Close

Un Festival fransaskois virtuel au grand cœur

La cuvée web 2020 du Festival fransaskois n’a assurément ressemblé à aucune autre. En étroit partenariat avec Radio-Canada, le Conseil culturel fransaskois proposait, du 11 au 13 juillet, une programmation entièrement en ligne pour souligner le pèlerinage préféré des Fransaskois.

La version virtuelle du Festival fransaskois n’a rien à envier aux traditionnelles retrouvailles des francophones de partout en province. Trois émissions ont planté le décor et les couleurs d’un événement et d’une communauté uniques en leur genre.

« C’est fort la fransaskoisie ! » C’est sans doute la maxime qui résume le mieux le festival quarantenaire qui a dû, par la force des choses, modifier ses vieilles habitudes pour se lancer dans l’air des temps modernes, à la mode virtuelle.

Ce changement de cap a occasionné une riche programmation ponctuée d’histoire, d’héritage, de musique, d’humour, d’anecdotes. Un véritable retour dans le temps et un regard porteur d’avenir.

Une cascade de capsules a déferlé sur les ondes radiophoniques, télévisuelles et « youtubiennes » offrant une brochette bien garnie et donnant un avant-goût exquis d’une prochaine édition que tous les campeurs, aguerris et novices, fransaskois et d’ailleurs, pourront déguster sans retenue.

Un brin de nostalgie

L’émission Tous pour le festival a ouvert le bal des festivités, samedi 11 juillet en après-midi, avec une émission de deux heures à la première chaîne de Radio-Canada. L’occasion de renouer avec le passé, de faire le point sur les acquis et les souvenirs, et de se tourner vers l’avenir qui ne cesse de promettre.

En compagnie d’habitués et de nouveaux festivaliers, l’animatrice Nicole Lavergne-Smith a soutiré les confidences et fait parler les cœurs dans un bouquet d’entrevues aussi touchantes qu’introspectives.

Les participants à l’émission n’ont pas manqué de souligner l’importance de ce rassemblement annuel devenu l’événement phare d’une communauté fière de célébrer sa langue et sa culture.

Au-delà des retrouvailles entre amis et connaissances, il y a eu aussi l’ouverture, la découverte et la rencontre. Car si on peut qualifier la fransaskoisie de « tissée serrée », elle ouvre aussi ses mailles sur le monde.

Des artistes qui ont fait leurs premiers pas sur la scène du célèbre festival, à ceux qui l’ont enjouée avec leurs rythmes venus d’ailleurs, l’événement accueille sa dose de diversité et représente un tremplin pour la relève.

De la culture et de l’humour

La deuxième émission présentée sur YouTube dimanche 12 juillet, Tire-toi une bûche et branche-toi au Festival fransaskois, avait des allures très festives sur une grande pointe d’humour savamment orchestrée par l’animatrice Micheline Marchildon.

Au menu, un cocktail d’entrevues, de sketches humoristiques, de musiques, de quoi donner l’eau à la bouche pour le prochain rendez-vous de la culture fransaskoise. Les artistes invités de cette année ont aussi généreusement participé à cette émission haute en couleur. De Corneille à Sarahmée, en passant par Florent Volant, les Fransaskois en ont eu pour leur argent… virtuel.

Tous se sont prêtés au quiz implacable du Saskatche… What? qui a su allier, en une parfaite recette, l’histoire, l’économie et la découverte de la province. Un moment de détente et d’apprentissage extraordinaire.

Le clou de ce spectacle virtuel revient à la chanson Au nom des noms, une collaboration d’Annette Campagne et de la Raquette à claquettes, qui offre un portrait vivant des familles qui habitent le paysage fransaskois depuis longtemps ou peu. Ce véritable temple de la renommée a ainsi rendu hommage aux visages, aux voix et aux visions d’un peuple en pleine effervescence.

Un mauvais sort… pour mieux rebondir

Le lundi 13 juillet, la dernière émission de cette série exceptionnelle, Un festival pas comme les autres, a fermé le bal enchanté d’une occasion ratée, mais qui sera renouvelée pour le bonheur de tous.

L’animatrice Nicole Lavergne-Smith, surnommée la Fureteuse fransaskoise, est allée encore une fois à la rencontre de Fransaskois de tous acabits et d’artistes qui tissent les souvenirs de la communauté aux rythmes de leurs mélodies. Tour à tour, on a pu entendre Alexis Normand et Étienne Fletcher en performance live et écouter les témoignages et les anecdotes savoureuses de festivaliers qui se préparent, avec enthousiasme, à leur rassemblement annuel.

Le rendez-vous est donné pour l’an prochain, au parc provincial de Pike Lake, les 9, 10 et 11 juillet. L’édition 2021 promet d’être un festival enlevé et enlevant qui rattrapera le temps perdu.

Article précédent Un nouvel envol pour les Fransaskoises
Prochain article Dans ce temps-là !
Imprimer
1193

Theme picker

 

Navigation du site


Categories

Back To Top