Close
Les élèves de Mgr de Laval à l’école du recyclage
Luc Bengono

Les élèves de Mgr de Laval à l’école du recyclage

« Quand je vais recycler des cannettes et des bouteilles, on nous donne de l’argent. Pourquoi? » Le recyclage devrait être un acte citoyen gratuit, a voulu souligner la petite Evelyn, 9 ans.

Jerry Farkas, l’agent chargé d’accueillir et d’instruire la quarantaine d’élèves de 4e année de Laval en visite sur le site SARCAN au 1421 de la rue Fleury à Regina, a dû reconnaître la pertinence de la question. C’était dans la matinée du jeudi 27 février. Une demi douzaine de parents ont fait le déplacement. Ça en valait la peine.

Les élèves et les parents ont appris que dans certaines localités du Canada, le système de recyclage gratuit de cannettes et de bouteilles a été expérimenté. Ce fut un échec. Par contre, la stratégie de rémunération est efficace.

À titre d’exemple, en Saskatchewan, quatre-vingt-dix pour cent des cannettes en fer et en aluminium vendues sur le marché reviennent dans les centres de recyclage. D’ailleurs, après 26 années d’existence, SARCAN a recyclé plus 6 milliards de contenants de boissons.

Mais l’argent n’explique pas tout. « Les gens recyclent de plus en plus », a précisé l’agent de SARCAN. « On ne produit nécessairement pas plus de déchets qu’avant, a-t-il ajouté. Simplement, les gens sont mieux sensibilisés. » Le recyclage commence à entrer dans les mœurs. « C’est pourquoi d’année en année, SARCAN ne cesse de grossir ».

En fait, SARCAN est une belle aventure écologique qui a commencé dans les années soixante. En 1968, précisément, la Saskatchewan Association of Rehabilitation Centres (SARC), voit le jour. Constituée de 8 organismes, elle a pour but de venir en aide aux personnes handicapées.

En 1988, la SARC obtient auprès du gouvernement provincial l’exclusivité du recyclage des contenants non rechargeables de boisson. C’est la naissance de SARCAN qui, à l’époque, gère 32 centres de dépôt et ne recycle, en grande partie, que des cannettes en aluminium et en fer.

Aujourd’hui, l’organisme détient 71 centres à travers la Saskatchewan et recycle, entre autres, des bouteilles en verre et en plastique, des boites de jus et de lait en carton, des pots de peinture, des téléviseurs et même des ordinateurs.

Sur le site de la rue Fleury, ils reçoivent dans de gros sacs les objets à recycler qui ont été préalablement triés dans les centres de dépôt. Ces objets sont ensuite écrasés ou compressés en forme de cubes pour être expédiés dans une autre province où ils seront transformés. Les élèves de Laval ont eu droit à une démonstration. « C’est vraiment ouahh », a conclu une élève.

Le recyclage en Saskatchewan

Saskatchewan Paint Recycling Program (SPRP): Depuis son instauration en 2006, ce programme a permis de recycler 1 926 000 litres de peinture.

Saskatchewan Waste Electronic Equipment Program (SWEEP) : Créé en 2007, le SWEEP a intégré l’organisme national Electronic Products Recycling Association (EPRA) en 2013. Plus de 16 000 tonnes de produits électroniques ont été recyclées depuis sa création.

SARCAN : Depuis sa création en 1988, SARCAN a recyclé 6 milliards de contenants pour un total de 19 000 tonnes.

 

Imprimer
5216

Navigation du site

Categories

Back To Top