Close

Les évêques «manquent de capacités» pour la réconciliation

Mélanie Tremblay – Francopresse 277

FRANCOPRESSE – Le pape François a demandé pardon pour «le mal commis» aux peuples autochtones et «en particulier, pour la manière dont de nombreux membres de l’Église et des communautés religieuses ont coopéré» lors de son allocution à Maskwacis, en Alberta. Selon le doyen de la Faculté de théologie de l’Université Saint-Paul, Michel Andraos, les excuses du souverain pontife étaient justes, mais il craint que l’Église canadienne ne soit pas outillée pour poser des gestes concrets vers la réconciliation.

Tombes sans sépulture : le travail continue

FRANCOPRESSE – Avertissement – contenu sensible et potentiellement bouleversant - Un peu plus d’un an s’est écoulé depuis l’annonce des premières découvertes de centaines de tombes sans sépulture près des sites d’anciens pensionnats autochtones. Les communautés de Tk'emlúps te Secwépemc et de Cowessess continuent leurs efforts pour identifier les enfants qui sont décédés dans les pensionnats de Kamloops en Colombie-Britannique et de Marieval en Saskatchewan et pour trouver les sites où ils pourraient être enterrés.

Les causes autochtones ne sont pas vues du même œil partout au pays

Dans un récent sondage mené en août, seulement 58% des Québécois se disent au courant des enjeux qui préoccupent les Premières Nations à travers le pays. Il semble que les résidents de l’Ouest canadien sont plus informés quant aux diverses préoccupations des peuples autochtones, mais ne leur offrent pas toujours leur appui.

Comment le vote autochtone peut faire basculer les élections

Le faible taux de participation électorale des Autochtones est un enjeu important, tant au Canada qu’aux États-Unis. Pour la juriste autochtone américaine Patty Ferguson-Bohnee, comme pour le chef du Parti néo-démocrate saskatchewanais Ryan Meili, le vote autochtone pourrait peser lourd dans la balance politique.

La langue michif au programme d'une école de Saskatoon

Un programme offert de la maternelle à la 3e année

Jean-Philippe Deneault 23247

SASKATOON - Les étudiants de la maternelle à la 3e année de l’école St. Michael Community School à Saskatoon auront l’occasion de suivre le premier programme d’apprentissage de la langue michif offert dans la ville et l’un des deux seuls programmes à l’échelle de la province.

RSS
1234

Navigation du site


Categories

Back To Top