Skip Navigation

S'exprimer autrement
Cette chronique, en collaboration avec La Cité universitaire francophone,  offre des textes dont les auteurs ont en commun d’avoir choisi le français comme langue seconde.

Cinq ans d’aventure dans le ciel du Grand Nord

Cinq ans d’aventure dans le ciel du Grand Nord
2817 of views

Certains emplois sont plus dangereux que d’autres. Les pilotes dans le Grand Nord prennent d’énormes risques à voler dans des conditions extrêmes. Dominique Prinet, lui, a survécu à de nombreux incidents qui ont mis en péril sa vie. Il les décrit dans ses mémoires, intitulées Pilote du bout du monde

J’ai pris connaissance du livre cet automne. Le 25 septembre, M. Prinet était l’invité du Centre de la langue française à l’Université de Lethbridge et il nous a fait part de ses péripéties captivantes.

Originaire de Paris, M. Prinet a vécu dans l’Arctique de 1967 à 1971. À la suite de sa présentation, je lui ai demandé ce qui l’avait poussé à venir au Canada.

Le pilote m’a répondu qu’il venait d’une vieille famille en France dont l’histoire remonte à 500 ans. Il a décrit sa famille comme sévère et académique. Jeune homme, il devait toujours être le premier à l’école. Il trouvait cette rigidité intolérable et a décidé de venir au Canada à l’âge de 28 ans, non par intérêt, mais par fuite.

Une vie dans les nuages

Dans le Grand Nord, l’aventurier dit avoir découvert l’ouverture d’esprit des Canadiens. Il souligne que cette liberté de pensée, en opposition à la rigidité qu’il avait connue en France, était ce dont il avait besoin.

Image
Photo : Dominique Liboiron Son livre est disponible en anglais et en français.

En revanche, son pays natal l’a bien préparé au climat rude de l’Arctique canadien. Né en 1939, il m’a expliqué que la France d’après-guerre était un pays de froid et de faim, imposant à ses citoyens des leçons de vie rudes. Cet héritage, M. Prinet en est convaincu, lui a inculqué la capacité de persister dans le Grand Nord, sans laquelle il ne serait pas en vie aujourd’hui.

M. Prinet a demandé que j’inclue un message aux jeunes qui se sentent désespérés ou qui manquent de direction. Il leur dit de ne pas avoir peur de tourner la page et de repartir avec enthousiasme comme il l’a fait dans l’Arctique. M. Prinet a répété « avec enthousiasme », ce qui laisse sous-entendre qu’il croit qu’un nouveau début est une question d’attitude.  

Après qu’il a gracieusement signé ma copie de son livre, j’ai commencé à le lire et j’y ai découvert un auteur qui sait voir et exprimer l’humour des situations au cours desquelles il a failli mourir. Voilà une habileté rare qui force l’admiration.

Un autre atout du livre, les photos. Elles sont splendides. M. Prinet les a prises avec un appareil photo Nikon, qu’il a soigneusement gardé au chaud, et du film à diapositive qui transmet des couleurs vives.

Au niveau des failles, le vocabulaire est de France, ce qui est tout à fait naturel, mais M. Prinet décrit des objets avec des mots qui ne s’emploient pas au Canada, tels que fût et péniche à la place de baril et barge.

De plus, j’aurais voulu qu’il nous décrive mieux sa croissance. Dans l’introduction, M. Prinet nous dit qu’il a acquis sa confiance en soi au Canada, mais une description plus profonde de son cheminement aurait été intéressante.  

Néanmoins, je suggère le livre. D’autant plus que Noël approche et Pilote du bout du monde serait un cadeau apprécié par ceux qui aiment lire au sujet du Grand Nord, de la survie ou de l’aviation.

Comments are only visible to subscribers.