Close
Le Francothon lance une campagne virtuelle
Lucas Pilleri

Le Francothon lance une campagne virtuelle

Avec l’annulation de tout événement physique en raison de la pandémie de la COVID-19, la campagne du Francothon opte pour le virtuel. Jusqu’au 25 avril, les dons pourront se faire sur le site de la Fondation fransaskoise et plusieurs activités en ligne viendront remplacer celles initialement prévues.

La Fondation fransaskoise se met elle aussi en mode télétravail. « On va encourager les individus et les groupes communautaires à faire des cueillettes de fonds sur les réseaux sociaux », indique Roger Lepage, président de la Fondation.

Les bénévoles qui avaient montré un intérêt pour s’impliquer dans la collecte de fonds du Francothon pourront désormais organiser des activités en ligne, « comme par exemple des spectacles chansonniers ».

Le virtuel au secours du réel

Le conseil d’administration de la Fondation fransaskoise devrait se réunir prochainement, de façon téléphonique, afin de planifier au mieux la campagne virtuelle. « On va inciter les gens à faire des activités sociales sur Facebook, FaceTime, ou par d’autres moyens », éclaire le président.

Pour sa part, Roger Lepage passera des appels depuis son domicile auprès de sa famille et de ses amis pour solliciter des dons. « C’est comme un Francothon, mais dispersé un peu partout », résume-t-il, confiant que l’alternative fonctionnera tout autant.

L’objectif reste malgré tout de rassembler 60 000 dollars avec cette campagne de printemps. « Présentement, on est à 14 000 dollars. On a du chemin à faire. » Optimiste pour le moment, le porte-parole craint les conséquences à long terme de la crise économique engendrée par le coronavirus : « Si ça traîne pour un autre 2-3 mois et que des gens perdent leur emploi, ça ne me surprendrait pas que ça ait un impact sur la campagne. Les gens pensent d’abord à leur famille, ce qui est normal. »

Un capital menacé ?

Alors que les marchés boursiers se sont effondrés, enregistrant des pertes historiques, les réserves de la Fondation pourraient subir un gros coup. « Avant l’effondrement des marchés, on était à peu près à 2,1 millions de dollars. On faisait un retour de 6-7 %, parfois jusqu’à 10 %. Mais le marché général a baissé de 35 % depuis son plus haut niveau », souligne Roger Lepage, craignant des répercussions sur le fonds de la Fondation.

Pour autant, le président se veut rassurant : « On ne retire jamais du fonds en capital investi. » Sur les 100 000 dollars que la Fondation espère récolter chaque année, dont 60 000 au printemps et 40 000 en automne, environ 60 000 sont distribués en bourses et subventions communautaires dans l’année. Les quelque 40 000 dollars restants viennent ainsi grossir les caisses.

La campagne du Francothon a démarré le 14 février et devrait se terminer le 25 avril. Les dons peuvent se faire en ligne à l’adresse suivante : https://fondationfransaskoise.ca/fonds-dons/

Article précédent Résot'âges: L’isolement du confinement n’est pas une fatalité
Prochain article Face à la pandémie, l’heure est à l’entraide
Imprimer
975

Theme picker

 

Navigation du site


Categories

Back To Top