Close

Le culte du silence

Auteur: Jean-Pierre Picard/5 juin 2014/Catégories: Éditorial, Écoles fransaskoises, 2014

Nous vivons dans un monde où il est de plus en plus intimidant de dire les vraies choses. Monsieur Robert Buckingham, directeur général de l’École de santé publique de l’Université de la Saskatchewan, l’a appris à ses dépens. Il a perdu son poste lorsqu’il a pris position contre les mesures d’austérité budgétaires préconisées par son employeur. 


Quant à monsieur Pierre Allard, éditorialiste au journal Le Droit, il a été congédié après 45 ans de collaboration avec le journal, pour s’être prononcé dans son blogue contre la décision du propriétaire, la firme Gesca, de mettre fin aux éditions papier du journal et de l’intégrer électroniquement à La Presse+.


Que se passe-t-il? La liberté d'expression n'aurait-elle plus droit de cité? Notre gouvernement fédéral supporte mal la dissidence et de nombreux organismes canadiens se sont vus retirer leur financement pour avoir osé prendre position contre ses politiques.  De plus, les gestionnaires ou décideurs, ou même parfois les groupes de citoyens, semblent s'accommoder de cette manière de faire et, à l'instar des plus hauts dirigeants du pays, ils ont tendance à mettre au rancard le dialogue, l’échange d’idées.  


Le culte du silence devient de plus en plus la norme.  Du moins en public.  Au lieu de parler ouvertement, on rumine en silence. Et le mécontentement croît.  


Je pense à ce groupe de parents qui réclame la démission du Conseil scolaire fransaskois. Combien de non-dits a-t-il fallu pour en arriver là? Comment peut-on demander une mesure aussi radicale en n'offrant comme explication que des généralités?  Comment se fait-il que l'on se retrouve maintenant avec deux regroupements de parents qui ont de la difficulté à se parler entre eux, alors qu'ils partagent le même objectif, soit une bonne éducation en français pour leurs enfants?   


Pourquoi on ne se dirait pas les vraies choses, au fur et à mesure, au lieu d'attendre que ça déborde?  Il me semble qu'on peut travailler ensemble, qu'il est temps de s'attaquer aux VRAIS problèmes, et que cela nous serait beaucoup plus utile que de morceler nos rangs et transformer nos alliés en adversaires.


Collaboration: Michèle Fortin

Imprimer

Nombre de vues (5526)/Commentaires ()

Back To Top