Skip Navigation

Festival fransaskois : une édition 2023 au féminin

Festival fransaskois : une édition 2023 au féminin
3026 of views

Du 7 au 9 juillet, le Conseil culturel fransaskois (CCF) convie francophones et francophiles à la nouvelle édition de son fameux Festival fransaskois.
Organisé comme à l’habitude au parc provincial Pike Lake, le rassemblement s’articulera autour du thème Femmes d’ici, développé en partenariat avec Entr’Elles Regroupement Femmes Saskatchewan.
Elma Bos et Chantal Hamel, respectivement codirectrice générale et coordinatrice du festival, font entrer l’Eau vive dans les coulisses.

Pourquoi avoir choisi le thème Femmes d'ici pour cette édition 2023 ?

Elma Bos : Les femmes sont souvent soulignées lors d’occasions très officielles sur le calendrier et bien moins souvent au quotidien. Leur consacrer une édition du festival permet de leur donner leur place, leur reconnaissance, de les célébrer et de solidariser les femmes entre elles pour être plus fortes.

Nous avons mis l’accent sur le recrutement de femmes, que ce soit pour travailler dans l’organisation du festival, ou pour la programmation.

Est-ce la première fois qu'un organisme de la communauté se retrouve partenaire de l'événement ? Que recouvre ce partenariat ?

Chantal Hamel : Notre partenariat avec Entr’Elles sera vraiment une symbiose, il va plus loin dans l’offre d’activités. Entr’Elles a eu carte blanche pour créer un concert multidisciplinaire pour le samedi soir.

Image
Elma Bos, codirectrice générale du Conseil culturel fransaskois (CCF) Crédits: Courtoisie

Elma Bos : Entr’Elles est certainement le premier organisme qui fait directement écho à la programmation même du festival en occupant une place de choix.

De nombreuses femmes d’ici seront présentes tout au long des trois jours, tant dans les moments forts de la programmation, sur scène, que pendant la journée, lors de l’incontournable Shack des femmes.

Les femmes artistes et artisanes, porteuses de savoirs, seront au-devant des activités. Et il se pourrait que, si vous tendez l’oreille, vous entendiez une table ronde intitulée Y a-t-il une voix féminine ?

À quelles activités les festivaliers peuvent-ils s’attendre ?

Chantal Hamel : Cette année, la programmation sera très complète. Il y aura la scène Boréale, qui met l'emphase sur la jeunesse et la relève. Nous aurons aussi des ateliers et activités pour le grand public et les familles.

Image
Chantal Hamel, coordinatrice du Festival fransaskois au CCF

Il y aura en plus le Shack des femmes avec sa propre programmation et le Village communautaire offrant une programmation présentée par des organismes communautaires de la province.

Pour les performances musicales, les artistes locaux à l’honneur sont Beau nectar, C'est ma cousine, Joe Jackson, The Pxrtals et Marie-Véronique Bourque.

Pour les ateliers vers la réconciliation et l’autochtonisation, on aura Marjorie Beaucage et Mackenzy Vida. Ensuite, Madeleine Blais-Dahlem et Cindy Gaudet vous feront découvrir leur projet Halfbreed et participeront à la table ronde.

Côté musique, quel sera le ton donné à ces trois jours ?

Chantal Hamel : Le vendredi, notre tête d'affiche est le groupe Bermuda. Avec ses rythmes funk, rap et pop, c'est un appel à l'été, à l'insouciance et à l'humour. On se regroupe entre amis pour avoir du fun, jaser et relaxer.

Le samedi, notre première tête d'affiche est Djely Tapa. Entre tradition mandingue, blues du désert et expérimentations électroniques, elle porte un message féministe et panafricain.

La seconde tête d'affiche est Bon Débarras. Bien ancré dans ses racines québécoises, ce trio montréalais se laisse aussi inspirer par ses voyages et ses rencontres pour offrir une musique grondeuse d'amour et berçante d'énergie. Attendez-vous à danser toute la soirée !

Le parc provincial Pike Lake a une fois de plus été choisi. Qu'est-ce qui fait de cet endroit un lieu de prédilection pour le festival ?

Chantal Hamel : Nous bénéficions d’un espace en pleine nature qui nous offre une grande flexibilité dans l’organisation du site. Cela permet de maintenir la tradition du camping et d’une programmation étalée sur trois jours.

Cependant, nous réfléchissons depuis plusieurs éditions à la possibilité de nous donner plus de visibilité un jour et de nous déplacer dans un contexte urbain, sous un autre format.

Pouvez-vous nous dire un mot sur le spectacle découverte qui ouvrira le bal le vendredi soir ?

Elma Bos : C’est une collaboration d'artistes de la Saskatchewan : Joe Jackson, C'est ma cousine et The Pxrtals, avec Maude Sonier du Nouveau-Brunswick.

Il permettra aux artistes de se connaître, de travailler ensemble et de tisser des liens, ce qui pourrait aboutir un jour à des collaborations de plus long terme. C’est un espace de découverte et de rencontre, tant pour le public que pour les artistes.

Entr’Elles a concocté son propre spectacle pour le samedi soir. Qui retrouvera-t-on sur scène ?

Elma Bos : Entr’Elles a eu carte blanche pour créer un concert multidisciplinaire. Isabelle Mercier, Maude Sonier et Nyenimana mettront en musique les paroles de la grande poétesse Toosie L'amour. Le tout accompagné par des arts visuels.

Que représente le Festival fransaskois à vos yeux ?

Chantal Hamel : C’est un lieu de rassemblement, de retrouvailles et de découverte. Pour moi, c'est important de créer un lieu où tous les gens se sentent à l'aise, peu importe leur niveau de confort pour s'exprimer en français.

Elma Bos : C’est une vitrine de l’identité des francophones et francophiles de la Saskatchewan. Il permet d’entretenir nos liens, de passer du temps ensemble, de cultiver ce qui nous unit.

Plus de renseignements sur le nouveau site web du Festival fransaskois à www.festivalfransaskois.com.