Close
Les Wilson, une famille résolument moderne
Arthur Béague
/ Catégories: Chronique environnement

Les Wilson, une famille résolument moderne

Devant ce bal majestueux qui pousse des milliers d’oiseaux à venir passer l’été dans nos contrées, il en est une qui sort du lot, moderne et unique. Coup de projecteur sur une espèce animale matriarcale : les phalaropes de Wilson.

Le phalarope de Wilson (Phalaropus tricolor) est une espèce qui appartient au groupe des limicoles, c’est-à-dire des oiseaux de rivage. Il est friand des organismes présents dans l’eau basse, et ceux qui ont eu la chance de survoler la Saskatchewan auront très vite compris pourquoi cet animal y trouve son compte.

Ce n’est certainement pas les quelque 18 000 kilomètres qui freineront l’envie de cet oiseau de venir profiter des milliers d’étangs et de marais que la province a à lui offrir. Chaque année, aux alentours du mois de mai, les phalaropes, baluchons sur le dos, quittent les lacs salés des Andes pour rejoindre les Prairies canadiennes.

Pas de ça chez les Wilson !

Comme tout un chacun, à l’arrivée sur le lieu des vacances, on déplie ses bagages, on regarde le paysage et on file au buffet. C’est ici que les premières interactions naissent. On regarde ses voisins, on scrute leurs habitudes et on juge leur tenue vestimentaire.

C’est peu dire que les Wilson font rapidement jaser dans le paysage. Les regards sont soutenus, un brin moqueurs, mais surtout interrogatifs. Qui sont-ils et pourquoi font-ils tout différemment ?

Chez les oiseaux, les rôles sont bien souvent simples. À l’approche de la saison des amours, les mâles sortent leurs plus belles tenues et font la cour aux demoiselles, les éblouissant de leur plumage coloré et de mélodies soigneusement préparées. L’acte consommé, il est l’heure de trouver un nid où la femelle passera le plus clair de son temps. Couver, élever, telle est sa destinée.

Mais les phalaropes de Wilson ont une vision bien différente de la parentalité. Ici, ce sont les femelles qui font les avances. C’est elle qui prend la décision de choisir l’emplacement du nid que le mâle construira, bien caché dans les hautes herbes.

Bien qu’ayant toute la bonne volonté du monde, le mâle ne pond pas les œufs, mais il assume malgré tout sa paternité pleinement en les couvant. Tandis que monsieur s’occupe de l’élevage des jeunes, la femelle défend corps et âme le territoire.

Richardson, à jamais le premier

L’explorateur et médecin écossais John Richardson (1787-1865) a passé 8 ans à explorer les contrées canadiennes. Nous lui devons de nombreux ouvrages et travaux en histoire naturelle qui sont toujours des références 200 ans plus tard.

La petite histoire raconte qu’en tuant un phalarope de Wilson le 21 juin 1827 à Cumberland House sur la rivière Saskatchewan, il fut le premier Européen à reconnaître le phénomène de rôle sexuel inversé chez les phalaropes.

L’inversion des rôles des sexes se définit généralement par un investissement des mâles dans la reproduction et l’élevage des jeunes plus important que celui des femelles.

Lorsque c’est le cas, les futurs pères deviennent en revanche plus exigeants dans le choix de leur partenaire et c’est donc au tour des femelles de se parer d’ornements pour séduire les mâles. C’est ce qu’on appelle l’expression des caractères sexuels secondaires.

C’est grâce à une concentration particulièrement élevée en testostérone (une hormone généralement plus présente chez les mâles) que madame Wilson peut se mettre sur son 31. Opération séduction lancée pour l’été !

Imprimer
100

Navigation du site


Categories

Back To Top