Close

en quelques mots

 

 

Le temps qui passe…
Michel Vézina

Le temps qui passe…

Le temps qui passe…

Depuis le début de ce qu’on appelle l’humanité, on observe le temps, on s’interroge sur celui-ci, on le mesure plus ou moins exactement.

Les premiers humains se sont probablement vite rendu compte qu’une journée s’étendait du lever du soleil à son coucher. Et, que la nuit, on voyait un astre très lumineux voyager dans le ciel étoilé, la lune. 

Puis, au fur et à mesure que les connaissances ont évolué, que les instruments se sont perfectionnés, on a constaté que la Terre n’était pas plate mais ronde, puis que ce n’était pas le soleil qui tournait autour de la Terre mais bien l’inverse, que celle-ci décrivait plutôt une ellipse qu’une courbe parfaite, qu’il y avait d’autres planètes, puis d’autres systèmes solaires, et on a même pu évaluer le « big bang », ce qu’on croit être le début de l’univers.

La Terre tourne sur elle-même en 24 heures et autour du soleil en une année. Pourtant, certaines années ne semblent pas s’écouler si vite : 2020 et sa pandémie nous ont semblé une éternité avec ses hauts et ses bas, ses confinements, ses restrictions, ses malades et malheureusement ses morts.

Graduellement, les pays passent d’une année à l’autre au fur et à mesure que la Terre tourne et que les fuseaux horaires défilent. Ce sont généralement des manifestations culturelles et beaucoup de feux d’artifice qui accueillent la nouvelle année. 2021 a été accueillie plutôt de façon tranquille.

Mais dans ce temps qui se déroule, avez-vous remarqué comme le temps semble long à s’écouler quand on est jeune et qu’il file à une allure vertigineuse plus on vieillit ?

Personnellement, je n’ai pas vu passer 2020 malgré tous les inconvénients qu’a causés la COVID-19. Et je n’ai pas l’impression que 2021 sera plus lente. Que nous réservent les prochains mois ? 

On ne peut mettre de côté la pandémie mais, bonne nouvelle, la vaccination a commencé. L’actualité nous ramènera son lot de crises de toutes sortes, une forte possibilité d’élections au niveau fédéral, bien des perturbations de toutes sortes aux États-Unis et dans les autres pays, des changements climatiques perturbateurs, des poussées pour améliorer l’environnement, des changements scientifiques, etc.

Si d’autres civilisations nous observent de leur planète, ils doivent bien se demander quelles sortes de bibittes nous sommes. Nous sommes ce que nous sommes et on ne peut que se souhaiter dans ce monde de changements de plus en plus rapides la santé, la paix, le bonheur, le plaisir d’être avec nos familles et nos ami.e.s, et de l’optimisme dans l’humanité. Ce que je nous souhaite

Imprimer
7364

Comments are only visible to subscribers.

Index - En quelques mots

Previous Next
Back To Top