Close
Sébastien Németh
/ Catégories: Éditorial, Politique

Chaise vide

La chaise de la candidate conservatrice Kelly Block est restée vide lors du débat à St-Denis

La chaise de la candidate conservatrice Kelly Block est restée vide lors du débat à St-Denis

Photo: Jean-Pierre Picard (2015)
Pas de conservateur au débat politique de Saint-Denis. Les autres, NPD, libéraux, Parti vert, étaient là. Mais Kelly Block, la candidate du camp de Stephen Harper a laissé une chaise vide. En diplomatie, les chefs d’états qui ne veulent pas se rendre à un rendez-vous embarrassant ou qui veulent éviter un homologue avec qui ils sont en délicatesse, disent qu’il y a « incompatibilité de calendrier ». La conservatrice a dit préférer la stratégie du porte à porte, laissant une chaise vide lors du débat de Saint-Denis. Une absence qui  a fait quand même tache dans le décor, sur laquelle organisateurs et adversaires ne se sont pas gêner pour ironiser. C’est le jeu. Pour l’Association communautaire fransaskoise de La Trinité , organisatrice du débat, cette désertion était en tout cas une première. 

Est-ce la conséquence des nouvelles consignes de campagne lancées par les conservateurs ? Le Toronto Star affirme qu’une directive a été donnée aux troupes conservatrices: les candidats ne doivent plus participer aux débats ni parler aux médias. S’ajoute à cela quelques bouleversements au sein de l’équipe de campagne de Stephen Harper. Après Ray Novak, un autre proche collaborateur du Premier ministre a été renvoyé au quartier général du parti à Ottawa. Jenni Byrne était notamment chargée de filtrer les candidats conservateurs et de s’assurer que leurs dossiers étaient sans taches. Oups ! Elle n’avait pas vu que l’un d’eux avait tendance à uriner dans les tasses des électeurs et que l’autre se moquait des handicapés par téléphone. Ce n’était pas marqué sur leur CV. Par contre, on a découvert que Stephen Harper s’était attaché les services du magicien d’Oz, l’Australien Lynton Crosby, dont les tactiques controversées ont fait gagner David Cameron en Grande-Bretagne.

Ajoutez à tout cela la crise migratoire et vous obtenez un camp conservateur pas très serein en ce moment. Beaucoup disent que la longueur record de la campagne avantagera au final le pouvoir. Mais ces différents signes montrent une majorité tout sauf à l’aise en ce moment, jusqu’au niveau local. Kelly Block passe-t-elle réellement des heures chaque soir à sonner chez les gens à l’heure du souper pour présenter son programme ? N’avait-elle pas deux heures de libre pour rencontrer les francophones ? A-t-elle reçu une consigne de son parti ? Son absence fut en tout cas bien dommageable. Non que sa présence aurait changé quoique ce soit de significatif dans le vote des électeurs en Saskatchewan. Mais pour le symbole, ça fait quand même désordre. Dommage. Les rencontres entre leaders anglophones et la communauté francophone sont rares.

Imprimer
3578

Navigation du site

Categories

Back To Top