Skip Navigation
École à distance : Les élèves du CÉF ont hâte de se brancher

École à distance : Les élèves du CÉF ont hâte de se brancher

Ronald Ajavon

Ronald Ajavon

Le directeur général du Conseil des écoles fransaskoises a adopté le télétravail pendant la fermeture forcée des écoles.
Crédit : CÉF
Sur fond de pandémie de COVID-19, le gouvernement de la Saskatchewan a pris la décision de fermer les écoles provinciales depuis le 20 mars pour une durée indéterminée. Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) a proposé dans la foulée un enseignement à distance, que le ministère de l’Éducation a cependant temporisé. Quel état d’esprit règne aujourd’hui au sein des familles ? Quel accueil réservent-elles au télé-enseignement ?

Le 19 mars, le CÉF transmettait une note d’information à des centaines de parents pour clarifier le processus de mise en place d’un service éducatif en ligne à destination des élèves de la prématernelle à la 12e année.

Si les équipes technique et enseignante ont œuvré sans relâche pour offrir cette alternative dès le lundi 23 mars, elles ont dû se résoudre à suivre une directive d’un ministère de l’Éducation soucieux de laisser aux familles un temps d’adaptation.

Dans sa note, Ronald Ajavon, directeur général du CÉF, fournit le calendrier des prochaines étapes : « Du 30 mars au 3 avril, les équipes-écoles poursuivront leur préparation au nouveau mode de livraison des cours. »

Cette semaine inclura notamment « une journée de vérification du branchement avec les élèves » sur la plateforme afin de résoudre d’éventuels soucis techniques. Les activités éducatives débuteront quant à elles le lundi 6 avril.

Une pause mise à profit

En attendant l’ouverture de la plateforme, nombreux sont les élèves qui continuent leur apprentissage à la maison. Afin de stimuler son fils Samwel, inscrit à l’école maternelle de l’école Ducharme de Moose Jaw, Damien Musekura lui « donne quelques travaux éducatifs et des options comme la télévision ou encore le sport ».

Du côté de Timotej Fasiang, élève en 12e année à l’école Monseigneur de Laval de Régina, cette période de confinement est mise à profit pour suivre le programme Calculus suggéré par l’école. Timotej souhaite ainsi prendre de l’avance : « Si je passe, je reçois un crédit universitaire et je n’aurai pas besoin de prendre le cours à l’université. »

L’école n’est pas finie

L’objectif est clair pour le directeur du CÉF : « Il reste encore 4 mois d’apprentissage et on doit pouvoir préparer les élèves le plus possible à la réussite universitaire ou à la réussite de leurs prochaines années. » C’est l’esprit qui anime les équipes du CÉF qui mettent « les bouchées doubles pour s’assurer d’offrir le meilleur service possible », souligne le responsable.

Parents comme élèves semblent partager cette vision et reconnaissent l’importance de poursuivre l’enseignement prescrit, même si le gouvernement a par ailleurs précisé qu'il était facultatif.

Sanjana Amaroo, maman d’une fille en 7e année, en est convaincue : « Il faut absolument qu’elle suive ces sessions en ligne parce que je m’inquiète quand même, elle est dans la 7e année et il y a beaucoup au niveau du curriculum qu’elle va manquer. »

« Le contenu sera adapté, pas dilué », assure Ronald Ajavon. Timotej, lui, est serein sur la qualité des contenus qui seront proposés : « On est chanceux ici à Régina et au CÉF d’avoir de bons enseignants. Je suis certain qu’ils vont tout inclure et je suis sûr qu’ils vont pouvoir bien nous enseigner même en ligne. »

Une plateforme de socialisation

Au-delà de l’aspect éducatif, la plateforme en ligne du CÉF a été pensée pour permettre aux élèves de côtoyer leurs camarades. Ronald Ajavon souligne l’importance de recréer un environnement de classe virtuelle dans un contexte de distanciation physique : « Avec l’isolement, on veut s’assurer que les élèves puissent garder ce volet de socialisation avec leurs amis. »

L’argument séduit déjà les familles. Myriam Ben Naceur, maman de Sara-Marie en 1ère année à l’école Monseigneur de Laval, apprécie cette idée de polyvalence qu’elle résume ainsi : « Oui, c’est pour apprendre, mais ça serait en plus pour garder la connexion. »

Une formule qui plaît

Sara-Marie aura par ailleurs la possibilité de poursuivre son entraînement de gymnastique grâce à la flexibilité de l’offre de télé-enseignement. Là encore, Ronald Ajavon « garde à l’esprit que le contact extérieur est important. […] Tout cela fait partie de notre plan, il y a plusieurs choses que l’on peut apprendre, découvrir ou explorer à cet âge-là. »

Myriam Ben Naceur relève un ultime avantage à l’heure du numérique : « Les jeunes ont hâte. Comme moi, ma fille n’a jamais eu l’occasion de se mettre devant un ordi pour travailler ou pour étudier. Ils vont découvrir quelque chose de nouveau. » Pour les dernières générations, prendre en main la plateforme sera sans doute un jeu d’enfant.

L’engouement pour le télé-enseignement est palpable et devrait attirer l’essentiel des familles selon le directeur du CÉF qui s’attend à une grande participation : « On reçoit des appels de parents qui ont hâte de commencer les cours », témoigne-t-il.

Ronald Ajavon assure enfin que le CÉF reste présent pour accompagner les parents qui décideront d’assurer l’éducation à domicile de leurs enfants.

Article précédent Le CÉF lance une application pour téléphone intelligent
Prochain article Le CÉF adopte le télétravail et le télé-enseignement
Imprimer
25769

Sébastien Durand – Initiative de journalisme local – APF Sébastien Durand

Autres messages par Sébastien Durand – Initiative de journalisme local – APF
Contacter l'auteur

Contacter l'auteur

x
Faire reconnaître l’apprentissage non formel et informel du français

Faire reconnaître l’apprentissage non formel et informel du français

En dehors du cursus scolaire, les situations d’apprentissage sont infinies. C’est le message que veut faire passer le Réseau pour le développement de l’alphabétisme et des compétences (RESDAC). Une considération que l’organisme veut faire inscrire dans la modernisation de la Loi sur les langues officielles.

3 avril 2023/Auteur: Anne-Hélène Mai – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4469)/Commentaires (0)/
Trois minutes pour convaincre

Trois minutes pour convaincre

Le 13 mars, l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) a convié en ligne le public à la finale fransaskoise du concours Ma thèse en 180 secondes. La relève universitaire d’expression française de la province a ainsi présenté ses projets de recherche en un format accessible, ludique et dynamique.

23 mars 2023/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (4247)/Commentaires (0)/
Une pionnière de l’enseignement des arts industriels récompensée

Une pionnière de l’enseignement des arts industriels récompensée

La Fransaskoise Julie Lemire s’est vu remettre, le 4 novembre 2022, le Saskatchewan Youth Apprenticeship (SYA) Champion Award, un prix qui souligne les réalisations d’enseignants du secteur des arts industriels de la province.

27 janvier 2023/Auteur: Estelle Bonetto/Nombre de vues (4313)/Commentaires (0)/
Près de 16 000 ayants droit : un argument massue pour plus d’écoles fransaskoises

Près de 16 000 ayants droit : un argument massue pour plus d’écoles fransaskoises

En novembre dernier, Statistique Canada a révélé que près de 16 000 jeunes Saskatchewanais étaient admissibles à l’instruction en français en 2021. Pourtant, seulement 2 000 élèves fréquentent les écoles francophones de la province. Des personnalités de la communauté réagissent.

25 janvier 2023/Auteur: Anne-Hélène Mai – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4977)/Commentaires (0)/
Francis Kasongo, un pilier de l’éducation en français

Francis Kasongo, un pilier de l’éducation en français

Le 9 novembre, lors du congrès national du Réseau des cégeps et collèges francophones du Canada (RCCFC) à Montréal, le directeur général du Collège Mathieu Francis Kasongo a reçu le prix Pilier collégial francophone. Cette distinction vient ainsi souligner son travail pour le développement de l’éducation postsecondaire collégiale en français en Saskatchewan. Le fier récipiendaire revient sur son engagement.

25 novembre 2022/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (5120)/Commentaires (0)/
Des bibliothèques communautaires à Regina

Des bibliothèques communautaires à Regina

Dans le cadre de la rentrée des classes, l’Association communautaire fransaskoise de Regina (ACFR), en partenariat avec le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF), a dévoilé trois bibliothèques communautaires extérieures. L’objectif : favoriser le partage de livres et encourager à la lecture en français.

18 octobre 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (5328)/Commentaires (0)/
Le Conseil culturel fransaskois plus près des écoles

Le Conseil culturel fransaskois plus près des écoles

En cette période de rentrée, le Conseil culturel fransaskois (CCF) veut resserrer ses liens avec le secteur scolaire. 

29 septembre 2022/Auteur: Leanne Tremblay – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4877)/Commentaires (0)/
Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Une nouvelle époque s’ouvre pour le Collège Mathieu qui vient de renouveler sa charte le 17 août. Alors que l’Église catholique ne sera plus représentée dans le conseil d’administration de l’établissement, la nouvelle loi veut faire plus de place à la jeunesse et aux femmes, ainsi qu’à certaines compétences clés. 

1 septembre 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4118)/Commentaires (0)/
Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse La ministre des Langues officielles et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, Ginette Petitpas Taylor, était en visite le 29 juillet à Regina dans la cadre des consultations pancanadiennes sur les langues officielles entamées en mai dernier. Une visite durant laquelle une annonce de 7,1 millions de dollars a été faite au profit de la Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et du Collège Mathieu.

En évoquant le projet de Loi sur les langues officielles, toujours en cours d’adoption au Parlement, Ginette Petitpas Taylor souligne l’engagement du fédéral à s’assurer que, à l’échelle provinciale, les communautés de langues officielles en situation minoritaire « reçoivent les services et droits nécessaires pour continuer à vivre et à travailler dans leur langue maternelle ».  

12 août 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse /Nombre de vues (3531)/Commentaires (0)/
7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

La Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et le Collège Mathieu viennent de bénéficier d’un budget de plus de 7,1 millions de dollars pour la construction, la rénovation et le développement d’espaces éducatifs postsecondaires, mais aussi pour accroître l’offre de programmes qui desservent les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

29 juillet 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4137)/Commentaires (0)/
Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Depuis le 8 juin, le Café le Réseau a ouvert ses portes au sein même de l’école Monseigneur de Laval. Se voulant un lieu de rencontre, l’établissement est une initiative 100 % étudiante qui fait la fierté des jeunes et de leurs enseignants, et le bonheur des clients.

2 juillet 2022/Auteur: Lucas Pilleri – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (2845)/Commentaires (0)/
Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joseph, dit Joe, Poirier a passé sa vie à défendre la cause fransaskoise. À 78 ans, il est récompensé pour ce dévouement en recevant, en avril dernier à Ottawa, la Médaille du souverain pour les bénévoles des mains de la gouverneure générale du Canada Mary Simon.

13 mai 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (5098)/Commentaires (0)/
La francophonie entre privilèges et marginalisations

La francophonie entre privilèges et marginalisations

Les chercheurs et membres des communautés francophones de l’Ouest et du Canada se sont rassemblés de manière virtuelle dans le cadre du colloque du Centre d’études franco-canadiennes de l’Ouest, organisé par La Cité universitaire francophone de l’Université de Régina.

6 avril 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (5240)/Commentaires (0)/
L’enseignement en français au cœur des débats

L’enseignement en français au cœur des débats

Les collèges et universités francophones en milieu minoritaire font face à d’importants défis partout au Canada.

1 mars 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (6860)/Commentaires (0)/
Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les programmes d’immersion ont augmenté dans les vingt dernières années, mais moins de la moitié des élèves restent jusqu’à l’obtention de leur diplôme.

10 février 2022/Auteur: Ericka Muzzo – Francopresse /Nombre de vues (5623)/Commentaires (0)/
RSS
135678910Dernière

 - mercredi 29 mai 2024