8 juillet 2020/Auteur: Lucas Pilleri, avec les informations de Diane Lacasse/Nombre de vues (24312)/Commentaires (0)/
Un jardin communautaire à l’école Mgr de Laval à Regina

Un jardin communautaire à l’école Mgr de Laval à Regina

Produire local, le nouveau défi des francophones de Regina

REGINA - LAssociation canadienne-française de Regina a inauguré son tout premier jardin communautaire le 15 juin dernier sur le terrain de l'École Mgr de Laval.

1 juillet 2020/Auteur: Leslie Diaz – Initiative de journalisme local – APF /Nombre de vues (29167)/Commentaires (0)/
Les Fransaskois applaudissent la victoire des parents franco-colombiens en Cour suprême

Les Fransaskois applaudissent la victoire des parents franco-colombiens en Cour suprême

Après 10 ans de lutte judiciaire, la Cour suprême du Canada a tranché en faveur des parents franco-colombiens. Cette décision historique a été chaudement saluée par la communauté fransaskoise.

29 juin 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF/Nombre de vues (25651)/Commentaires (0)/
L’histoire de la fransaskoisie narrée aux jeunes

L’histoire de la fransaskoisie narrée aux jeunes

Ateliers scolaires Gardiens de lys'toire par la Société historique de la Saskatchewan

À travers sa série d’ateliers pédagogiques, la Société historique de la Saskatchewan (SHS) donne vie à l’histoire dans la salle de classe des écoles de la province. 

28 juin 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF/Nombre de vues (26119)/Commentaires (0)/
La pandémie risque de nuire à la francophonie des universités

La pandémie risque de nuire à la francophonie des universités

Les universités francophones du pays misent sur l’inscription d’étudiants internationaux. Les mesures sanitaires en place affecteront directement les inscriptions.

14 juin 2020/Auteur: André Magny (Francopresse)/Nombre de vues (21109)/Commentaires (0)/
Toujours pas de déblocage pour le Campus Saint-Jean

Toujours pas de déblocage pour le Campus Saint-Jean

Trois semaines après que l’Association canadienne-française de l’Alberta a lancé une campagne de mobilisation pour sauver le Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, l’incertitude règne toujours quant à l’avenir de l’établissement.

13 juin 2020/Auteur: Guillaume Deschênes-Thériault – Francopresse /Nombre de vues (22657)/Commentaires (0)/
Conseil des écoles fransaskoises: À vos pupitres, citoyens!

Conseil des écoles fransaskoises: À vos pupitres, citoyens!

Si tout va bien à la rentrée de septembre, le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) ira de l’avant avec un concept nouveau en Saskatchewan, mais qui a fait ses preuves dans d’autres provinces: l’école communautaire citoyenne.

13 juin 2020/Auteur: André Magny (Initiative de journalisme local – APF – Ouest)/Nombre de vues (24101)/Commentaires (0)/
La Cour suprême donne gain de cause aux parents franco-colombiens

La Cour suprême donne gain de cause aux parents franco-colombiens

La Cour suprême du Canada a donné raison aux francophone de la Colombie-Britannique, qui réclame depuis dix ans devant les tribunaux que le système scolaire de langue française soit mis à égalité avec le système anglophone.

12 juin 2020/Auteur: Marc Poirier – Francopresse /Nombre de vues (27892)/Commentaires (0)/
André Moquin, récit vivant de la fransaskoisie

André Moquin, récit vivant de la fransaskoisie

Fils et petit-fils de colons de l’Ouest, André Moquin a œuvré toute sa vie pour l’avancement de l’éducation en français dans sa province.

2 juin 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF /Nombre de vues (29753)/Commentaires (0)/
L'École Mgr de Laval slame ses accents à Regina

L'École Mgr de Laval slame ses accents à Regina

L'école fransaskoise remporte un prix international

Six élèves de la 8e année du Pavillon secondaire des Quatre Vents de l'école de Monseigneur on remporté un des deux Prix du public offerts dans le cadre du concours « Slame tes accents » du Centre de la Francophonie des Amériques.

23 mai 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (27317)/Commentaires (0)/
RSS
Première2345791011Dernière

 - vendredi 19 juillet 2024