Close
Jean-Pierre Dubé (Francopresse)
/ Catégories: Arts et culture

Politique créative du Canada : la francophonie reste sur sa faim

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly en compagnie de Sarah Polley

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly en compagnie de Sarah Polley

Madame Polley est la scénariste d’une coproduction avec CBC qui sera prochainement diffusée sur Netflix.
Photo : Patrimoine canadien)

Après 18 mois de consultation et de réflexion, la ministre du Patrimoine canadien a livré le 28 septembre la nouvelle Politique créative du Canada. Axée sur l’appui aux artistes et créateurs, le plan de Mélanie Joly prévoit une ambitieuse modernisation de l’instrumentation fédérale afin de « placer le Canada dans l’avant-garde ». L’annonce laisse toutefois perplexes les communautés francophones.

La Politique confirme ce qu’attendait Anne Robineau : « Donner un électrochoc au milieu culturel pour qu’il repense complètement son offre sur les plateformes numériques. Ça repose sur des tendances de consommation où l’offre culturelle, et surtout la demande culturelle, s’internationalisent. »

La chercheuse de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques croit que l’intention fédérale est « de produire du contenu canadien exportable à un public canadien et international de plus en plus habitué à une offre diversifiée, mais très standardisée et états-unienne. »

Pour élaborer une stratégie d’exportation du contenu canadien, Ottawa créera un Conseil des industries culturelles présidé par la ministre et doté d’un fonds de 125 millions sur cinq ans. D’ici 2020, le gouvernement entend légiférer et règlementer pour moderniser les capacités des piliers de l’industrie.

CBC/SRC verra son mandat revigoré pour donner à la population la capacité de vivre « une expérience unique du Canada » dans un univers médiatique hyper compétitif. Tout cela reste à définir avec l’administration du diffuseur public.

Les droits d’auteur ?

Ottawa entend également réviser la loi sur les droits d’auteur, qui n’a pas encore été adaptée à l’ère numérique. Une très bonne nouvelle, explique Natalie Bernardin, la directrice générale de l’Association des professionnels de la chanson et de la musique.

« Ça fait longtemps qu’on attend. Ça a un impact majeur sur la façon que les auteurs-compositeurs sont rémunérés. » Certains créateurs ont récemment rapporté que la diffusion de leur chanson sur YouTube rapportait une fraction d’un cent.

Le fédéral investira 300 millions de son fonds d’infrastructures pour créer des incubateurs créatifs afin de construire la capacité des artistes en matière de création, d’innovation et d’entrepreneuriat.

Natalie Bernardin se dit « super encouragée » par l’idée de ces incubateurs, un soutien essentiel pour la nouvelle génération. « Les artistes sont autonomes, mais ils ne sont pas tous des gérants et des bookers. Ils n’ont pas le temps de créer parce qu’ils ont trop d’autres choses à faire. »

Ottawa entend renforcer son appui aux industries musicales et littéraires aux prises avec des nouvelles réalités et technologies, en renforçant en priorité le marché domestique et en adaptant les critères d’admissibilité aux programmes.

La loi de Netflix ?

Côté film, Mélanie Joly a annoncé une entente quinquennale de 500 millions $ avec le distributeur Netflix pour appuyer la création de contenus canadiens. Une filiale du diffuseur Web sera fondée au Canada et investira 5 millions par année dans la production télévisuelle en français.

La réaction immédiate du milieu se résume ainsi : nos créateurs seront soumis aux préférences du géant américain et notre industrie du film continuera d’évoluer dans un contexte d’injustice sur le plan fiscal. Ottawa n’entend pas taxer les géants du Web, mais continuera d’imposer les diffuseurs canadiens.

Au lieu des multinationales américaines, ce sont les Canadiens qui vont payer, souligne le président de l’Alliance des producteurs francophones du Canada, Jean-Claude Bellefeuille. « Ça va profiter aux producteurs du Canada anglais. On sera soumis aux choix de Netflix : ils vont investir dans le marché francophone, mais à quelle teneur ? En milieu minoritaire, on est au bout de la ligne. »

Le président se réjouit néanmoins d’une mesure qui maintiendra temporairement à flot la production hors Québec. Ottawa bonifiera sa contribution au Fonds des médias du Canada pour compenser, selon lui, « les pertes (de revenus tirés des cotisations des distributeurs privés) causées par les Netflix de ce monde ». Le Fonds sera stabilisé à 370 millions par année, une hausse de 6 % par rapport à l’an dernier.

 

La presse indépendante ?

Quant à l’industrie de la presse, Ottawa refuse de protéger des modèles d’affaires qui ne sont plus viables et préfère appuyer le secteur par la voie de l’innovation et de l’expérimentation. C’est l’approche choisie pour la modernisation anticipée du Fonds du Canada pour les périodiques qui sera axée sur la protection de l’indépendance journalistique. Le fédéral entend négocier avec les géants Google et Facebook une contribution financière pour renforcer l’industrie de l’information.

Le président de l’Association de la presse francophone, Francis Sonier, est encouragé par les propositions qui reconnaissent le rôle essentiel des médias locaux et l’importance du contenu journalistique pour la démocratie. « Nous sommes impatients de connaitre les mesures concrètes annoncées par la ministre pour 2018. »

Le porte-parole regrette toutefois qu’Ottawa ne reconnaisse pas « la pertinence des journaux établis dans plusieurs communautés de langues officielles éloignées, pour lesquels la transition numérique est impossible pour l’instant ».

Natalie Bernardin trouve pourtant essentiel le soutien local aux journaux et radios communautaires. « Ce sont les premiers partenaires de nos artistes qui n’ont pas de fonds pour investir dans leur promotion. » 

Selon Anne Robineau, le défi des créateurs en milieu minoritaire n’est pas le manque de talent. « C’est l’accompagnement, la formation, la main-d’œuvre qualifiée, le réseautage vers ceux et celles qui pourraient les emmener plus loin. Il faut du soutien financier, mais aussi créer une expertise. Ce serait désastreux si les communautés francophones devaient se débrouiller toutes seules dans cette transition. »

Article précédent L’argent des écoles… peut-être anglaises ?
Prochain article Le nouveau visage de la politique canadienne: Jagmeet Singh élu chef du NPD national
Imprimer
1182

Documents à télécharger

x

Les plus populaires

La Tente francophone accueille plus de 1 000 visiteurs

La Tente francophone accueille plus de 1 000 visiteurs

Festival pour enfants Potash Corp à Saskatoon

SASKATOON - Pour la première fois cette année, le Festival pour enfants Potash Corp offrait une tente abritant les activités offertes par plusieurs artistes et organismes francophones.

 

16 juin 2016/Auteur: Aminata Konaté/
La Saint-Jean-Baptiste en Saskatchewan

La Saint-Jean-Baptiste en Saskatchewan

Compte rendu et photos des célébrations de la Saint-Jean-Baptiste à Saskatoon, Bellegarde, Gravelbourg et Zenon Park.

3 juillet 2016/Auteur: L'Eau vive/
Le « mieux-être » au cœur du Rendez-vous fransaskois 2016

Le « mieux-être » au cœur du Rendez-vous fransaskois 2016

SASKATOON - C’est sous le thème du « mieux être personnel et communautaire » que s’est déroulé le Rendez-vous fransaskois, la rencontre annuelle de la communauté organisée par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), du 4 au 6 novembre 2016 à Saskatoon.
10 novembre 2016/Auteur: Jean-Pierre Picard/
"Un tramway nommé Désir" au Théâre Oskana

"Un tramway nommé Désir" au Théâre Oskana

Le Théâtre Oskana de Regina présentait, du 15 au 18 mars dernier, Un tramway nommé Désir, de l’auteur américain Tennessee Williams.

29 mars 2018/Auteur: Mychèle Fortin/
Mosaic 2017 : Un pavillon francophone haut en couleur

Mosaic 2017 : Un pavillon francophone haut en couleur

Festival Mosaic 2017 à Regina

REGINA - Les résidents de la capitale saskatchewannaise se sont déplacés en grand nombre dans les dix pavillons du festival Mosaic dispersés à travers Regina. 

 

 

8 juin 2017/Auteur: Pierre-Émile Claveau/
Et c’est parti pour “Le Canada c’est moi!”

Et c’est parti pour “Le Canada c’est moi!”

C’est Saskatoon, St-Denis et Debden qui ont donné le coup d’envoi du projet de l'Association des parents fransaskois (APF) Le Canada c’est moi  le 21 janvier 2017.

3 février 2017/Auteur: L'Eau vive/
Caravane de Vocalités vivantes: quand les mots voyagent

Caravane de Vocalités vivantes: quand les mots voyagent

Après avoir sillonné les routes canadiennes des Maritimes aux Prairies, la caravane de Vocalités vivantes a effectué ses deux derniers arrêts en Saskatchewan.
15 octobre 2017/Auteur: Pierre-Émile Claveau/
Les morts-vivants ont envahi Moose Jaw

Les morts-vivants ont envahi Moose Jaw

Plus de 85 zombies et humains se sont affrontés

Les zombies ont envahi Moose Jaw lors de l'évènement Zombie vs humain auquel 85 personnes ont participé le 29 octobre 2016. Heureusement, quelques humains ont survécu!


10 novembre 2016/Auteur: ACF MooseJaw/
Les Tintamarres fransaskois

Les Tintamarres fransaskois

1 000 personnes dans les rues de 3 communautés

Trois communautés de la province, Moose Jaw, Prince Albert et Gravelbourg, ont organisé des Tintamarres le 20 mars 2018. Au total, ce sont près de 1 000 Fransaskois qui sont descendus dans les rues de ces communautés.

30 mars 2018/Auteur: Jean-Pierre Picard/
Les cultures francophone et métisse célébrées à Batoche

Les cultures francophone et métisse célébrées à Batoche

Douzième édition des Journées du Patrimoine de la SHS

Cette année, la culture métisse était à l’honneur des Journées du Patrimoine qui se sont déroulées au lieu historique national de Batoche, du 27 au 30 septembre.

15 octobre 2017/Auteur: Pierre-Émile Claveau/
Foire du patrimoine régionale de Regina

Foire du patrimoine régionale de Regina

Des jeunes de 18 écoles étalent leur savoir

La Foire régionale du patrimoine s’est tenue à l’Université des Premières Nations, le jeudi 1er mai. Cet évènement réunissait les 103 projets des 125 élèves (4e à 9e année) de 18 écoles des 6 commissions scolaires suivantes : le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF), Prairie Valley, Regina Catholic, Regina public, South East Cornerstone et Holy Family.

8 mai 2014/Auteur: Alexandre Daubisse (EV)/
The Trial of Louis Riel : un demi-siècle sur les planches

The Trial of Louis Riel : un demi-siècle sur les planches

REGINA - L’hôtel DoubleTree de Regina accueillait un symposium organisé dans le cadre du 50e anniversaire de la production The Trial of Louis Riel, le 14 octobre dernier. 


 

26 octobre 2017/Auteur: Jean-Pierre Picard/
Après 20 ans de gestion scolaire fransaskoise:  Comment se porte le français dans nos écoles?

Après 20 ans de gestion scolaire fransaskoise: Comment se porte le français dans nos écoles?

Rencontre avec un parent inquiet, mais optimiste

La Saskatchewan a bien changé depuis l’obtention de la gestion scolaire il y a 20 ans. Depuis deux décennies, l’épanouissement du Conseil des écoles fransakoises (CÉF) est évident. La gestion scolaire est-elle garante de la qualité de l'éducation française? Nous en avons discuté avec un parent de Regina qui a accepté de répondre à nos questions mais qui a préféré garder l'anonymat.

29 janvier 2015/Auteur: Mychèle Fortin (EV)/
La Société historique de la Saskatchewan honorée par la province

La Société historique de la Saskatchewan honorée par la province

REGINA - Son Honneur, l’honorable W. Thomas Molloy, le lieutenant-gouverneur de la Saskatchewan a remis un prix à la Société historique de la Saskatchewan (SHS), le 13 juin 2018.

27 juin 2018/Auteur: L'Eau vive/
L’École canadienne-française honore ses finissants

L’École canadienne-française honore ses finissants

Remise des diplômes 2015

SASKATOON - Le samedi 27 juin c’était la cérémonie de remise des diplômes pour l’année 2014-2015 aux 22 finissants et finissantes de l’École canadienne-française (ECF) du Pavillon Gustave Dubois.

9 juillet 2015/Auteur: Martin Kakra-Kouame (EV)/

Navigation du site

Categories

Back To Top