Skip Navigation
Lucas Pilleri

Une première cohorte de juristes obtient des certifications en français

Une nouvelle cohorte de juristes francophones

Une nouvelle cohorte de juristes francophones

La cérémonie de remise des diplômes s'est faite en présence du doyen de l'Université de la Saskatchewan, du vice-doyen de l'Université d'Ottawa et de la professeure et directrice de programme.
Photo : Avec l'autorisation de Caroline Magnan (2019)

SASKATOON - Pour la première fois, cinq étudiantes de l’Université de la Saskatchewan ont reçu ce 5 juin à Saskatoon une certification de common law en français de l’Université d’Ottawa. Elles sont ainsi les premières à être diplômées de ce programme inédit qui encourage la pratique du droit en français en milieu minoritaire.

Tava Burton, Marie Digney, Isabelle Larocque, Amanda Kimpinski et Laura Schaan ont reçu leur certification lors de la réception annuelle des diplômés de la faculté de droit de l’Université de la Saskatchewan. Il faut dire qu’elles ont relevé avec brio leur défi : suivre un programme de droit de trois ans, dont un tiers en français.

« Étudier dans une langue seconde prend beaucoup de courage et d’ambition. Ça m’a fait bien chaud au cœur de voir que tous les efforts faits par ces femmes ces trois dernières années ont finalement porté leurs fruits », évoque Caroline Magnan, directrice du programme et ancienne élève à l’école Monseigneur de Laval de Regina.

Au cours de leur formation, les cinq étudiantes, issues pour la plupart de l’immersion, ont acquis des compétences en rédaction et en plaidoirie en français. Surtout, elles ont développé une compréhension approfondie des enjeux entourant les droits linguistiques au pays. « Elles ont appris par exemple l’importance de la Loi sur les langues officielles », indique Caroline Magnan.

Un investissement pour l’avenir

D’après la responsable, ce genre de programme assure un bel avenir à la défense des droits linguistiques. « Il y a un intérêt pour l’offre de services juridiques en français. J’ai très hâte de voir ce qu’elles vont faire. »

Amanda Kimpinski, l’une des étudiantes nouvellement diplômées, semble le confirmer : « Mon expérience dans le cadre du programme a été transformatrice et continuera de me façonner tout au long de ma carrière. Les contacts que j’ai noués (…) m’ont incitée à continuer à œuvrer dans les deux langues officielles et à promouvoir les droits linguistiques partout au Canada, et particulièrement dans l’Ouest. »

Le programme en français fait des émules, avec une entente signée en février dernier avec l’Université de Calgary, des cours de common law offerts à l’Université de l’Alberta et à l’Université du Manitoba. Avec cette expansion, c’est la justice en français dans l’Ouest qui est visée : « L’objectif est d’assurer l’accès à la justice dans les deux langues officielles », résume ainsi Caroline Magnan.

L’initiative est soutenue par un financement du ministère de la Justice du Canada, par l’entremise du Fonds d’appui à l’accès à la justice dans les deux langues officielles. « Ça donne une opportunité unique aux étudiants inscrits dans les facultés de droit anglophones qui autrement n’auraient pas eu accès à des cours de common law en français », note la Fransaskoise d’origine, maintenant établie à Calgary.

La plus-value du réseau

Élément crucial de son succès, le programme fait appel au soutien de professionnels bilingues de la province. Aussi, « une grande partie de la réussite du programme est due à l’appui de la communauté fransaskoise », souligne la professeure de droit.

L’Association des juristes d’expression française de la Saskatchewan (AJEFS) a, entre autres, accueilli des stagiaires et offert du mentorat, jumelant les étudiantes avec des mentors aguerris, francophones ou francophiles. « Le programme donne ainsi la chance de faire partie d’un réseau. Ça permet de développer aux étudiants une expertise unique. Ça peut ouvrir beaucoup de portes, notamment dans les cours et dans la fonction publique. »

Les cinq femmes ont aussi effectué un échange à l’Université d’Ottawa, ont suivi des cours par vidéoconférence, ont effectué un stage au sein de cabinets œuvrant en français en Saskatchewan et ont réalisé une recherche dirigée. Enfin, elles ont pu participer au tout premier Concours de plaidoirie Michel-Bastarache, où elles se sont brillamment illustrées.

Les cinq femmes sont les premières à bénéficier de ce programme conjoint unique en son genre au Canada. En 2020, six étudiants devraient être diplômés à leur tour.

Article précédent 62,6 millions de dollars pour lutter contre la pénurie d’enseignants
Prochain article Une foire des sciences totalement en français
Imprimer
29664

Lucas PilleriLucas Pilleri

Autres messages par Lucas Pilleri
Contacter l'auteur

Contacter l'auteur

x
Projet de loi C-35 : une demi-victoire pour les garderies francophones

Projet de loi C-35 : une demi-victoire pour les garderies francophones

Organismes et citoyens francophones se sont mobilisés pour appuyer un amendement important du Sénat au projet de loi C-35 sur les services de garde.

25 février 2024/Auteur: Mehdi Jaouhari/Nombre de vues (205)/Commentaires (0)/
L’heure des contes désormais multilingue à la bibliothèque publique de Saskatoon

L’heure des contes désormais multilingue à la bibliothèque publique de Saskatoon

Une nouveauté débarque à la Bibliothèque publique de Saskatoon cette année : l’heure des contes est désormais bilingue.

4 février 2024/Auteur: Leanne Tremblay/Nombre de vues (947)/Commentaires (0)/
De nouvelles places de garderie à Moose Jaw

De nouvelles places de garderie à Moose Jaw

Le Centre éducatif Pomme d’Api à Moose Jaw vient de recevoir du financement gouvernemental afin d’ouvrir de nouvelles places en français. Une bonne nouvelle pour les parents, mais qui est loin de répondre à la demande. Car sur les 2 349 places en cours de création dans la province, 28 seulement sont dédiées aux Fransaskois.

12 janvier 2024/Auteur: Mehdi Jaouhari/Nombre de vues (957)/Commentaires (0)/
Vente de l’école du Parc à Regina : un manque à gagner pour les Fransaskois

Vente de l’école du Parc à Regina : un manque à gagner pour les Fransaskois

Fin septembre, les parents fransaskois ont eu la mauvaise surprise d’apprendre que l’école du Parc, solution temporaire en attendant l’ouverture d’un nouvel établissement pour leurs enfants, sera finalement vendue plutôt que conservée. Une déception pour nombre d’entre eux.

31 octobre 2023/Auteur: Ghita Hanane – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (1307)/Commentaires (0)/
Message du directeur général du CÉF

Message du directeur général du CÉF

Message du directeur général du CÉF .

11 septembre 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2378)/Commentaires (0)/
ALLOFrench : la gratuité au service des Canadiens de l'Ouest

ALLOFrench : la gratuité au service des Canadiens de l'Ouest

Projet pilote d'un an, ALLOFrench offre des cours gratuits de français en Saskatchewan et en Alberta du 1er avril 2023 au 31 mars 2024. Réservé aux citoyens canadiens, le programme vise à étendre l'influence du français dans les Prairies.

1 septembre 2023/Auteur: Hélène Lequitte – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (2432)/Commentaires (0)/
Une première pierre pour la nouvelle école francophone de Regina

Une première pierre pour la nouvelle école francophone de Regina

Une cérémonie haute en émotion a eu lieu au 5382, 2e Avenue Nord à Regina, le lieu retenu pour la nouvelle école francophone où les travaux ont officiellement débuté le 29 juin. Une centaine de personnes se sont réunies pour assister à la pose symbolique de la première pierre.

18 juillet 2023/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (2575)/Commentaires (0)/
Mot du directeur général du CEF

Mot du directeur général du CEF

Mot du directeur général du CEF.

5 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2397)/Commentaires (0)/
École St-Isidore

École St-Isidore

École St-Isidore

3 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2393)/Commentaires (0)/
École Notre-Dame-des-Vertus

École Notre-Dame-des-Vertus

Bravo aux élèves de NDV pour les belles chansons à la fête de la Saint-Jean-Baptiste à Zénon Park. 

3 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2454)/Commentaires (0)/
École Père-Mercure

École Père-Mercure

Nos élèves et la communauté se sont rassemblés pour souligner la fin de l'année avec un dîner BBQ et une après-midi de jeux. Merci à tous les parents et membres du personnel qui ont aidé à l'organisation !

3 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (2252)/Commentaires (0)/
École de Bellegarde

École de Bellegarde

Le mois de juin a été rempli d’activités !

3 juillet 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (1908)/Commentaires (0)/
Dans nos écoles 25 mai au 7 juin 2023

Dans nos écoles 25 mai au 7 juin 2023

Dans nos écoles 25 mai au 7 juin 2023.

6 juin 2023/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (1988)/Commentaires (0)/
Dans nos écoles 11 au 24 mai 2023

Dans nos écoles 11 au 24 mai 2023

Dans nos écoles 11 au 24 mai 2023.

23 mai 2023/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (1558)/Commentaires (0)/
Le postsecondaire en français grand perdant du Plan d’action pour les langues officielles

Le postsecondaire en français grand perdant du Plan d’action pour les langues officielles

Ottawa investit 4,1 milliards de dollars dans le Plan d’action pour les langues officielles 2023-2028. Si de nouveaux investissements sont prévus notamment en immigration, en immersion et en petite enfance, le gouvernement libéral a brisé sa promesse électorale de financer le postsecondaire en français de manière permanente à raison de 80 millions de dollars par an.

16 mai 2023/Auteur: Inès Lombardo — Francopresse /Nombre de vues (2456)/Commentaires (0)/
RSS
1345678910Dernière

 - samedi 2 mars 2024