Close
Alexandre Daubisse (EV)
/ Catégories: Regina, Société, 2014

Fête du Canada

Mario Lepage et Shawn Jobin sur scène

Mario Lepage et Shawn Jobin sur scène

Photo : Alexandre Daubisse

En ce 1er juillet 2014, le temps était de la partie, alors que depuis plusieurs semaines le ciel était gris et humide. Des pluies torrentielles, le dimanche précédent, avaient amené les organisateurs de Regina Canada Day à renoncer à mettre en place la scène principale, pour raisons de sécurité, et à annuler les spectacles de Big Sugar et Wide Mouth Mason. Mais mardi, jour de la Fête du Canada, les cieux se sont montrés cléments et nous ont offert l’une des plus belles journées depuis longtemps.

 

Les réginois ne s’y sont pas trompés. Le parc Wascana était rempli de familles qui déambulaient nonchalamment profitant des rayons du soleil. De nombreux néocanadiens arboraient fièrement leurs couleurs nationales et la feuille d’érable.

 

Venus à pied, en vélo, en kayaks et en canots sur le lac encore bruni et gonflé des eaux d’orage, les gens, assemblés le long du lac et sur l’avenue Legislative Drive, devant le palais Législatif, faisaient la joie des vendeurs de limonade, hot-dogs et autres beignes. Tous les spectacles n’étaient pas annulés puisque le concours de l’homme le plus fort de l’Ouest canadien, éliminatoire pour le championnat national annuel, a diverti la foule de 13 h à 16 h et que Shawn Jobin était sur scène avec Mario Lepage à partir de 17 h 30. Outre les nombreux fransaskois qui profitaient de la journée dans le parc, le cirque Nova faisait des démonstrations de leurs prouesses au public. 

 

Si les drapeaux canadiens, celui de la Reine, provincial, métis et municipal étaient présents, le drapeau fransaskois brillait par son absence. Il semble que le discours du gouvernement tienne compte de notre communauté et de son histoire, du moins officiellement, mais qu’à la moindre occasion on nous efface de la photo de famille. Au moins, Christie-Anne Blondeau a-t-elle chanté l’hymne national dans les deux langues (même si on ne le lui avait pas demandé).

 

Le soir, l’atmosphère chaude de la journée s’est faite de plus en plus pesante (dès le matin, certaines échauffourées avaient été évitées de peu) et la tension est montée d’un cran chez une partie de la population mâle d’ados et semi-ados, saturés de testostérone, qui a fini par des bagarres aussi violentes que rapides, comme un orage d’été, sous les encouragements déplacés des spectateurs. Les officiers de police qui géraient l’arrestation de deux acharnés des joutes aux poings, un peu plus tôt, ont fini par appeler des renforts et intervenir pour constater les dégâts et arrêter les pugilistes. 

 

Une fois ces émotions passées et le calme retrouvé, il était temps de profiter du spectacle pyrotechnique annuel, un peu plus court que l’an passé. À la suite de quoi, certaines familles allèrent acheter leurs dernières beignes et leurs dernières glaces avant de repartir à la maison après une belle journée au parc.

 

Ce dernier retrouvait enfin sa sérénité mais pas son état initial puisque le sol était jonché de détritus. Souiller son environnement est regrettable en soit mais souiller le Canada le jour de la Fête du Canada est vraiment dommage. Les équipes de nettoyage s’en seront bientôt occupé.

 

Bonne fête, Canada! À l’année prochaine.

Imprimer
5360
 

Navigation du site

Categories

Back To Top