Close

S'exprimer autrement
Cette chronique, en collaboration avec La Cité universitaire francophone,  offre des textes dont les auteurs ont en commun d’avoir choisi le français comme langue seconde.


 

Activités sportives ou artistiques: quand notre petit ne sait plus quoi choisir

Auteur: Sandra Hassan Farah /25 mai 2017/Catégories: Grandir, un jeu d'enfant, Petite enfance, 2017

Nous rêvons tous de voir notre enfant s’épanouir, se développer dans un sport ou une activité artistique. On ne décrira pas le bien-fondé que de tels loisirs apportent aux enfants tant ce sujet a été traité, décortiqué et largement étudié.

Cependant, même si nous restons persuadés que les activités sont bénéfiques pour nos enfants, nous nous retrouvons parfois confrontés a des enfants qui ne savent pas quoi choisir. Effectivement, il existe différents cas de figure d’enfants face au choix d’activités : ceux qui ne sont attirés par aucun loisir, ceux qui veulent tout faire, ceux qui savent depuis toujours ce qu’ils veulent pratiquer, ceux qui aiment un peu de tout mais avec parcimonie…. Et tant d’autres encore à l’image de la complexité humaine.

Même s’il nous semble obligatoire que notre enfant s’inscrive dans un cours de sport ou de création, il faut pouvoir imaginer et accepter que celui-ci ne semble attiré par rien en dehors de l’école et de la maison. Sans se résigner pour autant dans l’acceptation que c’est une cause perdue, il faut, me semble-t-il, entendre que son enfant trouve son échappatoire autrement. D’ailleurs, il n’y a pas meilleur refuge que de rentrer chez soi et profiter de ce que la maison offre… Cependant, à un moment donné, cela peut enfermer l’enfant dans une routine beaucoup trop maîtrisée qui ne laisse pas de place à la fantaisie et à la découverte.

Le loisir extérieur à l’école ou à la maison a le mérite d’apporter la nouveauté. Qu’il soit artistique ou sportif, le loisir a le même impact sur le développement psychologique de l’enfant : se retrouver confronté à une situation nouvelle où il faudra interagir avec autrui. Avant même de parler de bénéfices physiques ou créatifs, les activités permettent à l’enfant de se retrouver confronté à une situation inédite ou il devra adapter son comportement. Une fois que cette nouveauté devient commune, nous retrouverons tous les bénéfices largement décrits dans les innombrables études sur les bénéfices des activités de loisirs.

Enfin, qu’elle soit artistique ou sportive, l’activité doit rester un plaisir pour l’enfant, en aucune manière cela ne doit se traduire en contrainte.

Pour les enfants qui ont du mal à faire leur choix, pourquoi pas leur faire découvrir un grand nombre de loisirs. À un moment donné, il se fixera sur une activité, ou pas… Mais comme je le dis déjà, un cours de sport extérieur à l’école n’est en rien obligatoire. C’est un plus indéniable pour les enfants qui s’épanouissent dedans, mais ce n’est pas vital !

Pour résumer, ne nous mettons pas la pression de l’inscription obligatoire de notre enfant dans une activité. Profitons de ce moment pour lui parler de nos passions et pour lui faire partager nos souvenirs d’enfance lorsque nous portions un tutu ou jouions au soccer…

Cela peut parfois aider notre enfant dans son choix de loisir !

Imprimer

Nombre de vues (2604)/Commentaires ()

Comments are only visible to subscribers.

Back To Top