Skip Navigation
Anonym
/ Catégories: Éducation, Postsecondaire

Ottawa débloque 1,9 million pour l'Université de l'Ontario français

Le gouvernement fédéral veut assurer la continuité en 2019

Mélanie Joly

Mélanie Joly

La ministre des Langues officielles et du Développement économique, Mélanie Joly

La ministre fédérale Mélanie Joly a concrétisé son offre de financer la prochaine étape du développement de l’Université de l’Ontario français afin d’assurer sa continuité pour un an. L’aide de 1,9 M $ provient du Plan d’action pour les langues officielles et s’inscrit dans une tradition d’appui communautaire en éducation.

L’aide ponctuelle d’Ottawa confirmée à la ministre ontarienne Caroline Mulroney le 13 janvier servira d’abord au maintien de l’équipe en place à l’Université de l’Ontario français (UOF) au moment même où se termine le financement provincial, le 15 janvier. Les fonds seront essentiellement consacrés au prochain volet de la planification : la création du Carrefour francophone du savoir et d’innovation.

« On est ravi, déclare la présidente du Conseil de gouvernance, Dyane Adam. Dans notre vision, il était recommandé que l’Université fasse partie d’un regroupement d’une quinzaine d’organismes du Centre Sud-Ouest de l’Ontario, logés à la même adresse, qui participeraient à la mission éducative et fourniraient des services. »

La porte-parole mentionne le Groupe TFO Médias, le Collège Boréal, le Théâtre français, le Labo médiatique et les conseils scolaires francophones. 2019 sera consacrée à mener une étude de faisabilité, développer un plan d’affaires et à trouver de partenaires privés, par exemple, pour les résidences du campus permanent.

Dyane Adam

Dyane Adam

Présidente du Conseil de gouvernance de l'Université de l'Ontario français
Des aires de travail accessibles au centre de Toronto

Le mandat du Carrefour serait aussi d’offrir aux entreprises et organismes francophones des aires de travail accessibles au centre-ville de Toronto.

La décision d’Ottawa a immédiatement été critiquée par le bureau de la ministre Mulroney. La porte-parole Jesse Robichaud voit dans l’annonce un aveu du sous-financement fédéral en termes de transferts à la Province.

« Avec le financement pour le projet de carrefour, le gouvernement Trudeau reconnait qu’il sous-finance les francophones en Ontario. Nous sommes heureux de voir que notre message est finalement entendu. C’est un pas dans la bonne direction et nous allons continuer de faire pression auprès du fédéral pour adresser l’écart qui existe entre l’Ontario et la moyenne canadienne. »

Jesse Robichaud soutient qu’Ottawa verse moins de trois dollars per capita dans le cadre de l’Entente Canada-Ontario sur les services en français. « C’est beaucoup moins que la moyenne de 9,78 $ dans les autres provinces. Par exemple, écrit-elle, le Manitoba reçoit 35,71 $ et le Nouveau-Brunswick 7,31 $.

Un projet admissible au sein des enveloppes ponctuelles

L’aide annoncée ne provient pas de transferts fédéraux en éducation française, mais du soutien à la vitalité des communautés de langue officielle, précise Dyane Adam. « Le 1,9 million n’est pas conditionnel au financement de la Province. Les fonds seront versés à l’Université à titre d’organisme à but non lucratif. »

L’attaché de presse de la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie Mélanie Joly  souligne que l’initiative fédérale n’a rien d’exceptionnel. « C’est un projet admissible dans nos enveloppes ponctuelles, soutient Jeremy Ghio. On trouve dans le Plan d’action toutes sortes de projets communautaires. » Il mentionne des contributions récentes de 3,2 M pour un nouveau théâtre au Nouveau-Brunswick et de 3,9 M pour une garderie scolaire au Manitoba.

Dyane Adam rappelle les investissements de Patrimoine canadien depuis des décennies à la gestion des écoles, aux centres scolaires et communautaires et à l’éducation collégiale et universitaire, notamment en Ontario.

La souplesse pour tenir compte des réalités fiscales

« Par contre, la ministre a fait une offre formelle et publique au gouvernement provincial pour financer 50 % des frais de démarrage de l’Université, ajoute la présidente. Et même une ouverture à la souplesse pour tenir compte des réalités fiscales — peut-être payer davantage les premières années pour donner un répit à l’Ontario qui doit assainir les finances publiques. »

Dans sa lettre, Mélanie Joly souligne que la responsabilité entière de l’UOF revient à Queen’s Park. À partir d’une entente conclue avec la province, précise la ministre, « les programmes fédéraux ont la flexibilité nécessaire pour couvrir les coûts de démarrage de l’UOF au cours des premières années, dans la mesure où la contribution provinciale sera versée au cours des années suivantes ».

Cependant, précise la ministre, une aide fédérale à long terme est conditionnelle à ce que « la Province lui présente une demande de financement et qu’elle s’engage à assumer au moins 50 % des coûts totaux ».

Les coupes du gouvernement conservateur de Doug Ford en novembre n’ont pas empêché l’UOF de poursuivre sa stratégie de recrutement d’étudiants pour l’ouverture à l’automne 2020. Selon la présidente, le programme porte fruit.

La question des inscriptions serait très bien étoffée

« On a déjà des expressions [d’intérêt] correspondant à la première cohorte de 300 qu’on visait en 2020, se réjouit Dyane Adam. C’est essentiellement la clientèle jeunesse ; ce n’est pas la clientèle adulte ou les étudiants inscrits ailleurs qui pourraient transférer chez nous. Les programmes d’immersion sont en grande croissance dans la région, la question de la demande est très bien étoffée. »

Selon elle, il y aurait autant de francophones dans le Centre Sud-Ouest de l’Ontario qu’au Nouveau-Brunswick. « En plus on est dans la métropole économique du pays et on a beaucoup de nouveaux arrivants. On va être la francophonie hors Québec la plus importante dans la prochaine décennie. »

Une rencontre était prévue le 14 janvier pour faire le point avec le bureau de la ministre, a confirmé Dyane Adam. « Je garde des connexions très étroites avec la porte-parole du gouvernement sur l’Université depuis l’annonce » sur les coupes à l’UOF et au Commissariat aux services en français.

Article précédent Journalisme en français : Des journalistes formés en Saskatchewan dès 2019
Prochain article La Cité universitaire francophone : un nouveau nom pour l'édifice
Imprimer
23560

Contacter l'auteur

x
Près de 16 000 ayants droit : un argument massue pour plus d’écoles fransaskoises

Près de 16 000 ayants droit : un argument massue pour plus d’écoles fransaskoises

En novembre dernier, Statistique Canada a révélé que près de 16 000 jeunes Saskatchewanais étaient admissibles à l’instruction en français en 2021. Pourtant, seulement 2 000 élèves fréquentent les écoles francophones de la province. Des personnalités de la communauté réagissent.

25 janvier 2023/Auteur: Anne-Hélène Mai – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4722)/Commentaires (0)/
Francis Kasongo, un pilier de l’éducation en français

Francis Kasongo, un pilier de l’éducation en français

Le 9 novembre, lors du congrès national du Réseau des cégeps et collèges francophones du Canada (RCCFC) à Montréal, le directeur général du Collège Mathieu Francis Kasongo a reçu le prix Pilier collégial francophone. Cette distinction vient ainsi souligner son travail pour le développement de l’éducation postsecondaire collégiale en français en Saskatchewan. Le fier récipiendaire revient sur son engagement.

25 novembre 2022/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (4646)/Commentaires (0)/
Des bibliothèques communautaires à Regina

Des bibliothèques communautaires à Regina

Dans le cadre de la rentrée des classes, l’Association communautaire fransaskoise de Regina (ACFR), en partenariat avec le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF), a dévoilé trois bibliothèques communautaires extérieures. L’objectif : favoriser le partage de livres et encourager à la lecture en français.

18 octobre 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4773)/Commentaires (0)/
Le Conseil culturel fransaskois plus près des écoles

Le Conseil culturel fransaskois plus près des écoles

En cette période de rentrée, le Conseil culturel fransaskois (CCF) veut resserrer ses liens avec le secteur scolaire. 

29 septembre 2022/Auteur: Leanne Tremblay – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4313)/Commentaires (0)/
Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Collège Mathieu : une nouvelle Charte pour une nouvelle ère

Une nouvelle époque s’ouvre pour le Collège Mathieu qui vient de renouveler sa charte le 17 août. Alors que l’Église catholique ne sera plus représentée dans le conseil d’administration de l’établissement, la nouvelle loi veut faire plus de place à la jeunesse et aux femmes, ainsi qu’à certaines compétences clés. 

1 septembre 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (3735)/Commentaires (0)/
Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse La ministre des Langues officielles et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, Ginette Petitpas Taylor, était en visite le 29 juillet à Regina dans la cadre des consultations pancanadiennes sur les langues officielles entamées en mai dernier. Une visite durant laquelle une annonce de 7,1 millions de dollars a été faite au profit de la Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et du Collège Mathieu.

En évoquant le projet de Loi sur les langues officielles, toujours en cours d’adoption au Parlement, Ginette Petitpas Taylor souligne l’engagement du fédéral à s’assurer que, à l’échelle provinciale, les communautés de langues officielles en situation minoritaire « reçoivent les services et droits nécessaires pour continuer à vivre et à travailler dans leur langue maternelle ».  

12 août 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse /Nombre de vues (3212)/Commentaires (0)/
7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

La Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et le Collège Mathieu viennent de bénéficier d’un budget de plus de 7,1 millions de dollars pour la construction, la rénovation et le développement d’espaces éducatifs postsecondaires, mais aussi pour accroître l’offre de programmes qui desservent les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

29 juillet 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (3806)/Commentaires (0)/
Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Depuis le 8 juin, le Café le Réseau a ouvert ses portes au sein même de l’école Monseigneur de Laval. Se voulant un lieu de rencontre, l’établissement est une initiative 100 % étudiante qui fait la fierté des jeunes et de leurs enseignants, et le bonheur des clients.

2 juillet 2022/Auteur: Lucas Pilleri – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (2638)/Commentaires (0)/
Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joseph, dit Joe, Poirier a passé sa vie à défendre la cause fransaskoise. À 78 ans, il est récompensé pour ce dévouement en recevant, en avril dernier à Ottawa, la Médaille du souverain pour les bénévoles des mains de la gouverneure générale du Canada Mary Simon.

13 mai 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (4532)/Commentaires (0)/
La francophonie entre privilèges et marginalisations

La francophonie entre privilèges et marginalisations

Les chercheurs et membres des communautés francophones de l’Ouest et du Canada se sont rassemblés de manière virtuelle dans le cadre du colloque du Centre d’études franco-canadiennes de l’Ouest, organisé par La Cité universitaire francophone de l’Université de Régina.

6 avril 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (4797)/Commentaires (0)/
L’enseignement en français au cœur des débats

L’enseignement en français au cœur des débats

Les collèges et universités francophones en milieu minoritaire font face à d’importants défis partout au Canada.

1 mars 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (6452)/Commentaires (0)/
Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les programmes d’immersion ont augmenté dans les vingt dernières années, mais moins de la moitié des élèves restent jusqu’à l’obtention de leur diplôme.

10 février 2022/Auteur: Ericka Muzzo – Francopresse /Nombre de vues (5359)/Commentaires (0)/
Postsecondaire dans l'Ouest: la demande dépasse l’offre

Postsecondaire dans l'Ouest: la demande dépasse l’offre

Dans l’Ouest canadien, la demande pour des programmes en français est plus élevée que l’offre des établissements postsecondaires. C'est ce qui ressort des États généraux sur le postsecondaire en contexte francophone minoritaire.

8 février 2022/Auteur: Marianne Dépelteau – Francopresse/Nombre de vues (5982)/Commentaires (0)/
La francophonie, parent pauvre du postsecondaire

La francophonie, parent pauvre du postsecondaire

L’égalité est loin d’être atteinte entre les établissements postsecondaires francophones et ceux de la majorité anglophone. 

25 janvier 2022/Auteur: Francopresse/Nombre de vues (5802)/Commentaires (0)/
Revue de l'année 2021 - Éducation

Revue de l'année 2021 - Éducation

Survol de l'actualité fransaskoise durant l'année 2021 dans le domaine de l'éducation.

14 janvier 2022/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (6247)/Commentaires (0)/
RSS
135678910Dernière

 - mardi 23 avril 2024