Close
La notation humanitaire, un « soulagement » pour la population étudiante
Francopresse
/ Catégories: Éducation, Postsecondaire

La notation humanitaire, un « soulagement » pour la population étudiante

FRANCOPRESSE – Plusieurs universités canadiennes ont adopté un système de notation alternatif depuis le début de la pandémie. Les étudiants peuvent désormais choisir la mention « réussite » ou « échec » pour un ou plusieurs cours plutôt que l’habituelle notation en chiffres ou en lettres. Malgré des pétitions qui circulent sur plusieurs campus, certaines universités refusent toujours de consentir à cet accommodement.  

L’Université Laurentienne à Sudbury a annoncé en décembre dernier qu’elle permettrait aux étudiants « de choisir la mention “réussite” ou “échec” sur les relevés finals de notes des cours individuels plutôt qu’une note précise ». 

Cette mesure s’appliquera pour le semestre en cours et celui de l’automne prochain d’après Simon Paquette, président de l’Association des étudiantes et étudiants francophones (AEF) de la Laurentienne. 

En collaboration avec l’Association générale des étudiantes et étudiants (AGÉ), l’AEF a présenté la proposition au Sénat de l’Université, qui a été acceptée « à la suite d’un débat intense » d’après le communiqué de l’établissement.

« C’est un soulagement, assure Simon Paquette. Ça donne le choix, je pense que c’est la plus grande chose qu’il faut retenir. […] Ça va permettre à un cours ou quelques cours de ne pas affecter le cheminement [des étudiants] dans les circonstances extraordinaires. »

Un argument qui résonne chez Tim Gulliver, commissaire à la revendication au Syndicat étudiant de l’Université d’Ottawa (SÉUO) : « Les étudiants font face à beaucoup d’isolement, à des défis au niveau de la santé mentale qui sont sans précédent. Ils ont dû développer une nouvelle façon d’apprendre, avec laquelle plusieurs professeurs ne sont pas nécessairement capables de bien transmettre [le contenu du cours] […] Ça va être un soulagement pour les étudiants de savoir qu’ils ont une marge de manœuvre », estime-t-il. 

Des systèmes qui varient

Étudiants
Photo : javier trueba / Unsplash
 Contrairement à la Laurentienne, où les étudiants pourront choisir d’utiliser la notation humanitaire pour l’ensemble de leurs cours, ceux de l’Université d’Ottawa seront limités à un seul cours par session, à l’automne 2020 et à l’hiver 2021. Un compromis conclu entre le SÉUO et l’Université à la suite d’une pétition signée par plus de 5300 personnes.

« C’est clair que les étudiants auraient voulu que ça soit disponible pour tous les cours. […] Mais on est arrivés à un compromis qui aide les étudiants, pas autant qu’on le voulait, mais je pense que ça aide les étudiants de façon concrète donc on est fiers de ça », ajoute Tim Gulliver. 

Plus à l’ouest, en Colombie-Britannique, la Simon Fraser Student Society (SFSS) a subi un revers du Sénat de l’Université Simon Fraser, qui a refusé de remettre en place le système de notation « réussite » ou « échec » instauré brièvement au début de la pandémie.  

Encore une fois, une pétition a récolté près de 7300 signatures. La SFSS a également préparé une motion qui a été débattue le 11 janvier dernier, à la suite de quoi le Sénat de l’Université a accepté un compromis : un système de notation « pass/credit/no credit » qui sera disponible pour les cours optionnels uniquement. 

« Nous sommes heureux des progrès réalisés, mais nous pensons que notre université pourrait faire plus », avance Gabe Liosis, vice-président aux relations avec l’université à la SFSS. 

« Cette nouvelle proposition n’aide pas tout le monde, comme ceux qui ont terminé leurs cours optionnels et qui doivent maintenant compléter les cours liés à leur programme. C’est très problématique », ajoute-t-il. 

Des universités frileuses

D’après Gabe Liosis, l’une des raisons pour lesquelles l’Université Simon Fraser a choisi cette voie serait pour éviter que des étudiants continuent de progresser sans avoir acquis toutes les connaissances nécessaires à leur cheminement. 

Il estime toutefois que « les étudiants devraient avoir accès à toutes les informations et à toutes les connaissances nécessaires pour prendre cette décision par eux-mêmes ».  

Parmi les arguments entendus lors du débat à l’Université Laurentienne, Simon Paquette de l’AEF nomme également la crainte de certains professeurs que les étudiants se forcent moins. « Je comprends la crainte, mais je pense vraiment que ça apporte un soulagement et que c’est une situation exceptionnelle. C’est une forme de compassion envers les étudiants », défend-il. 

Tim Gulliver a également entendu cet argument à l’Université d’Ottawa, et il concède que ce pourrait être le cas pour quelques étudiants, « mais je pense que la majorité rentre dans un cours et veut apprendre, acquérir des connaissances. Je ne pense pas qu’on doive s’arrêter à une minorité qui sera peut-être de mauvaise foi, la pandémie affecte tout le monde ».

À Simon Fraser, la SFSS prévoit continuer de militer auprès des divers départements afin de tenter d’étendre la notation alternative aux cours de base, et non pas exclusivement aux cours optionnels. « On a l’impression que les étudiants ont fait beaucoup plus de compromis que l’université », déplore Gabe Liosis. 

D’autres universités ont également mis en place un système similaire, dont l’Université de Toronto, l’Université de l’Alberta, l’Université du Manitoba, l’Université de Moncton et l’Université de Régina.

Article précédent École en pandémie : manque de ressources pour aider les élèves
Prochain article Éducation en français sous respirateur artificiel
Imprimer
9363

Autres nouvelles - Éducation

Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Le fédéral assure défendre les droits des Fransaskois

Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse La ministre des Langues officielles et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, Ginette Petitpas Taylor, était en visite le 29 juillet à Regina dans la cadre des consultations pancanadiennes sur les langues officielles entamées en mai dernier. Une visite durant laquelle une annonce de 7,1 millions de dollars a été faite au profit de la Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et du Collège Mathieu.

En évoquant le projet de Loi sur les langues officielles, toujours en cours d’adoption au Parlement, Ginette Petitpas Taylor souligne l’engagement du fédéral à s’assurer que, à l’échelle provinciale, les communautés de langues officielles en situation minoritaire « reçoivent les services et droits nécessaires pour continuer à vivre et à travailler dans leur langue maternelle ».  

12 août 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse /Nombre de vues (64)/Commentaires (0)/
7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

7,1 millions de dollars pour le postsecondaire fransaskois

La Cité universitaire francophone de l’Université de Regina et le Collège Mathieu viennent de bénéficier d’un budget de plus de 7,1 millions de dollars pour la construction, la rénovation et le développement d’espaces éducatifs postsecondaires, mais aussi pour accroître l’offre de programmes qui desservent les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

29 juillet 2022/Auteur: Mehdi Mehenni – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (243)/Commentaires (0)/
Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Café le Réseau : les élèves aux manettes derrière le comptoir

Depuis le 8 juin, le Café le Réseau a ouvert ses portes au sein même de l’école Monseigneur de Laval. Se voulant un lieu de rencontre, l’établissement est une initiative 100 % étudiante qui fait la fierté des jeunes et de leurs enseignants, et le bonheur des clients.

2 juillet 2022/Auteur: Lucas Pilleri – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (250)/Commentaires (0)/
Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joe Poirier: Une passion pour la fransaskoisie récompensée

Joseph, dit Joe, Poirier a passé sa vie à défendre la cause fransaskoise. À 78 ans, il est récompensé pour ce dévouement en recevant, en avril dernier à Ottawa, la Médaille du souverain pour les bénévoles des mains de la gouverneure générale du Canada Mary Simon.

13 mai 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (340)/Commentaires (0)/
La francophonie entre privilèges et marginalisations

La francophonie entre privilèges et marginalisations

Les chercheurs et membres des communautés francophones de l’Ouest et du Canada se sont rassemblés de manière virtuelle dans le cadre du colloque du Centre d’études franco-canadiennes de l’Ouest, organisé par La Cité universitaire francophone de l’Université de Régina.

6 avril 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez/Nombre de vues (876)/Commentaires (0)/
L’enseignement en français au cœur des débats

L’enseignement en français au cœur des débats

Les collèges et universités francophones en milieu minoritaire font face à d’importants défis partout au Canada.

1 mars 2022/Auteur: Marie-Lou Bernatchez – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (2374)/Commentaires (0)/
Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les faibles taux de rétention, revers de la médaille en immersion

Les programmes d’immersion ont augmenté dans les vingt dernières années, mais moins de la moitié des élèves restent jusqu’à l’obtention de leur diplôme.

10 février 2022/Auteur: Ericka Muzzo – Francopresse /Nombre de vues (2309)/Commentaires (0)/
Postsecondaire dans l'Ouest: la demande dépasse l’offre

Postsecondaire dans l'Ouest: la demande dépasse l’offre

Dans l’Ouest canadien, la demande pour des programmes en français est plus élevée que l’offre des établissements postsecondaires. C'est ce qui ressort des États généraux sur le postsecondaire en contexte francophone minoritaire.

8 février 2022/Auteur: Marianne Dépelteau – Francopresse/Nombre de vues (2487)/Commentaires (0)/
La francophonie, parent pauvre du postsecondaire

La francophonie, parent pauvre du postsecondaire

L’égalité est loin d’être atteinte entre les établissements postsecondaires francophones et ceux de la majorité anglophone. 

25 janvier 2022/Auteur: Francopresse/Nombre de vues (2826)/Commentaires (0)/
Revue de l'année 2021 - Éducation

Revue de l'année 2021 - Éducation

Survol de l'actualité fransaskoise durant l'année 2021 dans le domaine de l'éducation.

14 janvier 2022/Auteur: Lucas Pilleri/Nombre de vues (3058)/Commentaires (0)/
Reconnaissance nationale pour Ronald Ajavon du CÉF

Reconnaissance nationale pour Ronald Ajavon du CÉF

Ronald Ajavon du Conseil des écoles fransaskoises est reconnu parmi les 10 personnalités influentes de la francophonie canadienne de 2021.

3 janvier 2022/Auteur: Francopresse/Nombre de vues (3502)/Commentaires (0)/
Garderies à 10 $ : pas de clause linguistique pour les francophones

Garderies à 10 $ : pas de clause linguistique pour les francophones

La Fédération des communautés francophones et acadiennes craint désengagement du fédéral de sa responsabilité de protéger l'éducation de la petite enfance en français. 

 

17 décembre 2021/Auteur: Inès Lombardo – Francopresse /Nombre de vues (4394)/Commentaires (0)/
Étudier en français sans le parler : le défi des élèves allophones

Étudier en français sans le parler : le défi des élèves allophones

L’intégration des élèves allophones, de plus en plus nombreux, représente un défi pour les écoles francophones en milieu minoritaire. 

16 décembre 2021/Auteur: Marine Ernoult – Francopresse/Nombre de vues (3549)/Commentaires (0)/
Qu'est-ce que la communauté fransaskqueer?

Qu'est-ce que la communauté fransaskqueer?

La Cité universitaire francophone de Regina organisait une table ronde sur la communauté fransaskqueer, du nom d’un projet d’études sur l’identité et les expériences queer et trans des Fransaskois.

28 novembre 2021/Auteur: Estelle Bonetto – IJL-Réseau.Presse /Nombre de vues (4772)/Commentaires (0)/
Éducation francophone : Me  Roger Lepage décortique l’article 23

Éducation francophone : Me Roger Lepage décortique l’article 23

Me Roger Lepage nous explique que la francophonie canadienne en situation minoritaire revient de loin en matière d’éducation en français.

21 novembre 2021/Auteur: Mehdi Jaouhari – IJL-Réseau.Presse/Nombre de vues (5266)/Commentaires (0)/
RSS
1345678910Dernière

 

Nouvelles et blogue du

Conseil des
écoles
fransaskoises

Nouvelles du CÉF

Camp Voyageur

Le CÉF rappelle aux familles qu'il est partenaire de l’édition 2022 du Camp Voyageur, organisé par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF). Ce partenariat permet aux familles des écoles fransaskoises de profiter d’un rabais de 15% sur les...

Camp Voyageur

Le CÉF rappelle aux familles qu'il est partenaire de l’édition 2022 du Camp Voyageur, organisé par l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF). Ce partenariat permet aux familles des écoles fransaskoises de profiter d’un rabais de 15% sur les...
1345678910Dernière

Le CEF sur Facebook


Back To Top