Close

Réaction de Marie-France Kenny aux propos de Denise Bombardier

Marie France Kenny

Marie France Kenny

Bonjour M. Lepage,

J’écoute votre émission depuis ses débuts, il y a 15 ans, donc inutile de vous dire que l’émission me plait. 

À titre d’ancienne présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) et de fière Fransaskoise, je dois toutefois vous avouer que je trouve que nos communautés à l’extérieur du Québec sont souvent mal servies par notre diffuseur public, y compris sur votre plateau.
Certes on y voit défiler quelques artistes (Damien Robitaille, Lisa LeBlanc, etc.) issus de nos communautés, mais force est de constater, quand on entend Madame Bombardier, une journaliste éclairée et passionnée, parler des francophones disparus, que la francophonie canadienne est très mal connue et mal comprise des Québécois et Québécoises.
Je suis née et j’ai grandi à Montréal d’un père acadien et d’une mère montréalaise, j’ai habité Moncton pendant plusieurs années pour ensuite déménager à Regina, en Saskatchewan. J’avoue, en toute humilité, que si je connaissais bien les Acadiens et Acadiennes, puisque mon père est Acadien et qu’on parle souvent de l’Acadie à Radio-Canada, avant d’arriver en Saskatchewan j’ignorais l’existence, comme la plupart des Québécois, d’une francophonie organisée, vibrante, résiliente et batteuse dans toutes les provinces et tous les territoires du Canada.

Afin que vous compreniez bien ma francophonie, je partage avec vous quelques extraits d’un texte que j’ai livré alors que j’étais présidente de la FCFA et dont j’ai repris des extraits lorsque j’ai reçu l’Ordre des Francophones des Amériques du gouvernement du Québec en 2015 : 
Au Canada, nous sommes près de 10 millions à parler le français. Nous représentons 30 % de la population et nous sommes présents dans toutes les régions du pays.
À l’extérieur du Québec, nous sommes 2,6 millions de personnes à parler français. Pour plus d’un million d’entre nous, il s’agit de la langue que nous utilisons le plus souvent dans notre vie quotidienne, la langue dans laquelle nous voulons vivre, celle que nous voulons transmettre à nos enfants.
Nous sommes les Comeau de la Nouvelle-Écosse, les Cléroux de l’Ontario et les Campagne de la Saskatchewan. Nous sommes les descendants des Acadiens qui ont créé Port-Royal en 1604, des Métis et des francophones qui ont créé la province du Manitoba, en 1870, et des pionniers qui ont fondé Maillardville, en Colombie-Britannique, en 1909.
Nous sommes aussi les Nguyen, les Ebrotié et les Abouchakra, des centaines de milliers de francophones issus de l’immigration dont la langue maternelle n’est pas le français. Nous avons choisi Regina, Edmonton ou Yellowknife pour vivre en français et enrichir notre communauté et notre pays. D’est en ouest et du nord au sud, nous créons une francophonie ouverte et diversifiée.

Nous sommes également les Laing et les Dorrington, des Canadiens de langue anglaise qui ont choisi d’apprendre le français et de vivre une partie de notre vie dans cette langue par amour pour la langue, pour les gens qui la parlent et pour les possibilités qu’elle offre.
Nous sommes des bâtisseurs. Nous avons créé des centres culturels et communautaires, des journaux et des radios, des écoles et des garderies, des services d’accueil pour les nouveaux arrivants, des réseaux de santé en français. Nous sommes des artistes qui créent, des entrepreneurs qui innovent et, surtout, des citoyens qui veulent laisser leur marque sur leur collectivité, leur province ou leur territoire, et sur leur pays. Nous sommes conscients d’être, comme nos compatriotes du Québec, dépositaires de ce grand héritage qu’est la francité en terre d’Amérique, et nous assumons notre responsabilité à l’égard de cet héritage en faisant vivre le français dans chaque région du pays.

Ma francophonie a mille visages, mille accents. Gilles Vigneault m’a dit, lors d’un Forum des jeunes ambassadeurs du Centre de la francophonie des Amériques, « la langue, c’est le vêtement que vous portez; l’accent, c’est sa couleur. Si nous portions tous un chandail gris, la vie serait bien terne ». Oui, nous avons tous un accent, un accent différent, mais nous parlons tous la même langue et nous devons plus que jamais nous faire solidaires et faire rayonner notre langue non seulement dans les Amériques, mais partout dans le monde.
Depuis des années, alors que je revendique les droits de notre francophonie canadienne, ce sont souvent les Québécois qui me disent que nous sommes quasi-morts, que nos enfants parlent mal le français parce qu’ils ont un accent et que si je veux vivre en français, je devrais retourner vivre au Québec

Nos enfants ont effectivement souvent un accent parce qu’ils sont issus de familles exogames, qu’ils vont au cinéma, au dépanneur et à la banque en anglais. Toutefois, si moi la Québécoise d’origine, j’ai des « wipers » et un « bumper » sur mon « char », nos enfants, qui parlent avec cet accent, eux ont des essuie-glaces et des parechocs sur leur voiture. Nos enfants ont beaucoup plus de mérite que moi, la Québécoise qui a grandi dans un environnement francophone, à parler le français alors qu’ils grandissent dans une mer anglophone.
Lorsque j’ai été élue présidente de la FCFA en 2009, les médias m’ont décrit comme « la Fransaskoise d’origine acadienne ». Ma mère québécoise m’a demandé pourquoi je ne corrigeais pas le tir en disant que j’étais Québécoise. Elle m’a demandé si j’avais honte d’être Québécoise. Ma réponse a été toute simple : je n’ai pas honte d’être Québécoise, mais j’ai parfois honte de l’ignorance et du comportement des Québécois à l’égard de la francophonie canadienne.

Si j’ai été déçue des propos de Madame Bombardier, j’ose espérer qu’avec toutes les réactions reçues, notre diffuseur public et ses artisans apprendront que ma francophonie, loin d’être disparue est résiliente, vibrante, novatrice et là pour rester.

Merci de m’avoir lue.

Marie-France Kenny
Regina


Vous avez parfaitement raison Marie-France. Plusieurs Franco-canadiens ont réagi vivement aux propos de Mme B. Je crois que le message fut « loud and clear » comme on dit à Montréal. :)

Bonne fin de journée
Guy A.

Imprimer
10905

Theme picker

Autres nouvelles - Éducation

Un jardin communautaire à l’école Mgr de Laval à Regina

Un jardin communautaire à l’école Mgr de Laval à Regina

Produire local, le nouveau défi des francophones de Regina

REGINA - LAssociation canadienne-française de Regina a inauguré son tout premier jardin communautaire le 15 juin dernier sur le terrain de l'École Mgr de Laval.

1 juillet 2020/Auteur: Leslie Diaz – Initiative de journalisme local – APF /Nombre de vues (478)/Commentaires (0)/
Les Fransaskois applaudissent la victoire des parents franco-colombiens en Cour suprême

Les Fransaskois applaudissent la victoire des parents franco-colombiens en Cour suprême

Après 10 ans de lutte judiciaire, la Cour suprême du Canada a tranché en faveur des parents franco-colombiens. Cette décision historique a été chaudement saluée par la communauté fransaskoise.

29 juin 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF/Nombre de vues (341)/Commentaires (0)/
L’histoire de la fransaskoisie narrée aux jeunes

L’histoire de la fransaskoisie narrée aux jeunes

Ateliers scolaires Gardiens de lys'toire par la Société historique de la Saskatchewan

À travers sa série d’ateliers pédagogiques, la Société historique de la Saskatchewan (SHS) donne vie à l’histoire dans la salle de classe des écoles de la province. 

28 juin 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF/Nombre de vues (490)/Commentaires (0)/
Une nouvelle école fransaskoise à Regina

Une nouvelle école fransaskoise à Regina

La communauté fransaskoise a accueilli favorablement l’annonce de la construction d’une nouvelle école élémentaire fransaskoise dans le Nord-Ouest de Regina.

23 juin 2020/Auteur: L'Eau vive/Nombre de vues (527)/Commentaires (0)/
La pandémie risque de nuire à la francophonie des universités

La pandémie risque de nuire à la francophonie des universités

Les universités francophones du pays misent sur l’inscription d’étudiants internationaux. Les mesures sanitaires en place affecteront directement les inscriptions.

14 juin 2020/Auteur: André Magny (Francopresse)/Nombre de vues (769)/Commentaires (0)/
Toujours pas de déblocage pour le Campus Saint-Jean

Toujours pas de déblocage pour le Campus Saint-Jean

Trois semaines après que l’Association canadienne-française de l’Alberta a lancé une campagne de mobilisation pour sauver le Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, l’incertitude règne toujours quant à l’avenir de l’établissement.

13 juin 2020/Auteur: Guillaume Deschênes-Thériault – Francopresse /Nombre de vues (817)/Commentaires (0)/
Conseil des écoles fransaskoises: À vos pupitres, citoyens!

Conseil des écoles fransaskoises: À vos pupitres, citoyens!

Si tout va bien à la rentrée de septembre, le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) ira de l’avant avec un concept nouveau en Saskatchewan, mais qui a fait ses preuves dans d’autres provinces: l’école communautaire citoyenne.

13 juin 2020/Auteur: André Magny (Initiative de journalisme local – APF – Ouest)/Nombre de vues (1117)/Commentaires (0)/
La Cour suprême donne gain de cause aux parents franco-colombiens

La Cour suprême donne gain de cause aux parents franco-colombiens

La Cour suprême du Canada a donné raison aux francophone de la Colombie-Britannique, qui réclame depuis dix ans devant les tribunaux que le système scolaire de langue française soit mis à égalité avec le système anglophone.

12 juin 2020/Auteur: Marc Poirier – Francopresse /Nombre de vues (1057)/Commentaires (0)/
André Moquin, récit vivant de la fransaskoisie

André Moquin, récit vivant de la fransaskoisie

Fils et petit-fils de colons de l’Ouest, André Moquin a œuvré toute sa vie pour l’avancement de l’éducation en français dans sa province.

2 juin 2020/Auteur: Lucas Pilleri – Initiative de journalisme local – APF /Nombre de vues (1872)/Commentaires (0)/
L'École Mgr de Laval slame ses accents à Regina

L'École Mgr de Laval slame ses accents à Regina

L'école fransaskoise remporte un prix international

Six élèves de la 8e année du Pavillon secondaire des Quatre Vents de l'école de Monseigneur on remporté un des deux Prix du public offerts dans le cadre du concours « Slame tes accents » du Centre de la Francophonie des Amériques.

23 mai 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/Nombre de vues (1641)/Commentaires (0)/
Un vent de solidarité au Canada pour sauver le Campus Saint-Jean

Un vent de solidarité au Canada pour sauver le Campus Saint-Jean

L’appel à l’action de l’ACFA dans le cadre de la campagne «Sauvons Saint-Jean» a été entendu d’un bout à l’autre du pays, et même au-delà de nos frontières. 

19 mai 2020/Auteur: Guillaume Deschênes-Thériault (Francopresse)/Nombre de vues (1577)/Commentaires (0)/
Une miniécole de médecine pour y voir clair

Une miniécole de médecine pour y voir clair

Le premier volet de la 24e édition de la Miniécole de médecine de l’Université d’Ottawa s’est consacré entièrement au sens de la vue, présentant l’anatomie de l’œil et jetant les bases de la prévention des troubles de la vision.

19 mai 2020/Auteur: Sébastien Durand/Nombre de vues (1907)/Commentaires (0)/
Des élèves fransaskois se livrent face à la pandémie

Des élèves fransaskois se livrent face à la pandémie

Déjà un peu plus d’un mois que les jeunes Fransaskois sont passés de la salle de classe à la table du salon et ont échangé leurs stylos pour un clavier. Comment vivent-ils cette transition et quel regard portent-ils sur la situation?

16 mai 2020/Auteur: Leslie Diaz/Nombre de vues (2641)/Commentaires (0)/
La francophonie de l’Ouest menacée : «Sauvons Saint-Jean!»

La francophonie de l’Ouest menacée : «Sauvons Saint-Jean!»

L’Association canadienne-française de l’Alberta, soutenue par plusieurs associations, est partie en croisade pour défendre le Campus Saint-Jean dont l'avenir est menacé par d’importantes coupes budgétaires.

16 mai 2020/Auteur: Geoffrey Gaye – (Le Franco)/Nombre de vues (1141)/Commentaires (0)/
Le téléenseignement, une forme de théâtre expérientiel pour Colette George

Le téléenseignement, une forme de théâtre expérientiel pour Colette George

Je me sens un peu plus animée durant mes leçons virtuelles. C'est comme si j'étais une comédienne dans une pièce de théâtre.

14 mai 2020/Auteur: L'Eau vive/Nombre de vues (1511)/Commentaires (0)/
RSS
1345678910Dernière

Theme picker

 

Nouvelles du

Conseil des
écoles
fransaskoises

Nouvelles du CÉF

Nouvelles affectations aux postes de direction et direction adjointe d’école

Regina, le 3 juillet 2020 – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) annonce de nouvelles affectations à des postes de direction d’école et direction adjointe pour la rentrée 2020-2021.
3 juillet 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Abdoulaye Yoh nommé directeur administratif du CÉF

Regina, le 3 juillet 2020 – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) a annoncé aujourd’hui la nomination d’Abdoulaye Yoh au poste de directeur administratif.
3 juillet 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/

Une nouvelle école élémentaire francophone pour le CÉF

Regina, le 23 juin 2020 – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) accueille avec enthousiasme l’annonce aujourd’hui par le Gouvernement de la Saskatchewan du financement pour une nouvelle école dans le secteur nord de la ville de Regina.
23 juin 2020/Auteur: Conseil des écoles fransaskoises/
1345678910Dernière

Theme picker

Le CEF sur Facebook


Back To Top