Background Color:
 
Background Pattern:
Reset
Friday, September 21, 2018
Menu
Nouvelles récentes

 - Friday 21 September 2018

Émilie Dessureault-Paquette (EV)
/ Categories: Société, Francophonie, 2015

La francophonie au Canada vue par les Québécois – 1ere partie

Fransaskoisie: une réalité qui fait mentir les chiffres pessimistes

Émilie Dessureault-Paquette

Émilie Dessureault-Paquette

Les statistiques de la présence francophone en Saskatchewan dressent un portrait assez déprimant de la survie de la langue française. Si l'on en croit les chiffres, seules quelques petites exceptions sur la carte sembleraient porter, bien que fragilement, l'existence de la Francophonie de ce côté des Prairies. Pourtant, et malgré le fait que la Fransaskoisie semble éparpillée aux quatre coins de la Saskatchewan, mon incursion de quelques mois au sein de l'univers fransaskois, m'a permis de découvrir le dynamisme et des initiatives francophones qui font mentir le pessimisme des chiffres.

J'ai atterri à Regina en novembre dernier pour un contrat de 3 mois à la Société historique de la Saskatchewan. Je venais participer à la recherche et à la composition du guide pédagogique que la Société produit.

Je suis venue dans les Prairies avec beaucoup d’espérance, de motivation et un maximum d'ouverture. J'avais beaucoup de questions à poser et beaucoup à apprendre. Mon expérience à l'Eau vive a contribué à cela. Je suis maintenant de retour au Québec avec tout autant d'interrogations, en ayant envie de créer davantage de liens entre les francophones d'ici et d'ailleurs, au sein du Canada, de façon à contrer l'ignorance et l'indifférence et à ouvrir des portes à la discussion.

Je m'intéresse aux minorités linguistiques de tout acabit et mes lectures m'ont souvent laissé l'impression que vivre et grandir dans une minorité dont la langue maternelle n'est pas valorisée se vivait comme une chose triste et déprimante. Maintenant, suite à mon bref passage et la fréquentation de quelques organismes communautaires fransaskois, j'ai l'impression que le français se porte bien, malgré certains côtés parfois pervers d'une petite communauté.

Il est certain que mon point de vue est biaisé, puisque pendant mon séjour j'ai eu la chance de vivre la majeure partie de mon quotidien en français. En Saskatchewan, la réalité quotidienne est anglophone.  Il faut toujours en tenir compte.

La semaine prochaine, je vous parlerai des perceptions qu'ont les Québécois des francophones hors Québec, et les relations qu'ils entretiennent avec ceux-ci.

Print
3744

Navigation du site

Categories