Skip Navigation

Entre plaine & savane 2 : un spectacle fransaskafricain

2016 of views

Entre plaine & savane 2, produit par la Troupe du Jour (LTDJ), a fait la tournée de la province cet été. De Prince Albert à Regina, en passant par Martensville, Saskatoon, North Battleford, Gravelbourg et Moose Jaw, la pièce a offert au public des micro-saynètes, poèmes et chansons interprétés par plusieurs artistes locaux. Donnant à voir la rencontre de deux mondes.

Bruce McKay, directeur artistique de LTDJ, explique la décision de créer et produire une suite à Entre plaine & savane, datant de 2015 : « Nous avons décidé qu'après huit ans il était temps de faire une autre pièce sur la communauté fransaskafricaine. Cette communauté continue de croître et de prospérer ici, et constitue un élément important de la fransaskoisie. »

Selon le directeur artistique, cette suite est « une pièce sur les rencontres entre différentes cultures, qui examine les différences et les similitudes. Tout cela est fait avec humour, et il y a aussi beaucoup de bonne musique, donc il y en a pour tout le monde ! »

Le mélange des cultures

Mamadou Bah observe le choc culturel inhérent à cette rencontre des cultures : « Entre plaine et savane, c'est pour moi la rencontre entre les mondes culturels fransaskois et africain. Cette pièce permet de vivre de manière légère et amusante le choc culturel vécu ou ressenti par les immigrés africains. » 

L’artiste ajoute : « Et ça permet aussi de comprendre de manière humoristique les premières impressions de ceux qui immigrent en Saskatchewan pour la première fois. »

C'est pour moi la rencontre entre les mondes culturels fransaskois et africain

Pour l’auteure-compositrice-interprète Isabelle Mercier, la pièce souligne les défis de compréhension et de communication qui émergent de ces rencontres culturelles.
« C’est la rencontre de deux cultures qui parfois ne se comprennent pas, ou qui se comprennent mal. Deux cultures qui doivent cohabiter ensemble en Saskatchewan et qui doivent apprendre par essai-erreur certaines conventions culturelles. »

Tendre la main

Pour sa part, la comédienne Gabrielle Dufresne voit le spectacle comme un geste d’ouverture. « Je pense que c’est se tendre la main et trouver nos connexions avec le rire, les arts et la musique. » 
À la satisfaction de l’artiste, la pièce a beaucoup fait rire les spectateurs. « Parfois, c’était un rire d’inconfort, parfois juste le rire de reconnaître ses parents dans les personnages, ou parce qu’il y a de bons jeux de mots. »

Une création conjointe

La Troupe du Jour a réuni les six auteurs Mamadou Bah, Madeleine Blais-Dahlem, Mike Bowden, Isabelle Mercier, Samantha Nyenimana et Hélène Ouédraogo pour créer la pièce. 
Le directeur artistique Bruce McKay explique : « Nous avons réuni une équipe de six auteurs pour développer le texte, dont trois sont franco-africains, et ils ont écrit sur les expériences des gens en Saskatchewan : les expériences des Franco-Africains qui viennent vivre ici et leurs interactions avec d'autres Fransaskois. »

Isabelle Mercier décrit ainsi son expérience lors du processus de création : « La création s’est faite sous forme de petits ateliers avec des exercices d’écriture à faire chaque semaine. Par exemple, on nous a demandé d’écrire un monologue sur l’Afrique et un dialogue humoristique sur une convention culturelle. L’ensemble des micro-saynètes forment le spectacle. »
Certaines des chansons sont tirées du répertoire d’Isabelle Mercier et de Samantha Nyenimana, artiste originaire du Burundi qui avait remporté le concours Nouvelle scène en 2021. D’autres morceaux sont des chansons originales créées pour le spectacle.

Rejoindre les communautés


Le public a répondu présent à la tournée qui s’est déroulée du 17 au 31 juillet à travers la province. Et ce dernier a ouvertement manifesté son appréciation pour le plus grand plaisir de Gabrielle Dufresne.

« Le premier jour sur la route, on se demandait si nous allions rejoindre la communauté africaine. J’ai été touchée de voir des publics généreux qui restaient après pour parler et discuter de leurs moments préférés », se félicite l’artiste.

L’un des objectifs dans la création de la pièce pour Isabelle Mercier était précisément de rejoindre et rassembler les communautés.« On entend plus que jamais parler de dialogues entre les communautés. Nous avons apporté de façon humoristique et légère ces deux réalités qui souvent semblent ne pas se comprendre en Saskatchewan. La pièce était une belle occasion de se rejoindre sous un même thème. Les gens pouvaient se reconnaître. »

Pour Mamadou Bah, la pièce joue un rôle important pour les communautés francophones de la Saskatchewan : « Au-delà des histoires racontées, c'est une volonté manifeste de créer des jonctions, des ponts culturels, d'une communauté fransaskoise diverse mais soudée. Au-delà des frontières, des cultures, il est important de savoir célébrer ensemble notre humanité. »