Close
Luc Bengono
/ Catégories: Économie, Immigration

Le dollar canadien inquiète les immigrants

« Ne nous oublie pas! » Diane1, une immigrante d’origine africaine, me confiait que ces paroles implorantes de sa mère resteront à jamais ancrées dans sa mémoire. Fransaskoise d’adoption, et fière de l’être, elle n’a pas du tout l’intention d’« oublier » ceux à qui elle doit tout : les membres de sa famille.

Dans le jargon de l’immigrant, « ne pas oublier les siens » signifie leur envoyer quelques dizaines ou centaines de dollars chaque mois. Les immigrants ont la main sur le cœur. Certains se saignent aux quatre veines pour faire bouillir la marmite, à plusieurs milliers de kilomètres d’ici, dans leur famille d’origine.

Les plus généreux sont sans aucun doute les immigrants d’origine philippine et haïtienne. C’est ce que révèle une des rares études sérieuses sur le sujet intitulée : Les habitudes de transfert de fonds chez les nouveaux immigrants du Canada, publiée par Statistique Canada en 2008. Ils sont suivis de près par les nouveaux arrivants Africains et Caraïbéens.

Parmi les moins généreux : ceux qui viennent de la France. Seuls 10% d’entre eux transfèrent des fonds vers la mère-patrie, six fois moins que les Philippins. Il faut dire que les besoins dans les pays d’origine ne sont pas les mêmes.

Les habitudes de transfert de fonds des immigrants varient aussi en fonction de leurs revenus au Canada. Plus le salaire de l’immigrant est élevé, plus il est susceptible d’aider sa famille d’origine, évidemment. « De même, les immigrants qui travaillent à temps plein sont beaucoup plus susceptibles de transférer des fonds à l’étranger que ceux qui travaillent à temps partiel ou qui sont inactifs »2.

Enfin, la communauté d’accueil de l’immigrant joue un rôle non négligeable dans ce phénomène. « La probabilité prédite de transfert varie de 21% chez les immigrants de Montréal à 34% chez les immigrants de Calgary ou d’Edmonton ». Autrement dit, les nouveaux arrivants qui s’installent dans l’Ouest sont plus charitables envers leurs familles que ceux qui s’installent dans l’Est.

Évolution de la valeur du dollar canadienQuel est lien avec le dollar canadien? En fait, grâce à la force de la monnaie canadienne, les quelques dizaines de dollars qui partent d’ici deviennent des milliers de francs burundais, de pesos, de francs Congolais, de Dalasi ghanéens, etc. À titre d’exemple, il y a un an 200 $ canadiens valaient environ 100 000 FCFA (Franc des Communautés françaises d’Afrique), l’équivalent du salaire mensuel d’un agent du gouvernement dans ces lointaines contrées du continent Noir.

Or, depuis plusieurs mois, notre dollar pique du nez. En une année, la monnaie canadienne a perdu 4% de sa valeur face au dollar américain. Une bonne nouvelle pour l’économie du Canada, car nos produits sont plus abordables sur le marché international et cela permet de relancer les exportations, et par ricochet l’économie.

Paradoxalement, « ce n’est pas bon pour les affaires », explique Marie, immigrante francophone qui envoie régulièrement de l’argent à sa mère. Il lui faut dépenser beaucoup plus d’argent pour venir en aide à sa famille. D’après les experts, la chute libre du dollar canadien se poursuivra. Un cauchemar pour les immigrants,  du moins pour les nouveaux arrivants. En fait, plus un immigrant s’installe durablement au pays de l’Érable, moins il envoie de l’argent à sa famille. C’est un des enseignements de l’étude réalisée par Statistique Canada. Ce n’est pas pour rien que la mère de Diane avait dit avec insistance : «  Ne nous oublie pas! »

1 Les noms des personnes citées dans cet article ont été volontairement changés, pour préserver leur anonymat.

2 Les habitudes de transfert de fonds chez les nouveaux immigrants du Canada, p.6.

Article précédent Le budget fédéral et la formation à l’emploi
Prochain article Le francothon s'en vient
Imprimer
9140
 

Theme picker

Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan

Le CCS sur Facebook

Nouvelles du CÉCS

Formation « Diversité en milieu de travail »

Le Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) offre une formation qui vise à augmenter les compétences interculturelles chez les employeur.euse.s et les employé.e.s, afin de tirer profit des bienfaits de la diversité en milieu du travail. 7 février 2018 Formation : 13h30 à 16h30 Hôtel Ramada Plaza de Regina (1818 avenue Victoria) Salle Maple Pour confirmer votre présence, svp envoyez un courriel à paul.leost@cecs-sk.ca et...

Muni pour passer au vert / Get Green, Get Empowered

Le forum économique « Muni pour passer au vert / Get Green, Get Empowered » se tiendra le 10 mars prochain, au Duck Lake Interpretive Centre à Duck Lake. Il offrira des présentations et informations pertinentes et pratiques sur l’économie verte. Vous avez jusqu’au 2 mars pour vous inscrire à l’événement! Pour plus de détails, svp cliquez sur le lien suivant pour voir l’annonce officielle. COMMUNIQUÉ DE PRESSE L’article Muni pour passer au...

Appel d’offre : Économusée

Le CÉCS souhaite mandater un recherchiste documentaire pour réaliser des travaux sur les métiers traditionnels. Ce document est un cahier des charges qui va permettre aux différents soumissionnaires de préparer leur offre de service. Les soumissions doivent être déposés, sous plis scellés, au plus tard 16h30 le 31 janvier 2018. Appel d’offre : Recherchiste documentaire L’article Appel d’offre : Économusée est apparu en premier sur CÉCS.
RSS
124678910Dernière

Theme picker

Actualité économique

La Saskatchewan accueille son premier économusée La Saskatchewan accueille son premier économusée

La Saskatchewan accueille son premier économusée

963

LUMSDEN - Le 17 septembre, le premier économusée de la province a ouvert ses portes à Lumsden sur le site enchanteur des vergers Over the Hill Orchards and Winery.

La dégénérescence des produits La dégénérescence des produits

La dégénérescence des produits

Avez-vous déjà remarqué que les produits d’aujourd’hui n’ont pas la même qualité ou ne durent pas aussi longtemps que ceux de...
2810
SENA : Une participation francophone modeste SENA : Une participation francophone modeste

SENA : Une participation francophone modeste

REGINA - Le volet francophone a eu peu de participants lors de la Semaine pour l’emploi des nouveaux arrivants (SENA) du 6 au 10 mai à...
3103
Le Francothon fait le plein ! Le Francothon fait le plein !

Le Francothon fait le plein !

REGINA - Cette 23e édition du Francothon a porté ses fruits en surpassant son objectif de 60 000 dollars : au total, plus de 107 000 dollars...
3144
RSS
124678910Dernière

Theme picker

Back To Top