Close
Simb Simb

La région de la Trinité : un bastion de la francophonie en Saskatchewan

Portrait des régions fransaskoises

La région de la Trinité est située à une trentaine de kilomètres à l’est de Saskatoon

La région de la Trinité est située à une trentaine de kilomètres à l’est de Saskatoon

ST-DENIS - Quand on mentionne la région de la Trinité en Saskatchewan, on fait allusion à trois communautés pionnières de la francophonie de la province, soit Prud’homme, Vonda et Saint-Denis. Très tôt, celles-ci ont constitué un bastion de la francophonie dans la province. Ce dossier présente les principaux jalons de l’histoire de cette région, mais aussi, et surtout, les défis actuels auxquels les francophones doivent faire face pour assurer la pérennité de cette région si riche d’histoire.


Prud'homme, Saskatchewan

Prud'homme, Saskatchewan

Photo : Yvan Lebel
Le village de Prud’homme

Situé à 45 minutes au nord-est de Saskatoon sur l’autoroute 27, le village changea de nom cinq fois entre 1897 et 1922 : Bluebell Ranch, Marcotte’s Crossing, Lally’s Siding, Howell et deviendra officiellement Prud’homme en 1922 en l’honneur de l’évêque francophone du diocèse, Mgr Joseph Henri Prud’homme. Même si le statut administratif de Prud’homme lui confère l’appellation de « village », il est tout de même reconnu comme étant une municipalité dotée d’une mairie, dont le responsable est Jarrod Lachapelle. Selon les données de l’année 2016 de Statistiques Canada, le village compte 170 habitants, avec une population composée de Fransaskois, ainsi que de plusieurs familles de cultures hongroises, ukrainiennes et polonaises ; le français et l’anglais étant les langues d’usage.

La présence de la langue française à Prud’homme est saluée grâce à l’arrivée de monseigneur Constant Jean-Baptiste Bourdel en 1904, venant directement de la France.


La communauté de Vonda

Vonda, Saskatchewan

Vonda, Saskatchewan

Photo : Yvan Lebel

Dotée d’un statut administratif de ville rurale (Vonda Town Council), Vonda est gérée par une mairie dont le responsable est Jim Mikituk. La petite ville de près de 400 habitants (384 habitants selon Statistiques Canada en 2016) est située sur l’autoroute 27, à une demi-heure de route au nord-est de Saskatoon et à environ 20 kilomètres à l’ouest de Prud’homme. La communauté ne voit le jour qu’en 1902, lorsque les ingénieurs de la compagnie des chemins de fer (Canadian Northern) choisissent le nom de Vonda pour la nouvelle gare en l’honneur de la fille de Cyr Warman, un officier de la compagnie. Peuplée majoritairement de Fransaskois et de colons venus d’Ukraine, Vonda est un centre communautaire francophone comprenant la seule école francophone de la région. Elle est également le siège de la paroisse de Saint-Philippe-de-Néri.

Toutefois, l’avènement de la langue française à Vonda se fera grâce à Joseph Marcotte, un jeune Canadien français de Saint-Félix-de-Kinsey au Québec, qui arrive en 1897 avec un troupeau de vaches et de chevaux.


Le hameau de Saint-Denis

Saint-Denis est une petite communauté située à 40 kilomètres à l’est de Saskatoon, appartenant à la municipalité rurale de Grant, qui comptait elle-même 470 habitants en 2016. C’est en 1905, année de fondation de la province de la Saskatchewan, qu’est née la petite communauté de Saint-Denis. Clotaire Denis, le père, est un des premiers Français à venir s’établir dans la région, à l’âge de 18 ans. Il sera suivi par les familles de Jacques Chevalier, Jean Mével et les frères Jean-Marie, Laurent et Pierre Le Naour, etc.

Saint-Denis, à titre de hameau, se verra doté d’un bureau de poste à partir de 1907 et abritera plus tard, dans les années 80, le centre communautaire fransaskois de la Trinité (CCFT), qui deviendra par la suite l’Association communautaire fransaskoise de la Trinité (ACFT).


Église de St-Denis, Saskatchewan

Église de St-Denis, Saskatchewan

Photo : Yvan Lebel
Les défis du district de la Trinité

De l’avis de Paul Hounjet, député de l’ACF pour la région de la Trinité, « le premier gros défi auquel fait face le district de la Trinité est un manque de plus en plus criant de bénévoles pour assurer la relève au sein de la communauté, et notamment de l’ACFT ». Cela pourrait s’expliquer par un manque de disponibilité chez les jeunes membres et sympathisants, ou encore laisser entrevoir une absence d’intérêt de leur part pour l’association. Toujours est-il que bon nombre de jeunes de la Trinité, nés de parents francophones, semblent avoir d’autres priorités que de s’impliquer dans le développement de ce qui a été, au début du 20e siècle, un vivier de la francophonie en Saskatchewan. C’est ce qui expliquerait le fait que Prud’homme n’ait aucun représentant ayant droit de vote au sein du comité de gestion de l’ACFT.

Les nombreuses vagues d’émigration des fils et filles de certains pionniers vers les grandes villes (Prud’homme en a beaucoup souffert), ainsi que l’arrivée de familles unilingues anglophones à la Trinité, en plus du caractère exogame de plusieurs familles au sein desquelles le français n’est pas dominant et l’école comme seul milieu où les enfants s’exprimeront à 80 % en français, sont quelques-uns des défis linguistiques que rencontrent les trois communautés francophones.

En outre, on constate que l’absence d’une communication harmonieuse entre de petits groupes communautaires crée des intrigues qui pourraient ternir l’image et le bon fonctionnement d’initiatives louables. Le fait que la principale route de Saint-Denis soit non bitumée serait un prétexte pour certains pour éviter de s’y rendre et prendre part aux activités communautaires francophones, d’autant plus qu’il y existe une perception, véhiculée depuis des années, selon laquelle l’ACFT serait une propriété de Saint-Denis. Cette perception perdure malgré les efforts de l’ACFT pour organiser quelques activités hors de Saint-Denis, par exemple en collaboration avec l’école Providence et dans ses locaux. Ce qui pourrait interpeller le comité exécutif de l’association à en faire davantage pour décentraliser ses activités.

Un autre grand défi que connait la municipalité rurale de Vonda est la stagnation de la croissance démographique. La présence d’une école dotée d’une bonne réputation, la construction d’une nouvelle autoroute et les possibilités d’emploi devraient inciter plusieurs personnes à venir s’installer à Vonda. Ce qui est impossible pour l’instant à cause d’une pénurie de logements. Cette dernière s’explique par la caducité du système de gestion des eaux usées qui ne supporterait pas plus d’habitations. L’espoir repose sur les programmes de financement des infrastructures, afin de construire, d’ici cinq ans, un nouveau système de gestion des égouts doté d’une plus grande capacité et permettant de viabiliser 14 lots sur le côté est de Vonda.

À suivre...

Imprimer
439

Navigation du site

Categories

Back To Top