Close

Bourrasque électorale de l’ACF : Denis Simard élu président

Compilation des votes à Saskatoon - vote par anticipation

Compilation des votes à Saskatoon - vote par anticipation

Ce sont 105 bulletins de votes qui ont été reçus dans des enveloppes semblables et avec la même erreur dans l'adresse. La presque totalité de ces bulletins appuyaient les mêmes candidats.
Même si les élections de l’Assemblée communautaire fransaskoise ont eu lieu le 1er novembre dernier, il aura fallu attendre jusqu'au mercredi 8 novembre pour confirmer l’élection de Denis Simard à la présidence de l’organisme. Plus de 130 bulletins de vote par anticipation étaient encore en circulation le jour de l'élection. L'élection de monsieur Simard pourrait se retrouver contesté devant la Commission indépendante. 

Irrégularités signalées

Au total, la directrice générale des élections, Francine Proulx-Kenzle, a reçu 145 demandes de vote par anticipation, dont 135 uniquement dans le district de Saskatoon. La communauté fransaskoise s’est étonnée de cette demande élevée, tout comme Mme Proulx-Kenzle. « Les tendances, jusqu’à date, n’ont jamais été si hautes » avait-t-elle mentionné.  Par les années passées, les demandes de bulletins des vote par anticipation dépassaient rarement une dizaine.

Le lundi 6 novembre, Mme Proulx-Kenzle a informé la communauté par voie de communiqué qu’ayant « constaté des irrégularités et reçu des informations qui demandent à être vérifiées », elle avait, pour assurer et respecter l’intégrité du processus démocratique et électoral de l’Assemblée communautaire fransaskoise, saisi la Commission indépendante des informations qui lui étaient parvenues.

La Commission indépendante, composée de Roger Lepage, Joanne Perreault et Lise Gareau, a réagi en émettant un avis selon lequel il fallait d’abord qu’un dépouillement des bulletins de vote ait lieu le mercredi 8 novembre et qu'elle ferait enquête si une plainte était déposée après l'annonce des résultats.

Le dépouillement a eu lieu dans une atmosphère tendue à Saskatoon. Suite à un échange musclé entre Roger Gauthier, l'un des candidats à la présidence, et Kouamé N’Gouandi, l'observateur pour son adversaire, Denis Simard, la directrice du scrutin a menacé d'appeler la police pour calmer les esprits.

Éric Lefol, le directeur de la Fédération des francophones de Saskatoon, a noté que parmi les votes envoyés par courrier, 105 étaient dans des enveloppes identiques et avaient tous la même erreur dans l’adresse qui a fait que les bulletins ont été déposés dans la boîte aux lettres du bureau de l’ACF à Saskatoon.  

À la fin de la soirée, Monsieur Gauthier a quitté le local où se déroulait le recomptage en déclarant « c’est un processus que je n’ai jamais vu de ma vie. C’est un scandale!» Quant à monsieur Simard, il a publié un message de remerciement à la communauté sur sa page Facebook : « Merci à tous et au plaisir de collaborer ensemble, tout le monde, pour le bien de la communauté fransaskoise. »

Des débordements

Tout au long de la campagne, les réseaux sociaux ont relayé des débordements parfois disgracieux et des attaques contre des individus. Alors même que le dépouillement du vote de Saskatoon se poursuivait, le candidat défait de Regina, Yassine El Bahlouli, écrivait sur Facebook : « Le dépouillement des voix en cours est un carnage démocratique par excellence! … » Monsieur El Bahlouli est même allé jusqu’à faire une comparaison avec le référendum en Catalogne : « La suspension du gouvernement espagnol de la votation catalane n'a rien à envier à ce qu'on a vécu là! »

La campagne électorale 2017 de l’ACF aura laissé des plaies dans la communauté et les nombreuses attaques personnelles vont difficilement être oubliées. Les élus auront fort à faire pour ramener l’harmonie au sein de la communauté suite à cette bourrasque politique et humaine. Surtout que les propos  exprimés sur les réseaux sociaux pendant la campagne témoignaient d’un clivage culturel qui peut laisser songeur et témoigne d’un profond malaise dans la fransaskoisie. En effet, une bonne proportion des nouveaux arrivants qui s’exprimaient publiquement étaient retranchés dans le même camp. Selon certains, ce fossé serait du, en partie, à la proposition mise de l’avant cet été par l’ACF qui visait à restreindre le droit de vote aux résidents permanents et aux citoyens canadiens. 

En entrevue à Radio-Canada, monsieur Simard a offert une explication pour le nombre élevé de bulletins de vote par anticipation et le fait que, selon les résultats, ce soit principalement des nouveaux arrivants qui aient utilisé cette méthode de voter. Selon lui, "plusieurs nouveaux arrivants n’ont pas de moyens de transport et ils ont décidé d’utiliser le vote par anticipation". Il ne croit pas cependant que le fait que des enveloppes pré-affranchies aient été envoyées aux électeurs par le camp d'un candidat de Saskatoon puisse avoir influencé leur vote.

Monsieur Simard espère, une fois la poussière retombée, rallier ses détracteurs et opposants. " Je me devrais d'être à leur écoute. L'Assemblée des députés communautaires devra être une représentation de la communauté entière. Si nous faisons bien notre travail nos détracteurs verront que nous faisons du bon travail."

Maintenant que le comptage des votes est terminé, madame Proulx-Kenzle a laissé entendre qu’elle envisageait d’entamer les procédures pour que la Commission indépendante se penche sur les irrégularités qui ont été notées.

 

Imprimer
2626

Navigation du site

Categories

Back To Top