Close

Des réfugiés de 1980 en visite à Saint-Brieux

La famille Chan chez Paul et Lilianne Leray

La famille Chan chez Paul et Lilianne Leray

Cette famille vietnamienne faisait partie de la vague de réfugiés en 1980. Ils ont été accueillis à Saint-Brieux où ils ont vécu quelques mois. Ils sont revenus visiter leur communauté d'accueil en 2015.
SAINT-BRIEUX - Trente-cinq ans se sont écoulés depuis qu'une famille d'origine chinoise habitant le Vietnam a quitté ce pays violent par petit bateau.  Quel sera le sort de la famille de Thiem Au, de son frère Nam, son épouse et leur petite fillette?  Ces gens ont risqué leur vie pour trouver une société inviolable.  Que deviendront-ils, ballottés par l'orage et les vagues?  Naufrage?...Noyade? Ou pire?  Peut-être un secours international?Destination? Qui sait? Le Canada peut-être?  Qui de tous les autres réfugiés survivront? 

Comme bien d'autres Canadiens, en entendant ces tristes nouvelles sept couples de Saint-Brieux sont passés à l'action: Leslie et Mathilda Bédard, Denis et Yvonne Bergot, Paul et Marie Brassard, Paul et Lilianne Leray, Léon et Florette Rhéaume, Dominique et Jeanne Rocher et Yves et Marthe Rohel ainsi que les religieuses les Filles de la Providence de Saint-Brieux. Ils ont entrepris de les recevoir, de leur trouver un logis ainsi qu'un emploi chez les Industries Bourgault, jusqu'à ce qu'ils puissent se suffire à eux-mêmes. Naturellement toute la communauté a prêté main forte à ce projet.

Arrivée par un hiver glacial au mois de janvier, la famille Au nous a quittés au mois de juin pour rejoindre un cousin déjà établi à Calgary, où tous ont trouvé un emploi : restauration, ménage, garderie, etc.

Thiem Au, qui avait 18 ans en 1980, a trouvé de l'emploi comme cuisinière et elle a rencontré son mari, Jacky Chan, un restaurateur. Ensemble ils ont établi leur propre restaurant.  Au mois de mai dernier, ce couple laborieux et leurs deux filles, Priscilla (chimiste) et Jessica (étudiante en 12ième et aspirante vers la médecine), se sont absentés de leur quotidien rigoureux pour se rendre chez-nous afin d'exprimer leur gratitude aux gens de Saint-Brieux qui les avaient accueillis à bras ouverts.

Dans une lettre annuelle à Jeanne Rocher,  Priscilla Chan écrivait,  "Ma mère aime le Canada, spécialement les gens de Saint-Brieux qui nous ont reçus et qui nous ont aidés a survivre après une période si tragique de notre vie.  Merci infiniment à cette belle communauté."    

Et merci à la famille Au,  ces nouveaux citoyens canadiens débrouillards,  de la part des gens de Saint-Brieux.

 

Imprimer
5406
 

Navigation du site

Categories

Back To Top