Skip Navigation

Les nouvelles écoles fransaskoises absentes du budget provincial

La construction de nouvelles écoles fransaskoises devra attendre

École du parc à Regina

École du parc à Regina

L’école du Parc a été offerte comme solution temporaire en mars 2018 aux parents de Regina.

Crédit : Radio-Canada/Saskatchewan

La province de la Saskatchewan a dévoilé le 18 mars un budget partiel pour 2020-2021. Dans son plan de dépenses de plus de 14 milliards de dollars, rien n’est prévu pour la construction des nouvelles écoles tant attendues par les Fransaskois. Beaucoup ont réagi pour exprimer leur grande déception et promettent de ne pas en rester là.

Le Conseil scolaire fransaskois (CSF) a exprimé son incompréhension par voie de communiqué le 23 mars. « Le manque d’empressement du gouvernement à concrétiser les projets de construction de nouvelles écoles dans les régions scolaires de Regina, Prince Albert et Saskatoon, malgré l’entente de principe signée le 19 mars 2019, nous laisse perplexes », déclare le président Alpha Barry.

Le CSF rappelle par ailleurs que le gouvernement s’est engagé à construire l’une des trois écoles avant 2025. « C’est une déception profonde. On aimerait avoir une rencontre de clarification avec le ministère. On ne baissera pas les bras », indique pour sa part Ronald Ajavon, le directeur général du CÉF. « Le CÉF redoublera d’efforts », promet ainsi l’organisme.

Un goût amer

Les 27 divisions scolaires de la province recevront près de 2 milliards de dollars en fonds d’opération pour 2020-2021, soit une augmentation de 42 millions par rapport à l’année précédente. Malgré tout, aucune enveloppe n’est prévue pour la communauté fransaskoise.

Jean de Dieu Ndayahundwa

Jean de Dieu Ndayahundwa

Jean de Dieu Ndayahundwa est le porte-parole du Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP) de Regina.
Crédit : Radio-Canada/Saskatchewan
La déception est grande pour Jean de Dieu Ndayahundwa, le porte-parole du Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP) de Regina qui attendent une nouvelle école depuis 2015. « Il y a vraiment un surpeuplement. C’est urgent », avise-t-il. Le CPIP avait entrepris un recours judiciaire en 2017 et obtenu en mars 2018 l’école du Parc comme solution « temporaire ».

La nouvelle était toutefois prévisible selon le porte-parole. « On sentait qu’ils étaient hésitants à nous donner quelque chose de concret. » D’où l’envoi d’une lettre au ministère de l’Éducation le 5 février et de la liste des 116 signataires d’une pétition envoyée le 9 mars au premier ministre, au ministre de l’Éducation, au chef de l’opposition et aux députés de Regina. La lettre est restée sans réponse.

La minorité ignorée ?

La nouvelle est d’autant plus rageante pour certains que le gouvernement prévoit de financer la construction de sept nouvelles écoles anglophones dans la province. « Le fait qu’il n’y ait aucune mention d’un projet d’école communautaire citoyenne à Prince Albert, ni ailleurs dans la communauté fransaskoise, démontre un mépris flagrant à notre égard », conclut ainsi la Société canadienne-française de Prince Albert (SCFPA).

Un plan d’affaires solide avait pourtant été soumis. « Alors que les négociations semblaient évoluer dans la bonne direction, le gouvernement provincial a choisi d’ignorer encore une fois les besoins criants de nouveaux espaces scolaires et communautaires à Prince Albert », déplore la SCFPA.

L’organisme se dit d’autant plus surpris qu’un Mémorandum of Understanding avait été mis en place en 2019 entre le Conseil des écoles fransaskoises et le ministère de l’Éducation. « Nous sommes condamnés encore à essayer d’offrir une pédagogie de qualité dans des espaces scolaires désuets, inadéquats et non sécuritaires », insiste l’organisme.

Des besoins urgents

L’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) est elle aussi déconcertée par l’annonce des dépenses provinciales. L’optimisme était pourtant de mise : « Il y avait des engagements sur la table, le ministère de l’Éducation comprend les enjeux et les messages que nous recevions du gouvernement étaient jusqu’à très récemment encourageants », s’étonne le président Denis Simard.
 

Dustin McNichol

Dustin McNichol

Président de la Fédération des francophones de Saskatoon
La Fédération des francophones de Saskatoon (FFS) rappelle qu’à Saskatoon l’école primaire héberge deux fois plus d’élèves que sa capacité ne le permet. « La majeure partie des élèves travaille dans des locaux provisoires et les espaces communs tels que la bibliothèque et le gymnase sont cruellement sous-dimensionnés. »

« L’avenir de la fransaskoisie dépend des investissements dans le système scolaire et éducatif », souligne Dustin McNichol, président de la FFS. « Si les élèves quittent les écoles fransaskoises pour bénéficier de conditions d’enseignement plus adéquates dans le système majoritaire, c’est l’avenir de notre communauté qui est compromis », renchérit ainsi l’organisme.

Le recours judiciaire envisagé

« Nous sommes dans une situation précaire et inquiétante pour l’avenir de notre communauté », avertit Estelle Hjertaas, porte-parole de la SCFPA. « La SCFPA se réserve le droit de recourir à l’option juridique », laisse-t-elle ainsi présager.

De son côté, Jean de Dieu Ndayahundwa promet que le CPIP et le CSF n’en resteront pas là. « On va retourner devant les tribunaux, indique-t-il. Dès que les choses se calment, on sera prêt pour déclencher les procédures judiciaires. » Une rencontre est prévue début avril avec le CSF pour déterminer une stratégie.

Article précédent Le CÉF adopte le télétravail et le télé-enseignement
Prochain article Pénurie de juristes bilingues : la solution du côté de l’immersion ?
Imprimer
22659

Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF Lucas Pilleri

Autres messages par Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF
Contacter l'auteur

Contacter l'auteur

x
Près de 16 000 ayants droit : un argument massue pour plus d’écoles fransaskoises

Près de 16 000 ayants droit : un argument massue pour plus d’écoles fransaskoises

En novembre dernier, Statistique Canada a révélé que près de 16 000 jeunes Saskatchewanais étaient admissibles à l’instruction en français en 2021. Pourtant, seulement 2 000 élèves fréquentent les écoles francophones de la province. Des personnalités de la communauté réagissent.

25 janvier 2023/Auteur: Anne-Hélène Mai – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4722)/Commentaires (0)/
Francis Kasongo, un pilier de l’éducation en français

Francis Kasongo, un pilier de l’éducation en français

Le 9 novembre, lors du congrès national du Réseau des cégeps et collèges francophones du Canada (RCCFC) à Montréal, le directeur général du Collège Mathieu Francis Kasongo a reçu le prix Pilier collégial francophone. Cette distinction vient ainsi souligner son travail pour le développement de l’éducation postsecondaire collégiale en français en Saskatchewan. Le fier récipiendaire revient sur son engagement.

25 novembre 2022/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (4646)/Commentaires (0)/
Des bibliothèques communautaires à Regina

Des bibliothèques communautaires à Regina

Dans le cadre de la rentrée des classes, l’Association communautaire fransaskoise de Regina (ACFR), en partenariat avec le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF), a dévoilé trois bibliothèques communautaires extérieures. L’objectif : favoriser le partage de livres et encourager à la lecture en français.

18 octobre 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4773)/Commentaires (0)/
Le Conseil culturel fransaskois plus près des écoles

Le Conseil culturel fransaskois plus près des écoles

En cette période de rentrée, le Conseil culturel fransaskois (CCF) veut resserrer ses liens avec le secteur scolaire. 

29 septembre 2022/Auteur: Leanne Tremblay – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4313)/Commentaires (0)/
Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Une nouvelle époque s’ouvre pour le Collège Mathieu qui vient de renouveler sa charte le 17 août. Alors que l’Église catholique ne sera plus représentée dans le conseil d’administration de l’établissement, la nouvelle loi veut faire plus de place à la jeunesse et aux femmes, ainsi qu’à certaines compétences clés. 

1 septembre 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (3735)/Commentaires (0)/
Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse La ministre des Langues officielles et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, Ginette Petitpas Taylor, était en visite le 29 juillet à Regina dans la cadre des consultations pancanadiennes sur les langues officielles entamées en mai dernier. Une visite durant laquelle une annonce de 7,1 millions de dollars a été faite au profit de la Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et du Collège Mathieu.

En évoquant le projet de Loi sur les langues officielles, toujours en cours d’adoption au Parlement, Ginette Petitpas Taylor souligne l’engagement du fédéral à s’assurer que, à l’échelle provinciale, les communautés de langues officielles en situation minoritaire « reçoivent les services et droits nécessaires pour continuer à vivre et à travailler dans leur langue maternelle ».  

12 août 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse /Nombre de vues (3212)/Commentaires (0)/
7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

La Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et le Collège Mathieu viennent de bénéficier d’un budget de plus de 7,1 millions de dollars pour la construction, la rénovation et le développement d’espaces éducatifs postsecondaires, mais aussi pour accroître l’offre de programmes qui desservent les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

29 juillet 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (3806)/Commentaires (0)/
Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Depuis le 8 juin, le Café le Réseau a ouvert ses portes au sein même de l’école Monseigneur de Laval. Se voulant un lieu de rencontre, l’établissement est une initiative 100 % étudiante qui fait la fierté des jeunes et de leurs enseignants, et le bonheur des clients.

2 juillet 2022/Auteur: Lucas Pilleri – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (2638)/Commentaires (0)/
Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joseph, dit Joe, Poirier a passé sa vie à défendre la cause fransaskoise. À 78 ans, il est récompensé pour ce dévouement en recevant, en avril dernier à Ottawa, la Médaille du souverain pour les bénévoles des mains de la gouverneure générale du Canada Mary Simon.

13 mai 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4532)/Commentaires (0)/
La francophonie entre privilèges et marginalisations

La francophonie entre privilèges et marginalisations

Les chercheurs et membres des communautés francophones de l’Ouest et du Canada se sont rassemblés de manière virtuelle dans le cadre du colloque du Centre d’études franco-canadiennes de l’Ouest, organisé par La Cité universitaire francophone de l’Université de Régina.

6 avril 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (4797)/Commentaires (0)/
L’enseignement en français au cœur des débats

L’enseignement en français au cœur des débats

Les collèges et universités francophones en milieu minoritaire font face à d’importants défis partout au Canada.

1 mars 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (6452)/Commentaires (0)/
Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les programmes d’immersion ont augmenté dans les vingt dernières années, mais moins de la moitié des élèves restent jusqu’à l’obtention de leur diplôme.

10 février 2022/Auteur: Ericka Muzzo – Francopresse /Nombre de vues (5359)/Commentaires (0)/
Postsecondaire dans l'Ouest: la demande dépasse l’offre

Postsecondaire dans l'Ouest: la demande dépasse l’offre

Dans l’Ouest canadien, la demande pour des programmes en français est plus élevée que l’offre des établissements postsecondaires. C'est ce qui ressort des États généraux sur le postsecondaire en contexte francophone minoritaire.

8 février 2022/Auteur: Marianne Dépelteau – Francopresse/Nombre de vues (5982)/Commentaires (0)/
La francophonie, parent pauvre du postsecondaire

La francophonie, parent pauvre du postsecondaire

L’égalité est loin d’être atteinte entre les établissements postsecondaires francophones et ceux de la majorité anglophone. 

25 janvier 2022/Auteur: Francopresse/Nombre de vues (5802)/Commentaires (0)/
Revue de l'année 2021 - Éducation

Revue de l'année 2021 - Éducation

Survol de l'actualité fransaskoise durant l'année 2021 dans le domaine de l'éducation.

14 janvier 2022/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (6247)/Commentaires (0)/
RSS
135678910Dernière

 - mardi 23 avril 2024