Close

Enrôlez-vous, qu'ils disaient!

Retour sur l'entrée en guerre du Canada

95e régiment de Regina - 1917

95e régiment de Regina - 1917

Photo: Musée canadien de la guerre

Le dominion du Canada et la colonie de Terre-Neuve entrent en guerre le 4 août 1914, par obligation pour la métropole britannique. Ils s’illustreront dans plusieurs batailles, dont voici les plus marquantes pour le pays.

C’est le 22 avril 1915 que les soldats canadiens, tous des volontaires, participent  à leur première grande bataille, la Deuxième bataille d’Ypres. Ils sont confrontés pour la première fois aux gaz mortels. C’est en humectant des mouchoirs imbibés d’urine que les Canadiens résistent et le Terre-Neuviens Cluny Macpherson invente un premier masque à gaz grâce à un casque muni d’une cagoule enduite de produits chimiques, de lunettes et d’un tube pour respirer. Ce prototype sera utilisé par l’armée britannique par la suite.

Le régiment de Terre-Neuve, qui ne fait alors pas partie du Canada, fait sa première bataille à Beaumont-Hamel, à la Somme. Une erreur de calcul est responsable de cette hécatombe : du petit groupe de 801 soldats, 324 trouvent la mort et 386 sont blessés. Le régiment a chargé sur des fils barbelés sous les tirs de mitrailleuses ennemies. Le lendemain, seuls 68 soldats répondent à l’appel.

La bataille la plus mémorable pour le Canada est celle de la crête de Vimy. Réputée imprenable, cette fortification en hauteur avait résisté à plusieurs attaques alliées, faisant déjà 100 000 morts. Pour la première fois, les 4 divisions canadiennes sont réunies dans la même campagne. C’est en creusant un tunnel sous le no man’s land pour s’approcher des lignes ennemies à l’abri des mitrailleuses et grâce à des préparations minutieuses et à un mur d’artillerie qui ouvre le passage devant les soldats que les Canadiens remportent la victoire. L’avancée se fait sous la neige et la pluie. Aujourd’hui, la bataille de la crête de Vimy est le symbole du sacrifice du Dominion, raison pour laquelle un immense mémorial y est dressé et une part du territoire a été léguée au Canada, à titre honorifique. 

Passchendale était déjà un champ de boue lorsque les troupes canadiennes ont mené l’attaque. C’est sous les tirs allemands que les préparatifs se font. Après quatre mois de combats dans un bourbier où le sang et les cadavres se mêlent à la boue, les Alliés remportent une victoire futile, car les Allemands reprendront le terrain l’année suivante. C’est 15 600 Canadiens qui y trouvent la mort ou sortent blessés. Passchendale restera pour toujours le symbole de l’horreur de la guerre dans les tranchées.

Finalement, les Canadiens participent à la campagne des cent jours, du 8 août 1918 au 11 novembre de la même année. L’armée allemande est défaite et l’armistice est signé. La victoire sera célébrée avec un arrière-goût d’amertume : tous ont un proche qui a trouvé la mort sur le champs de bataille.

Au total, sur une population canadienne d’environ 8 millions d’habitants, 619 639 hommes et femmes participèrent à la guerre, dont 66 655 trouvèrent la mort et 172 950 furent blessés. Le courage des soldats canadiens, leur sacrifice, leur détermination et leurs victoires arrachées sur des places réputées imprenables ont permis au Dominion de sortir de l’ombre britannique et de se démarquer. Le Canada appose sa signature sur le traité de paix : il est désormais une nation.

Pour plus d’informations sur la crise de la conscription, les camps d’internement, les objecteurs de conscience et la participation fransaskoise dans la guerre, nous vous invitons à consulter la dernière édition de la Revue historique. 

•••

Le Canada et la guerre : Quelques statistiques

• 8 millions d’habitants

• 620 000 enrôlés

• 424 000 envoyés outre-mer

• 267 813 rapatriés après la guerre

• 67 000 morts

• 5348 Saskatchewannais tués au combat

• 172 000 soldats blessés, dont

• 3461 amputés et

• 9000 traumatisés dus aux bombardements (traumatisme psychologique)

• 22 812 soldats dans l’aviation britannique

• 3000 infirmières de guerre, dont

• 53 furent tuées

• 21 à 38 ans : l’âge des infirmières

• 4000 soldats d’origine autochtone

• 1000 soldats noirs

• 222 soldats japonais et d’autres nationalités

• 1/8 des employés d’usines de guerre sont des femmes

• 2/3 des obus britanniques sont fabriqués au Canada

• 8579 Canadiens enfermés dans des camps d’internement, dont

• 3138 sont prisonniers de guerre

• 80 ans : l’âge du plus vieux soldat

• 10 ans : l’âge du plus jeune soldat

• 26 ans : l’âge moyen des soldats

• 80% des soldats sont des hommes célibataires

• 1963 morts dans l’explosion du port d’Halifax

 

Imprimer
6393

Navigation du site

Categories

Back To Top