Skip Navigation
Anonym
/ Catégories: Éducation, Formation, Économie

Le budget fédéral et la formation à l’emploi

Les francophones pris entre les colonnes

Le budget préélectoral du ministre Jim Flaherty garde les bonnes nouvelles pour 2015 sans régler les problèmes de 2013. Les provinces, les employeurs et les sans emploi sont poussés au pied du mur.

Le budget de Jim Flaherty est une mince affaire, selon Normand Lévesque, le directeur général du Réseau pour le développement de l’alphabétisme et des compétences (RESDAC). 

Le budget d’Ottawa prévoit 40 millions en deux ans pour 3 000 stages au sein d’entreprises dans les secteurs en demande. Mais il laisse au chômage près d’un demi-million de jeunes Canadiens.

« Malgré les progrès dans notre réseau au niveau des compétences, explique Normand Lévesque, il y a un sérieux problème qui se pose avec la mise en œuvre de la stratégie des Subventions canadiennes à l’emploi. Ça fait un an que le fédéral négocie avec les provinces et ça n’avance pas. On voit l’impact sur le terrain dans certaines provinces où on travaille. » 

« En Nouvelle-Écosse, précise le directeur général du réseau national, on a un projet de formation dans la région d’Argyle, qui prépare des sans emploi en fonction de postes disponibles. Le ministre responsable a récemment envoyé une lettre aux partenaires pour dire que, sans entente avec le fédéral, il faudrait trouver une autre solution. Ça fragilise nos centres de formation et menace certains programmes prometteurs.

« Ça se complique pour les francophones, croit Normand Lévesque. L’accès à des fonds dans le cadre d’ententes fédérales-provinciales n’est jamais évident. Et la façon de procéder du fédéral, en forçant les provinces à embarquer d’ici le 31 mars, rend la chose encore plus difficile. Les enjeux sont là en ce moment. » 

Le ministre des Finances a fait savoir qu’à défaut d’une entente avec les provinces, les fonds seront remis le 1er avril à Service Canada qui répondra alors directement aux demandes des employeurs. Ottawa tente d’instaurer une nouvelle formule où il partage les coûts de formation de la main-d’œuvre avec les provinces et les employeurs. Le budget prévoit 116 millions $ pour la part du fédéral en 2014-2015.

« La formation est une compétence provinciale, souligne le directeur général. Plus on s’approche du terrain, plus les solutions sont pertinentes. C’est mieux pour les communautés francophones de négocier avec les provinces. C’est par elles qu’on a accès aux fonds quand le fédéral fait des transferts. »

Le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Denis Vaillancourt, est d’accord. Il trouve regrettable que le fédéral en vienne à passer directement par les employeurs pour répondre aux besoins spécifiques des communautés. L’AFO invite le fédéral à rencontrer les communautés francophones pour voir comment éviter qu’elles ne soient pénalisées advenant l’échec des négociations. Denis Vaillancourt a rappelé le rôle essentiel des organismes sur le terrain dans la formation et l’intégration des nouveaux arrivants sur le marché du travail.

Pour sa part, le président du World Trade Center de Winnipeg, Raymond Lafond, ne croit pas que l’administration va recourir à Service Canada. « Le fédéral va finir par s’arranger avec les provinces parce qu’il ne peut pas jouer un très grand rôle. Ce sont les collèges communautaires qui assurent la plus grande part de la formation à l’emploi. Et les collèges s’adaptent à la demande. Le fédéral peut seulement ajouter à ce qui se fait présentement. » 

Selon le comptable agréé, Ottawa considère que les provinces ne sont pas à la hauteur des défis et que les solutions au manque de travailleurs qualifiés sont nationales et globales. « Les exigences de formation ont changé et les marchés évoluent rapidement. Ça complique tout. Il y a des emplois disponibles, par exemple en Alberta, où on manque d’ingénieurs.

« Le dilemme qu’on a toujours, les communautés francophones, suggère Raymond Lafond, c’est qu’on ne peut pas combler ces postes avec des nouveaux arrivants. On a beau être un ingénieur qualifié, c’est difficile de trouver un poste sans parler anglais. Et on n’a pas de formation en génie en français dans l’Ouest. »

Article précédent Le nouveau directeur du CÉF veut une analyse de la situation
Prochain article Symposium des 2014 de l’Association des parents fransaskois
Imprimer
33640

Contacter l'auteur

x
Académie Rivier : la fransaskoisie attend un signal du gouvernement

Académie Rivier : la fransaskoisie attend un signal du gouvernement

Le budget provincial ne fait aucune mention d’aides financières dans le projet de transformation de l’ancienne Académie Rivier de Prince Albert en un centre scolaire communautaire francophone. 

17 mai 2021/Auteur: Hélène Lequitte – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (13698)/Commentaires (0)/
Révéler nos racines avec un nouveau guide pédagogique

Révéler nos racines avec un nouveau guide pédagogique

Carmen Campagne vient garnir la collection « Atelier » du CCF destinée aux écoliers afin de leur faire découvrir les grands personnages de la culture fransaskoise.

26 avril 2021/Auteur: Estelle Bonetto/Nombre de vues (13189)/Commentaires (0)/
Il y a urgence d’agir en éducation postsecondaire en français

Il y a urgence d’agir en éducation postsecondaire en français

Disparition de programmes à l’Université Laurentienne, compressions au Campus Saint-Jean et à l’Université de Moncton, budget à l’encre rouge à l’Université Sainte-Anne, réduction du financement à l’Université de Saint-Boniface : l’éducation postsecondaire en français en contexte minoritaire est en difficulté.

21 avril 2021/Auteur: Francopresse/Nombre de vues (13467)/Commentaires (0)/
L’Afrique au programme de la Cité universitaire francophone de Regina

L’Afrique au programme de la Cité universitaire francophone de Regina

La Cité universitaire francophone de Regina proposera dès la rentrée prochaine une mineure bilingue en études africaines.

24 mars 2021/Auteur: Leslie Diaz/Nombre de vues (14302)/Commentaires (0)/
Comment démarrer une garderie francophone en milieu familial ?

Comment démarrer une garderie francophone en milieu familial ?

Le CÉCS a offert le 6 mars un atelier virtuel sur le démarrage d’une garderie en milieu familial.

22 mars 2021/Auteur: Sarah Vennes-Ouellet/Nombre de vues (12526)/Commentaires (0)/
Prince Albert: Le projet de l’école Rivier expliqué à la communauté

Prince Albert: Le projet de l’école Rivier expliqué à la communauté

Les détails du projet d’acquisition de l’Académie Rivier de Prince Albert ont été explicités au cours d’une session d’information.

6 mars 2021/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (16111)/Commentaires (0)/
Le Mois de l'histoire des Noirs à l’honneur au CÉF

Le Mois de l'histoire des Noirs à l’honneur au CÉF

Nos directrices et directeurs d’écoles témoignent

À l'occasion du Mois de l'histoire des Noirs nous vous offrons trois témoignages de trois directions d'écoles fransaskoises.

23 février 2021/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (10671)/Commentaires (0)/
La communauté réaffirme son soutien au projet de Prince Albert

La communauté réaffirme son soutien au projet de Prince Albert

Le ministre de l’Éducation a rencontré les présidences d’organismes fransaskois afin de discuter du projet de nouvelle école francophone à Prince Albert.

4 février 2021/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (12309)/Commentaires (0)/
Éducation en français sous respirateur artificiel

Éducation en français sous respirateur artificiel

Ça va mal dans le monde de l’éducation universitaire en français en Ontario

3 février 2021/Auteur: Réjean Grenier/Nombre de vues (11997)/Commentaires (0)/
La notation humanitaire, un « soulagement » pour la population étudiante

La notation humanitaire, un « soulagement » pour la population étudiante

Des universités canadiennes ont adopté un système de notation où les étudiants peuvent désormais choisir la mention « réussite » ou « échec »

3 février 2021/Auteur: Francopresse/Nombre de vues (11706)/Commentaires (0)/
École en pandémie : manque de ressources pour aider les élèves

École en pandémie : manque de ressources pour aider les élèves

Manque de ressources dans les écoles pour aider les élèves à gérer leurs émotions en pandémie

29 janvier 2021/Auteur: Ericka Muzzo – Francopresse /Nombre de vues (12272)/Commentaires (0)/
Louis Prince, jeune champion du français et du bilinguisme

Louis Prince, jeune champion du français et du bilinguisme

Portrait d'un jeune leader bilingue

Louis Prince, élève de 11e année à l’École canadienne-française de Saskatoon, est un des huit jeunes leaders du Français pour l’avenir.

26 janvier 2021/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (13724)/Commentaires (0)/
Le répertoire FRÉSK se met à la page du numérique

Le répertoire FRÉSK se met à la page du numérique

Depuis le 6 janvier, FRÉSK, le répertoire de ressources éducatives en français pour la Saskatchewan, a délaisser la version papier du catalogue au profit d’un site web.

25 janvier 2021/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (10792)/Commentaires (0)/
Étudier en pandémie : les étudiants de La Cité se confient

Étudier en pandémie : les étudiants de La Cité se confient

Le début du semestre d’hiver est l’occasion de revenir sur l'expérience étudiante inédite à la Cité universitaire francophone de Regina depuis le début de la pandémie.

24 janvier 2021/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (15542)/Commentaires (0)/
Une fenêtre s’ouvre entre les ainés et l’école Boréale à Ponteix

Une fenêtre s’ouvre entre les ainés et l’école Boréale à Ponteix

L’école Boréale a ainsi pu donner un nouveau souffle à sa collaboration communautaire avec le Foyer Saint-Joseph de Ponteix :

 

21 janvier 2021/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (15122)/Commentaires (0)/
RSS
123578910Dernière

 - mardi 23 avril 2024