Close

Le point sur le RIF - Chronique du Réseau en immigration francophone de la Saskatchewan

Harriet Tubman, la Moïse noire

Auteur: Alexandra Drame (EV)/12 février 2015/Catégories: Société, Immigration, 2015

Harriet Tubman en 1885

Harriet Tubman en 1885

La Moïse Noire, comme la surnommaient les centaines de personnes qu’elle a aidées à fuir l'esclavage, mourut d’une pneumonie en 1913, à l’âge de 93 ans, après avoir raconté ses mémoires jusqu’au dernier jour. Elle demeure un grand symbole de la liberté.

Février est  le mois de l’Histoire des Noirs au Canada. C’est l’occasion de mettre en avant le parcours d’hommes et de femmes afro-canadiens qui, par leur audace ou les fonctions qu'ils ont occupées, sont des exemples de courage et de détermination.

Aux 18e et 19e siècles, la plupart des Noirs qui immigrent au Canada fuient l'esclavage qui sévit aux États-Unis. Puis, au 20e siècle, ce sont les immigrants antillais et africains qui commencent à arriver. Aujourd'hui, les Noirs représentent environ 2% de la population canadienne. 

Bien qu’elle soit née esclave aux États-Unis, Harriet Tubman a grandement contribué à changer la vie de nombreux Afro-Canadiens. Sur la plantation du Maryland, où elle est née et vit entourée de ses parents et de ses dix frères et sœurs, Harriet prend vite conscience que la fuite représente le seul moyen d'accéder à la liberté.

En 1849, quand son propriétaire tombe malade, elle craint d’être vendue dans le Grand-Sud, où la vie d’un travailleur aux champs est courte et pénible. Elle s’enfuit en utilisant « le chemin de fer clandestin » (Underground Railroad) : c’est ainsi que l’on désignait le réseau plus ou moins organisé de cachettes et de personnes qui aidaient les fugitifs à passer des États esclavagistes aux États libres du Nord. Elle se donnera ensuite pour mission de libérer sa famille et ses amis et effectuera 13 expéditions incroyablement périlleuses et aidera à libérer environ 120 personnes. Elle ne fut jamais capturée et, selon ses propres mots, « jamais ne perdit un passager ». 

En 1850, le Congrès américain adopte le Fugitive Slave Act, qui contraint tous les États, même ceux qui avaient interdit l'esclavage, à collaborer à la capture des esclaves fugitifs et à infliger de lourdes peines aux complices d'évasion. La loi augmente les risques pour les esclaves en fuite, dont beaucoup se rendent jusqu’au Canada, désormais le seul endroit sûr en Amérique du Nord pour eux. Malgré les menaces qui pèsent sur elle, Harriet continue à braver les interdits pour aider ses compagnons d’infortune à trouver le chemin de la liberté.

Puisque la ville frontalière de St. Catharines, située en Ontario, offre des possibilités d’emploi, elle devient une destination populaire auprès des anciens fugitifs. À compter de 1850, sa population connaît une expansion rapide à cause de l’arrivée des esclaves : dès 1855, 123 familles de Noirs y profitent de leur nouvelle liberté. Harriet Tubman, elle-même, y vivra durant six ans, de 1851 à 1857, afin d’y poursuivre ses activités antiesclavagistes. 

Avec le déclenchement de la guerre de Sécession, Harriet retourne aux États-Unis en tant que cuisinière, infirmière, recruteuse et espionne pour l’armée de l’Union. Après la guerre, elle s'établit dans l’État de New York, se marie et continue à plaider pour les droits des Noirs et des femmes. Elle travaille en particulier à promouvoir la cause du suffrage féminin.

La Moïse Noire, comme la surnommaient  les centaines de personnes qu’elle a aidées, mourut d’une pneumonie en 1913, à l’âge de 93 ans, après avoir raconté ses mémoires jusqu’au dernier jour. Elle demeure un grand symbole de la liberté. 

Source Wikipedia, Historica Canada, Ministère de l’Immigration et de la Citoyenneté

Hommages

• Sa mémoire est honorée chaque 10 mars, jour de sa mort.

• En 2005, elle est reconnue comme personne d’importance historique par le gouvernement canadien. Une plaque en son honneur a été dévoilée à St. Catharines, Ontario 

• Grâce à Sarah Bradford, qui fit office de biographe et transcrivit ses récits, elle vit l’histoire de sa vie publiée en 1869 sous le titre de « Scènes de la vie d’Harriet Tubman »

• Elle est inscrite au National Women's Hall of Fame.

• L’institut Harriet Tubman de l’Université de York, à Toronto, se dédie à l’étude de la migration des peuples africains à travers le monde.

Imprimer

Nombre de vues (4839)/Commentaires ()

Back To Top