Close
Alpha Barry réélu pour un deuxième mandat

Alpha Barry réélu pour un deuxième mandat

Alpha Barry a été réélu au poste de conseiller scolaire pour la région scolaire n°3 incluant Regina et Moose Jaw. Celui qui est aussi président du Conseil scolaire fransaskois l’a emporté avec 70 % des voix face à son adversaire Siriki Diabagaté, avec qui il avait débattu à plusieurs reprises au cours de la campagne. Entretien avec un homme déterminé à faire rayonner l’éducation fransaskoise.

Que signifie pour vous cette réélection ?
Je suis très ravi de revenir en tant que représentant des parents de la région n°3 Régina-Moose Jaw autour de la table du conseil scolaire. Il s'agit d'une confirmation de la confiance renouvelée d'une manière significative. Pour moi, c'est le couronnement des efforts consentis tout le long de mon premier mandat.

D'où vient votre intérêt pour le système scolaire fransaskois ?
Comme parent, naturellement, on veut le meilleur pour ses enfants, et par extension le meilleur pour les enfants d’autrui. Servir les parents de la communauté fransaskoise signifie par défaut être à mon propre service. Il y a aussi l'engagement en tant que citoyen qui m'interpelle. Cela fait partie de mes valeurs. Comme on dit : ''Ça prend tout un village pour éduquer un enfant.'' Ça prend l'engagement de toute la communauté pour éduquer nos enfants. 

Quelles seront vos priorités pour ce deuxième mandat ?
Il y a de nouveaux joueurs autour de la table. J'aimerais rebâtir les relations et créer une équipe forte. Il faut s'unir pour mieux gouverner et trouver comment conjuguer les agendas de tout le monde. Je reviens enthousiaste et l'élève est toujours au cœur de mes priorités.

Quels défis identifiez-vous sur votre route ?
Toujours continuer à bâtir une équipe du conseil scolaire unie, solide, qui parle d’une voix et, en même temps, construire une communauté scolaire et une communauté en général engagées autour d’un même but : une éducation en français langue première de qualité. C’est aussi faciliter l’apprentissage et la transmission de la langue et de la culture et assurer l’avenir des futurs francophones auxquels nous allons pouvoir nous fier pour reprendre le flambeau et gérer les enjeux futurs de leur génération.

Quel est votre plan concernant la sécurité physique et mentale des usagers du système scolaire en temps de pandémie ?
On avait développé un plan par rapport à la reprise de l'école au point de vue sanitaire avec à la fois un volet de santé mentale et un volet académique. Le confinement a engendré des enjeux de retards académiques que certains de nos élèves accusent aujourd’hui. Le personnel enseignant et non enseignant travaille très fort pour réduire cet écart. C'est tout un engagement que de s'assurer que nos écoles soient sécuritaires. Nous voulons offrir des services et des ressources adéquats au personnel et à tous les usagers du système scolaire.

Le budget le permet-il ?
Nous sommes appelés à réajuster notre budget pour réadapter les services et assurer le succès de tous les intervenants. Nous sommes déjà en train de voir la logistique dans l'éventualité où nous serions appelés à nous reconfiner. Par exemple, nous allons peut-être avoir des familles qui vont avoir besoin d'outils informatiques pour faire l'apprentissage à la maison.

Concernant la politique de diversité que vous désirez mettre en œuvre, quelles actions concrètes comptez-vous poser ?
Nous sommes en train de voir avec nos directeurs d'école comment cette politique peut se matérialiser dans un milieu scolaire. C'est tout simplement une politique qui vise à valoriser tout le monde et à assurer à tout le monde un environnement sain. Par exemple, l'équité en employabilité, en donnant la chance aux femmes d'occuper des postes de haute direction et dans la machine décisionnelle. C'est un concept très vaste, mais nous voulons que les gens puissent se sentir libres de vivre leur identité sans avoir peur des réprimandes.

Désirez-vous commenter les propos tenus par votre adversaire Siriki X et sur le fait qu'il a refusé de dénoncer des propos haineux tenus à votre égard sur les réseaux sociaux ?
Je pense que ce qui se passe dans la communauté est très grave. Ça ne relève pas de l'agenda de la civilité d'aller appeler des gens par des noms, de les insulter et de mettre des pressions psychologiques. C'est très regrettable. Je crois que chaque personne dans cette communauté, incluant ma personne, doit se lever et sortir le carton rouge et avoir le courage de dire ''C'est assez''. Je souhaiterais que mon opposant qui s'est présenté comme un leader et comme l'homme de la situation démontre sa capacité de changer vers du positif. Je crois que c'est l'occasion ou jamais.

Cela dit, je suis très optimiste pour l’avenir de la fransaskoisie au vu de sa volonté manifeste des dernières semaines. Je pense que la communauté est en train de montrer son désir de se prendre en main. On apprend à nos enfants à ne pas faire preuve d’intimidation envers leurs prochains, mais la pire forme d'intimidation vient des adultes.

En terminant, avez-vous un mot pour vos électeurs ? 
Un grand merci aux parents. La confiance qui m'est accordée me touche profondément. Je ne tiens pas cela pour acquis. Le résultat est flagrant et parle de lui-même. Il y a du travail à faire et je m'engage à continuer à être un porte-parole à la hauteur des aspirations des parents électeurs de ma région et de toute la communauté scolaire fransaskoise.

Article précédent Liberté académique : la parole aux universités de l’Ouest
Prochain article Ma thèse en 180 secondes : trois Fransaskois dans la course
Imprimer
11014

Autres nouvelles - Éducation

Une pionnière de l’enseignement des arts industriels récompensée

Une pionnière de l’enseignement des arts industriels récompensée

L’année 2022 s’est bien terminée pour la Fransaskoise Julie Lemire qui s’est vu remettre, le 4 novembre, le Saskatchewan Youth Apprenticeship (SYA) Champion Award, un prix qui souligne les réalisations exceptionnelles d’enseignants du secteur des arts industriels de la province.

27 janvier 2023/Auteur: Estelle Bonetto/Nombre de vues (71)/Commentaires (0)/
Près de 16 000 ayants droit : un argument massue pour plus d’écoles fransaskoises

Près de 16 000 ayants droit : un argument massue pour plus d’écoles fransaskoises

En novembre dernier, Statistique Canada a révélé que près de 16 000 jeunes Saskatchewanais étaient admissibles à l’instruction en français en 2021. Pourtant, seulement 2 000 élèves fréquentent les écoles francophones de la province. Des personnalités de la communauté réagissent.

25 janvier 2023/Auteur: Anne-Hélène Mai – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (193)/Commentaires (0)/
Francis Kasongo, un pilier de l’éducation en français

Francis Kasongo, un pilier de l’éducation en français

Le 9 novembre, lors du congrès national du Réseau des cégeps et collèges francophones du Canada (RCCFC) à Montréal, le directeur général du Collège Mathieu Francis Kasongo a reçu le prix Pilier collégial francophone. Cette distinction vient ainsi souligner son travail pour le développement de l’éducation postsecondaire collégiale en français en Saskatchewan. Le fier récipiendaire revient sur son engagement.

25 novembre 2022/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (1678)/Commentaires (0)/
Des bibliothèques communautaires à Regina

Des bibliothèques communautaires à Regina

Dans le cadre de la rentrée des classes, l’Association communautaire fransaskoise de Regina (ACFR), en partenariat avec le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF), a dévoilé trois bibliothèques communautaires extérieures. L’objectif : favoriser le partage de livres et encourager à la lecture en français.

18 octobre 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (776)/Commentaires (0)/
Le Conseil culturel fransaskois plus près des écoles

Le Conseil culturel fransaskois plus près des écoles

En cette période de rentrée, le Conseil culturel fransaskois (CCF) veut resserrer ses liens avec le secteur scolaire. 

29 septembre 2022/Auteur: Leanne Tremblay – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (477)/Commentaires (0)/
Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Une nouvelle époque s’ouvre pour le Collège Mathieu qui vient de renouveler sa charte le 17 août. Alors que l’Église catholique ne sera plus représentée dans le conseil d’administration de l’établissement, la nouvelle loi veut faire plus de place à la jeunesse et aux femmes, ainsi qu’à certaines compétences clés. 

1 septembre 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (684)/Commentaires (0)/
Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse La ministre des Langues officielles et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, Ginette Petitpas Taylor, était en visite le 29 juillet à Regina dans la cadre des consultations pancanadiennes sur les langues officielles entamées en mai dernier. Une visite durant laquelle une annonce de 7,1 millions de dollars a été faite au profit de la Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et du Collège Mathieu.

En évoquant le projet de Loi sur les langues officielles, toujours en cours d’adoption au Parlement, Ginette Petitpas Taylor souligne l’engagement du fédéral à s’assurer que, à l’échelle provinciale, les communautés de langues officielles en situation minoritaire « reçoivent les services et droits nécessaires pour continuer à vivre et à travailler dans leur langue maternelle ».  

12 août 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse /Nombre de vues (798)/Commentaires (0)/
7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

La Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et le Collège Mathieu viennent de bénéficier d’un budget de plus de 7,1 millions de dollars pour la construction, la rénovation et le développement d’espaces éducatifs postsecondaires, mais aussi pour accroître l’offre de programmes qui desservent les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

29 juillet 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (835)/Commentaires (0)/
Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Depuis le 8 juin, le Café le Réseau a ouvert ses portes au sein même de l’école Monseigneur de Laval. Se voulant un lieu de rencontre, l’établissement est une initiative 100 % étudiante qui fait la fierté des jeunes et de leurs enseignants, et le bonheur des clients.

2 juillet 2022/Auteur: Lucas Pilleri – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (633)/Commentaires (0)/
Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joseph, dit Joe, Poirier a passé sa vie à défendre la cause fransaskoise. À 78 ans, il est récompensé pour ce dévouement en recevant, en avril dernier à Ottawa, la Médaille du souverain pour les bénévoles des mains de la gouverneure générale du Canada Mary Simon.

13 mai 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (854)/Commentaires (0)/
La francophonie entre privilèges et marginalisations

La francophonie entre privilèges et marginalisations

Les chercheurs et membres des communautés francophones de l’Ouest et du Canada se sont rassemblés de manière virtuelle dans le cadre du colloque du Centre d’études franco-canadiennes de l’Ouest, organisé par La Cité universitaire francophone de l’Université de Régina.

6 avril 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (1422)/Commentaires (0)/
L’enseignement en français au cœur des débats

L’enseignement en français au cœur des débats

Les collèges et universités francophones en milieu minoritaire font face à d’importants défis partout au Canada.

1 mars 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (2979)/Commentaires (0)/
Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les programmes d’immersion ont augmenté dans les vingt dernières années, mais moins de la moitié des élèves restent jusqu’à l’obtention de leur diplôme.

10 février 2022/Auteur: Ericka Muzzo – Francopresse /Nombre de vues (2668)/Commentaires (0)/
Postsecondaire dans l'Ouest: la demande dépasse l’offre

Postsecondaire dans l'Ouest: la demande dépasse l’offre

Dans l’Ouest canadien, la demande pour des programmes en français est plus élevée que l’offre des établissements postsecondaires. C'est ce qui ressort des États généraux sur le postsecondaire en contexte francophone minoritaire.

8 février 2022/Auteur: Marianne Dépelteau – Francopresse/Nombre de vues (3018)/Commentaires (0)/
La francophonie, parent pauvre du postsecondaire

La francophonie, parent pauvre du postsecondaire

L’égalité est loin d’être atteinte entre les établissements postsecondaires francophones et ceux de la majorité anglophone. 

25 janvier 2022/Auteur: Francopresse/Nombre de vues (3282)/Commentaires (0)/
RSS
1345678910Dernière

 

Nouvelles et blogue du

Conseil des
écoles
fransaskoises

Nouvelles du CÉF

Camp Voyageur

Le CÉF rappelle aux familles qu'il est partenaire de l’édition 2022 du Camp Voyageur, organisé par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF). Ce partenariat permet aux familles des écoles fransaskoises de profiter d’un rabais de 15% sur les...

Camp Voyageur

Le CÉF rappelle aux familles qu'il est partenaire de l’édition 2022 du Camp Voyageur, organisé par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF). Ce partenariat permet aux familles des écoles fransaskoises de profiter d’un rabais de 15% sur les...
1345678910Dernière

Le CEF sur Facebook


Back To Top