Close

L’enseignement en français au cœur des débats

Image
Crédit : Brett Jordan / Unsplash

Les collèges et universités francophones en milieu minoritaire font face à d’importants défis partout au pays. Le Forum citoyen de l’Ouest pour l’éducation postsecondaire en français du 5 février visait justement à faire entendre la voix des citoyens quant à leurs réalités, besoins et aspirations.

Peter Dorrington, vice-recteur à l’enseignement et à la recherche à l’Université de Saint-Boniface à Winnipeg, animait la rencontre et a questionné les panélistes sur plusieurs enjeux : les barrières à l’éducation postsecondaire en français, ce qui fait que les jeunes choisissent d’étudier en français ou non, les problèmes à régler et les pistes de solutions.

Il était aussi question de l’offre de programmes postsecondaires en français dans l’Ouest canadien, de la mobilité étudiante et de ses impacts sur les communautés, du lien entre les communautés et des institutions postsecondaires francophones, ainsi que de la collaboration interprovinciale au sein du secteur.

Un fort attachement

Andréa Perrault, originaire de Zenon Park et ancienne députée à l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), était l’une des panélistes. Fière de son identité, la jeune Fransaskoise souligne que la décision d’aller dans un établissement postsecondaire est cruciale dans la vie des jeunes. 

« C’est au secondaire qu’on forge son identité et que l’on décide si oui ou non on va continuer à étudier en français ou en anglais », affirme l’ancienne élève de l’école Notre-Dame-des-Vertus de Zenon Park qui a fait le choix d’étudier à la Cité universitaire francophone de l’Université de Regina.

« Être près de ma famille était l’un des points majeurs qui m’ont fait choisir d’étudier en français, en plus de tous les coûts qu’engendre un déménagement et les études dans une autre province », ajoute Andréa Perrault. 

Mais il n’en est pas de même pour tous : « J’ai des amis qui ont décidé d’aller étudier en anglais, car il n’y avait pas leur programme en français en Saskatchewan », déplore la jeune femme. « Souvent, les gens qui vont étudier ailleurs ne reviennent pas dans la province. Offrir de bons services au postsecondaire, c’est aider à la rétention des francophones dans la province », conclut-elle.

Engagée, Andréa Perrault travaille comme coordinatrice de projets à l’Association jeunesse fransaskoise (AJF) et reconnaît l’importance de s’impliquer et de contribuer à sa communauté. « C’est toujours important de montrer la vivacité de la communauté et de faire valoir nos besoins et insécurités. C’est sûr qu’il aurait été intéressant de voir plus de gens du gouvernement au Forum, mais c’est une première étape et on espère que ça va se rendre à ces instances. »

Des sensibilités communes

Pour la Franco-Manitobaine Chloé Freynet-Gagné, qui a étudié à l’Université de Saint-Boniface, l’université n’est pas seulement un lieu d’études, mais aussi une deuxième maison. « L’université est un lieu extraordinaire où on crée nos réseaux personnels et professionnels, et c’est là où on crée des liens qui vont durer pour toute notre vie », avance-t-elle.

Sithara Naidoo, étudiante au Campus Saint-Jean à Edmonton, croit dans la valeur de l’éducation francophone. « Ce qui a motivé mon choix en tant qu’étudiante d’immersion, c’est que j’ai souvent été exposée à la communauté franco-albertaine et j’adore apprendre en français, c’est devenu ma zone de confort et j’ai une volonté d’améliorer mon français et de l’utiliser à plus grande capacité », témoigne-t-elle, rappelant au passage que le bilinguisme est un outil important, en particulier dans le monde professionnel.

Le poids du sous-financement

Selon Caroline Magnan, professeure de droit à l’Université d’Ottawa, originaire d’Edmonton et de Regina, le sous-financement est le défi majeur des établissements postsecondaires de l’Ouest canadien. 

« Le sous-financement engendre une panoplie de problèmes, tant au niveau de l’étendue et de la stabilité de la programmation qu’au niveau des lieux physiques inadéquats, sans parler du licenciement des professeurs, des chargés de cours et du personnel de soutien. Cela a un impact négatif sur les individus et au niveau de nos collectivités », soutient-elle.

Toujours selon la directrice du Programme pancanadien de common law en français, la demande dépasserait largement l’offre dans les provinces de l’Ouest. « C’est une réalité qui est due à la croissance démographique du français dans nos provinces de l’Ouest. Nos institutions sont victimes de leur propre excellence. La demande est là, mais nous n’avons pas la capacité d’y répondre en raison d’un manque de ressources », déplore la juriste.

Au Campus Saint-Jean, en Alberta, les inscriptions et la demande dépassent largement le quota accordé. « Il existe 24 places dans le programme de sciences infirmières bilingues, mais le Campus a reçu 172 demandes en 2019-2020 », donne pour exemple Caroline Magnan, soulignant l’énorme transformation sociale qui pourrait avoir lieu si l’institution parvenait à répondre à toutes les demandes.

Le droit à l’éducation en français

Surtout, la professeure de droit a rappelé que l’apprentissage était un droit. « Alors qu’il était ministre de la Justice en 1967, Pierre Trudeau a défini les droits linguistiques de manière très simple mais élégante selon moi. Il y a le droit d’apprendre et le droit d’utiliser. » 

Afin d’illustrer son propos, la spécialiste a évoqué le cas de l’affaire Mahé de 1983 : « Le droit d’apprendre est impératif, car tel qu’énoncé par la Cour suprême dans l’affaire Mahé, le jugement a reconnu aux parents appartenant à la minorité linguistique, lorsque le nombre le justifie, le droit de gérer leurs propres établissements d’enseignement. » 

Et d’ajouter : « Je ne peux pas m’empêcher de vous citer le juge en chef Richard Wagner dans la décision récente de la Cour suprême du Canada pour le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique : ‘Dans un pays comme le Canada où le système d’éducation est financé de façon adéquate, les parents sont en droit de s’attendre à une expérience éducative de qualité, et ce, peu importe la taille de l’école que leurs enfants fréquentent’. »

Le forum s’est conclu sur des échanges en sous-groupes dans lesquels les participants pouvaient débattre entre eux de façon plus intime et témoigner des enjeux de leur région. Ce forum était présenté dans le cadre des États généraux sur le postsecondaire de langue française au Canada. 

Article précédent Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion
Prochain article La francophonie entre privilèges et marginalisations
Imprimer
2374

Autres nouvelles - Éducation

Prince Albert: Le projet de l’école Rivier expliqué à la communauté

Prince Albert: Le projet de l’école Rivier expliqué à la communauté

Les détails du projet d’acquisition de l’Académie Rivier de Prince Albert ont été explicités au cours d’une session d’information.

6 mars 2021/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (13006)/Commentaires (0)/
Le Mois de l'histoire des Noirs à l’honneur au CÉF

Le Mois de l'histoire des Noirs à l’honneur au CÉF

Nos directrices et directeurs d’écoles témoignent

À l'occasion du Mois de l'histoire des Noirs nous vous offrons trois témoignages de trois directions d'écoles fransaskoises.

23 février 2021/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (8627)/Commentaires (0)/
La communauté réaffirme son soutien au projet de Prince Albert

La communauté réaffirme son soutien au projet de Prince Albert

Le ministre de l’Éducation a rencontré les présidences d’organismes fransaskois afin de discuter du projet de nouvelle école francophone à Prince Albert.

4 février 2021/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (9649)/Commentaires (0)/
Éducation en français sous respirateur artificiel

Éducation en français sous respirateur artificiel

Ça va mal dans le monde de l’éducation universitaire en français en Ontario

3 février 2021/Auteur: Réjean Grenier/Nombre de vues (9779)/Commentaires (0)/
La notation humanitaire, un « soulagement » pour la population étudiante

La notation humanitaire, un « soulagement » pour la population étudiante

Des universités canadiennes ont adopté un système de notation où les étudiants peuvent désormais choisir la mention « réussite » ou « échec »

3 février 2021/Auteur: Francopresse/Nombre de vues (9363)/Commentaires (0)/
École en pandémie : manque de ressources pour aider les élèves

École en pandémie : manque de ressources pour aider les élèves

Manque de ressources dans les écoles pour aider les élèves à gérer leurs émotions en pandémie

29 janvier 2021/Auteur: Ericka Muzzo – Francopresse /Nombre de vues (9527)/Commentaires (0)/
Louis Prince, jeune champion du français et du bilinguisme

Louis Prince, jeune champion du français et du bilinguisme

Portrait d'un jeune leader bilingue

Louis Prince, élève de 11e année à l’École canadienne-française de Saskatoon, est un des huit jeunes leaders du Français pour l’avenir.

26 janvier 2021/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (11109)/Commentaires (0)/
Le répertoire FRÉSK se met à la page du numérique

Le répertoire FRÉSK se met à la page du numérique

Depuis le 6 janvier, FRÉSK, le répertoire de ressources éducatives en français pour la Saskatchewan, a délaisser la version papier du catalogue au profit d’un site web.

25 janvier 2021/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (8313)/Commentaires (0)/
Étudier en pandémie : les étudiants de La Cité se confient

Étudier en pandémie : les étudiants de La Cité se confient

Le début du semestre d’hiver est l’occasion de revenir sur l'expérience étudiante inédite à la Cité universitaire francophone de Regina depuis le début de la pandémie.

24 janvier 2021/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (12286)/Commentaires (0)/
Une fenêtre s’ouvre entre les ainés et l’école Boréale à Ponteix

Une fenêtre s’ouvre entre les ainés et l’école Boréale à Ponteix

L’école Boréale a ainsi pu donner un nouveau souffle à sa collaboration communautaire avec le Foyer Saint-Joseph de Ponteix :

 

21 janvier 2021/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (11762)/Commentaires (0)/
Addison Shyluk, jeune Fransaskoise passionnée, lauréate d’un concours international

Addison Shyluk, jeune Fransaskoise passionnée, lauréate d’un concours international

Addison Shyluk, élève en 11e année à l’École canadienne-française de Saskatoon, Pavillon Gustave-Dubois, vient de remporter le concours international Ma minute francophone.

18 décembre 2020/Auteur: Emmanuel Masson/Nombre de vues (11970)/Commentaires (0)/
Infrastructures scolaires à Saskatoon : un sondage confirme les besoins

Infrastructures scolaires à Saskatoon : un sondage confirme les besoins

Alors que Regina a obtenu l’aval du gouvernement pour le financement de nouveaux espaces scolaires, Saskatoon et Prince Albert attendent toujours. Le Comité vision des espaces scolaires francophones à Saskatoon, créé en juin 2020, a consulté la communauté pour identifier les besoins dans la ville des ponts.

11 décembre 2020/Auteur: Arthur Béague/Nombre de vues (12655)/Commentaires (0)/
Ma thèse en 180 secondes : trois Fransaskois dans la course

Ma thèse en 180 secondes : trois Fransaskois dans la course

L’Association francophone pour le savoir propose à des étudiants, via son concours Ma thèse en 180 secondes, de présenter leur sujet de recherche en termes simples à un auditoire. Le défi : exposer de façon claire, concise et convaincante un projet d’envergure en trois minutes.

14 novembre 2020/Auteur: Leslie Diaz/Nombre de vues (11087)/Commentaires (0)/
Alpha Barry réélu pour un deuxième mandat

Alpha Barry réélu pour un deuxième mandat

Entretien avec Alpha Barry, été réélu au poste de conseiller scolaire pour la région scolaire n°3 incluant Regina et Moose Jaw. Celui qui est aussi président du Conseil scolaire fransaskois l’a emporté avec 70 % des voix face à son adversaire Siriki Diabagaté.

11 novembre 2020/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (10654)/Commentaires (0)/
Liberté académique : la parole aux universités de l’Ouest

Liberté académique : la parole aux universités de l’Ouest

Les établissements universitaires de l’Ouest du pays ont des outils en place pour assurer la liberté académique de leurs professeurs tout en assurant un traitement rigoureux des plaintes des étudiants.

7 novembre 2020/Auteur: Marie-Paule Berthiaume (Initiative de journalisme local – APF - Ouest)/Nombre de vues (11749)/Commentaires (0)/
RSS
135678910Dernière

 

Nouvelles et blogue du

Conseil des
écoles
fransaskoises

Nouvelles du CÉF

Camp Voyageur

Le CÉF rappelle aux familles qu'il est partenaire de l’édition 2022 du Camp Voyageur, organisé par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF). Ce partenariat permet aux familles des écoles fransaskoises de profiter d’un rabais de 15% sur les...

Camp Voyageur

Le CÉF rappelle aux familles qu'il est partenaire de l’édition 2022 du Camp Voyageur, organisé par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF). Ce partenariat permet aux familles des écoles fransaskoises de profiter d’un rabais de 15% sur les...
135678910Dernière

Le CEF sur Facebook


Back To Top