Close
Une collection prometteuse à l’ACFR

Une collection prometteuse à l’ACFR

Costumes, chapeaux, foulards, chaussures… La garde-robe de l’Association communautaire fransaskoise de Regina (ACFR), située dans l’auditorium du Carrefour Horizons, compte des centaines de vêtements et accessoires. Des étoffes qui pourraient rapporter gros sur le long terme.

Si l’ACFR possède autant de vêtements de théâtre, c’est à cause de sa troupe Oskana qui a sévi pendant de nombreuses années. « Au fil des ans, la collection de costumes a grandi jusqu’au point où on en a une salle remplie », observe Claire Bélanger-Parker, consultante pour l’ACFR depuis l’automne 2021.

La troupe communautaire n’est plus en activité depuis 2020 en raison de la pandémie. « Ça prendra un bénévole qui veut s’engager pour remettre la troupe sur pied », explique la consultante. « Dans sa capacité actuelle, l’ACFR ne peut pas le faire », précise-t-elle.

Image
La costumière Brenda Shenher œuvre dans l’industrie du film et des séries depuis trois décennies. Crédit : Courtoisie

Aussi, pour mener à bien ce travail de titan, la costumière professionnelle Brenda Shenher a été appelée à la rescousse. « Elle travaille dans l’industrie du film depuis 25 ans, elle connaît très bien les costumes à travers le Canada, justifie Claire Bélanger-Parker. Elle a été costumière pour beaucoup de séries et de films, elle a vraiment une expertise extraordinaire. »

Une collection d’envergure

Le travail de triage et de catégorisation a ainsi débuté en novembre. « Certains vêtements étaient clairement de nature historique, indique l’experte Brenda Shenher [ndlr : propos traduits de l’anglais]. On a différentes décennies : les années 1960, 1970, 1980 et 1990. Tout ce qui appartient aux années 2000 et au-delà a été classifié comme contemporain. »

Outre les époques, les précieux habits ont été classés par genre : vêtements pour hommes, pour femmes, pour enfants, uniformes militaires, bibliques, historiques, fantaisie, Noël, religion, danse traditionnelle, mariage…

Une centaine d’heures auront été nécessaires à ce grand ménage : « Ça s’est très bien passé, relate Brenda Shenher, j’ai travaillé 9 ou 10 heures par jour pendant 10 jours afin de passer au travers de la collection. J’ai trié les vêtements en catégories et étiqueté clairement les sections, boîtes et corbeilles en français et en anglais. »

Générer des revenus

Claire Bélanger-Parker se félicite du travail accompli et se tourne déjà vers les prochaines étapes du projet : développer un catalogue en ligne de location à disposition des troupes de théâtre locales, voire nationales, des écoles et de l’industrie du film.

Image
Le projet de collection de costumes de l’ACFR a été rendu possible grâce à l’aide du Programme d’aide aux membres associatifs (PAMA), administré par le Conseil culturel fransaskois (CCF). Crédits : Sebastian Fasiang / Courtoisie de l’ACFR

« Un bénévole, Pierre-Emmanuel Komoé, s’est porté volontaire pour constituer une base de données, explique la consultante. On va travailler avec les élèves du secondaire pour prendre des photos et monter un catalogue en ligne. »

Ce catalogue virtuel, qui devrait voir le jour d’ici à la fin de l’année, s’articulera autour d’un système de location. « Il pourrait être utile de partager la collection de costumes avec d’autres écoles, avec la communauté théâtrale locale et avec l’industrie du film qui grandit en Saskatchewan », évoque Brenda Shenher.

En outre, les éléments de la collection pourraient être prêtés aux partenaires communautaires à certaines occasions, « pour les Journées du patrimoine avec la Société historique, par exemple », propose Claire Bélanger-Parker.

La remise en ordre des costumes constitue l’un des 19 projets de redressement entrepris par l’ACFR depuis l’automne 2021. « On fait constamment appel à la communauté. S’il y a des gens intéressés par le théâtre, qu’ils nous appellent ! », lance Claire Bélanger-Parker.

 

Imprimer
154
Back To Top