Skip Navigation

Chronique environnement

Comptables au naturel

Comptables au naturel
3685 of views

Que vous soyez un ornithologue aguerri capable de reconnaître l’âge d’une mésange qui chante à 8 kilomètres, ou un simple amateur qui s’émerveille devant ces petites boules de plumes capables de survivre à -40°C, we want you !

Du 17 au 20 février se tiendra pour la 26e année consécutive le GBBC. Comprenez : le Great Backyard Bird Count.

Cet événement international a été lancé par le Cornell Lab of Ornithology et la National Audubon Society pour la première fois en 1998. En 2009, Oiseaux Canada est devenu partenaire du programme, ce qui a ouvert les portes à tous nos concitoyens.

Ce grand événement de science participative rassemble amateurs et professionnels autour d’un intérêt commun : les oiseaux.

Seul, en couple, en groupe ou avec l’intégralité des supporteurs de votre équipe de hockey favorite, venez participer à cette initiative de science citoyenne ! Vous aiderez ainsi les scientifiques à mieux connaître l’état des populations d’oiseaux à l’échelle mondiale avant l’une de leurs migrations semestrielles.

Comment ça marche ?

La première étape consiste à choisir un lieu. Les frileux pourront choisir leur arrière-cour pour rester au chaud. Quant aux aventuriers, ils pourront jouer les gros durs dans les lacs gelés du nord de la Saskatchewan.

Une fois votre terrain de jeu trouvé, il ne vous reste plus qu’à consacrer au minimum 15 minutes à l’observation des oiseaux à l’endroit choisi pendant les quatre jours de l’événement. Si l’envie d’y consacrer 96 heures consécutives vous emballe, libre à vous bien sûr !

Image
Crédit : Clara Superbie

L’idée est de recenser tous les oiseaux que vous êtes en mesure de reconnaître sur ce laps de temps. Si vous êtes débutant, de nombreux outils sont à votre disposition pour vous aider à reconnaître les différentes espèces : l’excellente application gratuite Merlin ID ou les forums d’entraide sur inaturalist.org, entre autres.

Pour transmettre vos données, rien de plus simple : soit directement via l’application ebird sur votre téléphone ou a posteriori sur le site internet ebird.org dans l’onglet Soumettre.

Une mobilisation incroyable

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : chaque année, des personnes de plus de 190 pays se mobilisent et recensent environ trois quarts des espèces connues dans le monde. Rien qu’en 2022, 7 099 espèces ont été identifiées, ce qui représente 141 990 photos transmises pour une mobilisation s’élevant à 348 641 personnes !

Si les États-Unis et l’Inde occupent solidement les deux premières places des pays les plus impliqués, le Canada était sur la troisième marche du podium en 2022 avec 57 000 soumissions en quatre jours. Bien que les participants viennent majoritairement d’Ontario et de Colombie-Britannique, toutes les provinces ont participé. La Saskatchewan se classe 7e au pays.

Forcément, avoir autant d’observateurs sur une fenêtre si courte s’accompagne de son lot de surprises.

En 2022, les habitants du Maine ont eu la surprise d’apercevoir l'aigle de mer de Steller. Ce grand rapace aux marques distinctes est un résident régulier des régions côtières du Japon, de la Corée du Nord et du Sud, de la Mongolie et de certaines parties de la Russie pendant la saison de reproduction. Loin de son aire de répartition habituelle, cette beauté a été aperçue poursuivie par un pygargue à tête blanche immature.

Les Saskatchewanais auront également réussi à faire parler d’eux en recensant un groupe de plus de 3 000 jaseurs boréaux. Une première !

Outre la réelle aide scientifique d’un tel événement, l’apprentissage, la sensibilisation et la communion avec la nature restent la clef de voûte du programme. Alors, à vos jumelles pour rendre cette édition aussi belle qu’un oiseau dans le ciel.

Comments are only visible to subscribers.