Close
Jean-Pierre Dubé (Francopresse)
/ Catégories: Éducation, Postsecondaire

Ottawa débloque 1,9 million pour l'Université de l'Ontario français

Le gouvernement fédéral veut assurer la continuité en 2019

Mélanie Joly

Mélanie Joly

La ministre fédérale Mélanie Joly a concrétisé son offre de financer la prochaine étape du développement de l’Université de l’Ontario français afin d’assurer sa continuité pour un an. L’aide de 1,9 M $ provient du Plan d’action pour les langues officielles et s’inscrit dans une tradition d’appui communautaire en éducation.

L’aide ponctuelle d’Ottawa confirmée à la ministre ontarienne Caroline Mulroney le 13 janvier servira d’abord au maintien de l’équipe en place à l’Université de l’Ontario français (UOF) au moment même où se termine le financement provincial, le 15 janvier. Les fonds seront essentiellement consacrés au prochain volet de la planification : la création du Carrefour francophone du savoir et d’innovation.

« On est ravi, déclare la présidente du Conseil de gouvernance, Dyane Adam. Dans notre vision, il était recommandé que l’Université fasse partie d’un regroupement d’une quinzaine d’organismes du Centre Sud-Ouest de l’Ontario, logés à la même adresse, qui participeraient à la mission éducative et fourniraient des services. »

La porte-parole mentionne le Groupe TFO Médias, le Collège Boréal, le Théâtre français, le Labo médiatique et les conseils scolaires francophones. 2019 sera consacrée à mener une étude de faisabilité, développer un plan d’affaires et à trouver de partenaires privés, par exemple, pour les résidences du campus permanent.

Dyane Adam

Dyane Adam

Présidente du Conseil de gouvernance de l'Université de l'Ontario français
Des aires de travail accessibles au centre de Toronto

Le mandat du Carrefour serait aussi d’offrir aux entreprises et organismes francophones des aires de travail accessibles au centre-ville de Toronto.

La décision d’Ottawa a immédiatement été critiquée par le bureau de la ministre Mulroney. La porte-parole Jesse Robichaud voit dans l’annonce un aveu du sous-financement fédéral en termes de transferts à la Province.

« Avec le financement pour le projet de carrefour, le gouvernement Trudeau reconnait qu’il sous-finance les francophones en Ontario. Nous sommes heureux de voir que notre message est finalement entendu. C’est un pas dans la bonne direction et nous allons continuer de faire pression auprès du fédéral pour adresser l’écart qui existe entre l’Ontario et la moyenne canadienne. »

Jesse Robichaud soutient qu’Ottawa verse moins de trois dollars per capita dans le cadre de l’Entente Canada-Ontario sur les services en français. « C’est beaucoup moins que la moyenne de 9,78 $ dans les autres provinces. Par exemple, écrit-elle, le Manitoba reçoit 35,71 $ et le Nouveau-Brunswick 7,31 $.

Un projet admissible au sein des enveloppes ponctuelles

L’aide annoncée ne provient pas de transferts fédéraux en éducation française, mais du soutien à la vitalité des communautés de langue officielle, précise Dyane Adam. « Le 1,9 million n’est pas conditionnel au financement de la Province. Les fonds seront versés à l’Université à titre d’organisme à but non lucratif. »

L’attaché de presse de la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie Mélanie Joly  souligne que l’initiative fédérale n’a rien d’exceptionnel. « C’est un projet admissible dans nos enveloppes ponctuelles, soutient Jeremy Ghio. On trouve dans le Plan d’action toutes sortes de projets communautaires. » Il mentionne des contributions récentes de 3,2 M pour un nouveau théâtre au Nouveau-Brunswick et de 3,9 M pour une garderie scolaire au Manitoba.

Dyane Adam rappelle les investissements de Patrimoine canadien depuis des décennies à la gestion des écoles, aux centres scolaires et communautaires et à l’éducation collégiale et universitaire, notamment en Ontario.

La souplesse pour tenir compte des réalités fiscales

« Par contre, la ministre a fait une offre formelle et publique au gouvernement provincial pour financer 50 % des frais de démarrage de l’Université, ajoute la présidente. Et même une ouverture à la souplesse pour tenir compte des réalités fiscales — peut-être payer davantage les premières années pour donner un répit à l’Ontario qui doit assainir les finances publiques. »

Dans sa lettre, Mélanie Joly souligne que la responsabilité entière de l’UOF revient à Queen’s Park. À partir d’une entente conclue avec la province, précise la ministre, « les programmes fédéraux ont la flexibilité nécessaire pour couvrir les coûts de démarrage de l’UOF au cours des premières années, dans la mesure où la contribution provinciale sera versée au cours des années suivantes ».

Cependant, précise la ministre, une aide fédérale à long terme est conditionnelle à ce que « la Province lui présente une demande de financement et qu’elle s’engage à assumer au moins 50 % des coûts totaux ».

Les coupes du gouvernement conservateur de Doug Ford en novembre n’ont pas empêché l’UOF de poursuivre sa stratégie de recrutement d’étudiants pour l’ouverture à l’automne 2020. Selon la présidente, le programme porte fruit.

La question des inscriptions serait très bien étoffée

« On a déjà des expressions [d’intérêt] correspondant à la première cohorte de 300 qu’on visait en 2020, se réjouit Dyane Adam. C’est essentiellement la clientèle jeunesse ; ce n’est pas la clientèle adulte ou les étudiants inscrits ailleurs qui pourraient transférer chez nous. Les programmes d’immersion sont en grande croissance dans la région, la question de la demande est très bien étoffée. »

Selon elle, il y aurait autant de francophones dans le Centre Sud-Ouest de l’Ontario qu’au Nouveau-Brunswick. « En plus on est dans la métropole économique du pays et on a beaucoup de nouveaux arrivants. On va être la francophonie hors Québec la plus importante dans la prochaine décennie. »

Une rencontre était prévue le 14 janvier pour faire le point avec le bureau de la ministre, a confirmé Dyane Adam. « Je garde des connexions très étroites avec la porte-parole du gouvernement sur l’Université depuis l’annonce » sur les coupes à l’UOF et au Commissariat aux services en français.

Article précédent Journalisme en français : Des journalistes formés en Saskatchewan dès 2019
Prochain article La Cité universitaire francophone : un nouveau nom pour l'édifice
Imprimer
6913

Theme picker

Autres nouvelles - Éducation

Un jardin communautaire à l’école Mgr de Laval à Regina

Un jardin communautaire à l’école Mgr de Laval à Regina

Produire local, le nouveau défi des francophones de Regina

REGINA - LAssociation canadienne-française de Regina a inauguré son tout premier jardin communautaire le 15 juin dernier sur le terrain de l'École Mgr de Laval.

1 juillet 2020/Auteur: Leslie Diaz – Initiative de journalisme local – APF /Nombre de vues (324)/Commentaires (0)/
Les Fransaskois applaudissent la victoire des parents franco-colombiens en Cour suprême

Les Fransaskois applaudissent la victoire des parents franco-colombiens en Cour suprême

Après 10 ans de lutte judiciaire, la Cour suprême du Canada a tranché en faveur des parents franco-colombiens. Cette décision historique a été chaudement saluée par la communauté fransaskoise.

29 juin 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF/Nombre de vues (235)/Commentaires (0)/
L’histoire de la fransaskoisie narrée aux jeunes

L’histoire de la fransaskoisie narrée aux jeunes

Ateliers scolaires Gardiens de lys'toire par la Société historique de la Saskatchewan

À travers sa série d’ateliers pédagogiques, la Société historique de la Saskatchewan (SHS) donne vie à l’histoire dans la salle de classe des écoles de la province. 

28 juin 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF/Nombre de vues (402)/Commentaires (0)/
Une nouvelle école fransaskoise à Regina

Une nouvelle école fransaskoise à Regina

La communauté fransaskoise a accueilli favorablement l’annonce de la construction d’une nouvelle école élémentaire fransaskoise dans le Nord-Ouest de Regina.

23 juin 2020/Auteur: L'Eau vive/Nombre de vues (474)/Commentaires (0)/
La pandémie risque de nuire à la francophonie des universités

La pandémie risque de nuire à la francophonie des universités

Les universités francophones du pays misent sur l’inscription d’étudiants internationaux. Les mesures sanitaires en place affecteront directement les inscriptions.

14 juin 2020/Auteur: André Magny (Francopresse)/Nombre de vues (714)/Commentaires (0)/
Toujours pas de déblocage pour le Campus Saint-Jean

Toujours pas de déblocage pour le Campus Saint-Jean

Trois semaines après que l’Association canadienne-française de l’Alberta a lancé une campagne de mobilisation pour sauver le Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, l’incertitude règne toujours quant à l’avenir de l’établissement.

13 juin 2020/Auteur: Guillaume Deschênes-Thériault – Francopresse /Nombre de vues (745)/Commentaires (0)/
Conseil des écoles fransaskoises: À vos pupitres, citoyens!

Conseil des écoles fransaskoises: À vos pupitres, citoyens!

Si tout va bien à la rentrée de septembre, le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) ira de l’avant avec un concept nouveau en Saskatchewan, mais qui a fait ses preuves dans d’autres provinces: l’école communautaire citoyenne.

13 juin 2020/Auteur: André Magny (Initiative de journalisme local – APF – Ouest)/Nombre de vues (1025)/Commentaires (0)/
La Cour suprême donne gain de cause aux parents franco-colombiens

La Cour suprême donne gain de cause aux parents franco-colombiens

La Cour suprême du Canada a donné raison aux francophone de la Colombie-Britannique, qui réclame depuis dix ans devant les tribunaux que le système scolaire de langue française soit mis à égalité avec le système anglophone.

12 juin 2020/Auteur: Marc Poirier – Francopresse /Nombre de vues (975)/Commentaires (0)/
André Moquin, récit vivant de la fransaskoisie

André Moquin, récit vivant de la fransaskoisie

Fils et petit-fils de colons de l’Ouest, André Moquin a œuvré toute sa vie pour l’avancement de l’éducation en français dans sa province.

2 juin 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF /Nombre de vues (1729)/Commentaires (0)/
L'École Mgr de Laval slame ses accents à Regina

L'École Mgr de Laval slame ses accents à Regina

L'école fransaskoise remporte un prix international

Six élèves de la 8e année du Pavillon secondaire des Quatre Vents de l'école de Monseigneur on remporté un des deux Prix du public offerts dans le cadre du concours « Slame tes accents » du Centre de la Francophonie des Amériques.

23 mai 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (1584)/Commentaires (0)/
Un vent de solidarité au Canada pour sauver le Campus Saint-Jean

Un vent de solidarité au Canada pour sauver le Campus Saint-Jean

L’appel à l’action de l’ACFA dans le cadre de la campagne «Sauvons Saint-Jean» a été entendu d’un bout à l’autre du pays, et même au-delà de nos frontières. 

19 mai 2020/Auteur: Guillaume Deschênes-Thériault (Francopresse)/Nombre de vues (1519)/Commentaires (0)/
Une miniécole de médecine pour y voir clair

Une miniécole de médecine pour y voir clair

Le premier volet de la 24e édition de la Miniécole de médecine de l’Université d’Ottawa s’est consacré entièrement au sens de la vue, présentant l’anatomie de l’œil et jetant les bases de la prévention des troubles de la vision.

19 mai 2020/Auteur: Sébastien Durand/Nombre de vues (1833)/Commentaires (0)/
Des élèves fransaskois se livrent face à la pandémie

Des élèves fransaskois se livrent face à la pandémie

Déjà un peu plus d’un mois que les jeunes Fransaskois sont passés de la salle de classe à la table du salon et ont échangé leurs stylos pour un clavier. Comment vivent-ils cette transition et quel regard portent-ils sur la situation?

16 mai 2020/Auteur: Leslie Diaz/Nombre de vues (2562)/Commentaires (0)/
La francophonie de l’Ouest menacée : «Sauvons Saint-Jean!»

La francophonie de l’Ouest menacée : «Sauvons Saint-Jean!»

L’Association canadienne-française de l’Alberta, soutenue par plusieurs associations, est partie en croisade pour défendre le Campus Saint-Jean dont l'avenir est menacé par d’importantes coupes budgétaires.

16 mai 2020/Auteur: Geoffrey Gaye – (Le Franco)/Nombre de vues (1090)/Commentaires (0)/
Le téléenseignement, une forme de théâtre expérientiel pour Colette George

Le téléenseignement, une forme de théâtre expérientiel pour Colette George

Je me sens un peu plus animée durant mes leçons virtuelles. C'est comme si j'étais une comédienne dans une pièce de théâtre.

14 mai 2020/Auteur: L'Eau vive/Nombre de vues (1468)/Commentaires (0)/
RSS
1345678910Dernière

Theme picker

 

Nouvelles du

Conseil des
écoles
fransaskoises

Nouvelles du CÉF

Une nouvelle école élémentaire francophone pour le CÉF

Regina, le 23 juin 2020 – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) accueille avec enthousiasme l’annonce aujourd’hui par le Gouvernement de la Saskatchewan du financement pour une nouvelle école dans le secteur nord de la ville de Regina.
23 juin 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Juin est le Mois national de l’histoire autochtone

Regina, le 22 juin 2020 – Le mois de juin, est l'occasion chaque année de nous rappeler le rôle qu'ont joué les peuples des Premières Nations dans l'établissement de nos communautés ici en Saskatchewan et ailleurs au Canada. Juin est le Mois...
23 juin 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Les écoles du CÉF seront prêtes à accueillir les élèves en respectant les lignes directrices

Regina, le 18 juin 2020 – Les établissements du CÉF se préparent à accueillir les élèves et le personnel en septembre dans le respect des lignes directrices émises aujourd’hui par le Gouvernement de la Saskatchewan. « Le CÉF retouchera son plan...
19 juin 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/
1345678910Dernière

Theme picker

Le CEF sur Facebook


Back To Top