Close
Une campagne de financement pour assurer la survie de L'Eau vive

Une campagne de financement pour assurer la survie de L'Eau vive

Mot d'André Poulin-Denis, président du Conseil d’administration de la Coopérative des publications fransaskoises

Cette semaine la CPF lance une campagne de prélèvement de fonds importante. Cette initiative a pour objectif d’assurer l’épanouissement du journal l’Eau vive pour notre communauté. Elle s’insère dans la campagne d’automne de la Fondation fransaskoise. Les donateurs bénéficieront donc d’un reçu aux fins d’impôts. L’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) a décidé de soutenir l’opération.  

Depuis plusieurs années votre journal est déficitaire. Les difficultés financières existent même si son contenu s’est grandement amélioré avec le développement d’un réseau de correspondants qui assurent la couverture d’événements importants partout en province.  Nous sommes également fiers de la création du Portail fransaskois, un outil de communication puissant dont s’est maintenant dotée la communauté fransaskoise.

Le déficit de la CPF s’explique de plusieurs façons. D’une part, la presse écrite partout au Canada subit des changements importants. L’ère du numérique multiplie les possibilités de publicité pour les particuliers, les entreprises et les gouvernements, ce qui a obligé plusieurs publications à changer leur approche et à réinventer leur façon de faire.  De grands et petits journaux passent à l’ère de la distribution numérique. Certains ne se relèvent pas de ce changement et sont contraints de fermer.

D’autre part, la publicité fédérale dans les publications de langue française en milieu minoritaire a baissé de 77% entre 2006 et 2014. Or il s’agit de la plus grande source de revenus pour la CPF. Comme nous en avons fait état dans l’Eau vive la semaine dernière, ceci a mené la Fédération des communautés francophones et acadiennes, l’Association de la presse francophone et la CPF, parmi tant d’autres, à déposer une plainte auprès du Commissaire aux langues officielles.

 

A cela s’ajoute l’élection fédérale. Le gouvernement canadien ne peut pas, sous la loi électorale, faire de publicité dans nos colonnes. Ceci a entraîné pour l’Eau vive une perte de 55 000 $ comparativement à l’année dernière. Face à ce trou financier, le Conseil d’administration de la CPF a dû prendre des décisions difficiles ces dernières semaines.

 

A compter du mois de novembre et jusqu’à la fin décembre, l’Eau vive, que vous receviez chaque semaine, sera contraint de paraître aux deux semaines et uniquement de façon électronique. Tous les abonnés ont accès au journal en ligne par le biais du Portail fransaskois. Vous pouvez contacter nos bureaux pour obtenir votre code, si vous ne le connaissez pas.

 

Début décembre, nous comptons aussi convoquer une Assemblée extraordinaire des sociétaires pour leur présenter de nouveaux modèles de fonctionnement qui pourront assurer la pérennité de la CPF et du journal. La présente situation confirme que le modèle actuel de l’Eau vive n’est plus viable aujourd’hui. Ainsi, les sociétaires devront décider de son avenir.

 

La presse francophone en Saskatchewan est un beau projet qui connaîtra un nouveau chapitre.  Novembre annoncera le lancement de la nouvelle version du Portail fransaskois. Offrant ainsi un site de convergence pour que tous les organismes et les communautés régionales puissent partager et diffuser leur information. C’est un projet incroyable qui figurera comme un élément parmi d’autres dans la structure de la CPF. Je vous invite à prendre part au processus décisionnel pour déterminer à quoi ressemblera la prochaine incarnation de l’Eau vive. Je vous invite aussi à participer et à contribuer à la campagne de financement pour que le seul journal francophone distribué dans toute la Saskatchewan connaisse à nouveau une stabilité financière.
Imprimer
3884

Navigation du site

Categories

Back To Top