Close
Né sous une bonne étoile
Arthur Béague
/ Catégories: Chronique environnement

Né sous une bonne étoile

La nuit tombée, si vous regardez le ciel, les scientifiques estiment qu’un point lumineux sur 15 correspond à un satellite. Un constant aberrant il y a encore dix ans, mais nous avons tout intérêt à nous en réjouir au vu des prévisions.

Bercé par Le Roi Lion lors de ma tendre enfance, je me souviens du passage où Simba, agrippé à la crinière de son père Mufasa, admire le ciel en l’écoutant lui narrer que les rois des siècles passés les contemplent du haut des étoiles. Il le rassure en ces mots : « À chaque fois que tu te sentiras seul, ces rois seront là pour te guider. » La musique s’emballe et c’est la crise de larmes !

Dans un monde où Elon Musk tire les ficelles, Simba n’est pas près de trouver son chemin. En effet, le multimilliardaire entrepreneur qu’on ne présente plus avait annoncé en 2015 le lancement du projet Starlink, un projet de mégaconstellation de satellites placés en orbite terrestre.

Le but affiché est d’offrir une liaison internet partout sur Terre, y compris dans des zones pas ou peu desservies. On dit merci qui ? Cela étant dit, à y regarder de près, le projet se focalise surtout sur les pays riches et bien équipés, mais le portefeuille a ses raisons que la raison ignore.

Comment ça marche ?

Starlink est le premier fournisseur d’internet par satellite à choisir l’orbite terrestre basse (moins de 2 000 km d’altitude) plutôt que l’orbite géostationnaire (36 000 km d’altitude), car elle permet de diminuer considérablement le délai de transmission (de 600 à 20 ms environ).

En choisissant d’envoyer ses satellites à une altitude extrêmement basse (environ 550 km), Elon Musk fait le pari d’envoyer énormément de satellites pour couvrir le tour de la Terre. Objectif : 12 000 satellites pour 2025 et 42 000 au total.

Elon Musk vient d’instaurer le low-cost dans le spatial ! Ces satellites de moins de 300 kg sont programmés pour maintenir une position en orbite environ 6 ans avant de descendre progressivement dans l’atmosphère où ils y exploseront dans un magnifique feu d’artifice.

Pas de panique, ces satellites seront renouvelés très régulièrement. Une obsolescence programmée qui contraste légèrement avec les engagements environnementaux de durabilité, de local et de réduction de la pollution en ces temps de COP15.

Pollution visuelle

Au-delà de la simple pollution générée par un projet de cette ampleur, Starlink est tout simplement une catastrophe pour la majorité des astronomes. Trouver un ciel vierge de toute pollution lumineuse n’était déjà pas une sinécure, mais cela va virer à l’exploit quand on sait que chaque satellite laisse une traînée blanche, soit un tag sur la voûte céleste.  

SpaceX affirme que des mesures ont été prises pour réduire l’éclat de ses satellites. Les peindre en noir a certes réduit les traînées, mais les satellites restent beaucoup trop brillants pour ne pas interférer avec les grands télescopes.

En septembre 2022, plus de 3 000 satellites étaient déjà sur orbite pour le seul projet Starlink. Quand on connaît la frénésie actuelle pour la conquête spatiale de l’orbite basse (42 000 satellites pour Starlink, 3 250 pour Kuiper d'Amazon, 650 à 2 000 pour OneWeb), un jour, nous regarderons les étoiles sur internet.

Imprimer
165
Back To Top