Skip Navigation

En quelques mots

Un processus d’immigration facilité pour les francophones hors Québec

Un processus d’immigration facilité pour les francophones hors Québec
2300 of views

Les francophones qui veulent immigrer hors Québec ont désormais une catégorie qui leur est réservée dans le système Entrée express : la « compétence linguistique en français ». Avec davantage de points attribués, ces candidats auront donc plus de chances d’obtenir la résidence permanente.

Le ministère d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) a annoncé récemment un ensemble de six catégories au sein d’Entrée express pour faciliter l’immigration économique, dont « la compétence linguistique en français ».

Cette nouveauté accordera plus de souplesse au ministère dans la sélection des candidats, dans le cadre des programmes gérés par Entrée express.

Image
Alain Dupuis, directeur général de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) Crédit : Courtoisie de la FCFA

Les candidats doivent passer par l’un des trois programmes fédéraux d’Entrée express pour bénéficier de plus de points : la Catégorie de l’expérience canadienne (CEC), le Programme des travailleurs qualifiés ou le Programme des travailleurs de métiers spécialisés.

Test de français

Pour être sélectionnés, les candidats seront invités à déposer leur candidature pour la résidence permanente s’ils ont obtenu la note minimale de 7 à un test de français officiel. Ainsi le candidat pourra recevoir plus de points dans le système de classement global d’Entrée express.

« Étant donné que les candidats ayant des scores linguistiques plus élevés sont susceptibles d’être mieux classés parmi les autres candidats du bassin, ils [pourront] être invités à demander la résidence permanente par le biais d’un tour de sélection par catégorie pour les personnes maîtrisant le français », précise Rémi Larivière, conseiller principal en communication pour IRCC.

Si, par exemple, une infirmière francophone souhaite obtenir la résidence permanente et qu’elle obtient la note de 7 aux tests, elle pourrait être invitée à déposer sa candidature à la fois dans la catégorie de compétence linguistique en français et dans la catégorie des professions de la santé.

« [Ces candidats] seraient invités à par le biais d’une ronde d’invitation à postuler pour les candidats maîtrisant le français, ou d’une ronde d’invitation à postuler pour les travailleurs de la santé », ajoute Rémi Larivière.

Une bonne nouvelle inattendue

Pour Alain Dupuis, directeur général de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), c’est une bonne nouvelle.

« Avant, il fallait des permissions spéciales pour favoriser les candidats francophones. C’était selon le principe du premier arrivé, premier servi », affirme-t-il.

Pourtant, l’annonce n’est pas à la hauteur de ce que demandait l’organisme, soit un programme économique distinct pour les francophones. L’annonce ministérielle « est une réforme qui existe depuis des années », souligne Alain Dupuis.

Image
Sean Fraser, ministre d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) Crédit : Inès Lombardo – Francopresse

En effet, la nouvelle annonce se concentre sur les besoins de main-d’œuvre au Canada, mais elle n’est pas taillée sur mesure pour les besoins des communautés francophones, ce que voudrait la FCFA.

Immigration économique

Par ailleurs, vu qu’IRCC ne collecte pas les données sur la main-d’œuvre francophone, il y a lieu pour la FCFA de se demander sur quelles données le ministère va se baser pour répondre spécifiquement à ces besoins, comme dans les garderies ou les écoles en milieu minoritaire par exemple.

« Mais ça va permettre au gouvernement à ce qu’il y ait plus de tirages dans les bassins [de candidats francophones] pour atteindre les cibles d’immigration », nuance-t-il.

Toutefois, le ministère ne précise pas dans quelle proportion il projette d’augmenter le nombre d’immigrants francophones à l’extérieur du Québec. Rémi Larivière précise ne pas pouvoir « spéculer sur le nombre de personnes qui soumettront une demande sous l’ensemble relatif à la maîtrise du français ».

Des consultations publiques sont prévues cet été. Les cibles d’IRCC pour l’immigration francophone en milieu minoritaire devraient tomber cet automne, au moment du dépôt du Plan pluriannuel.

Comments are only visible to subscribers.