Close

Bonjour Saskatchewan

Politique
S’affranchir du regard des autres
Leslie Diaz
/ Categories: Chroniques, Le 7e art

S’affranchir du regard des autres

Conte d’une grossophobie ordinaire est un documentaire réalisé par la cinéaste d’origine haïtienne Josiane Blanc et produit par l’Office national du film du Canada (ONF). Sorti en 2019, le court métrage donne la parole à de jeunes femmes ayant été victimes de discrimination et d’intimidation à cause de leur corps.

Réalisatrice et productrice engagée, Josiane Blanc scénarise, réalise et coproduit en 2021 Ainsi va Manu, une websérie de sept épisodes pour TV5 et TFO. La même année, l’artiste produit et anime le balado Forts et libres portant sur l’histoire des Noirs.

Avec Conte dune grossophobie ordinaire, Josiane Blanc pose la question des répercussions psychologiques de la discrimination et de l’intimidation à travers le témoignage d’adolescentes ayant été en situation de surpoids.

Image
Contes d’une grossophobie ordinaire est accessible gratuitement sur le site de l’Office national du film (ONF). Crédit : Site de l’ONF

Le documentaire se veut artistique puisqu’on ne découvre ces récits que par la bande sonore et les formes abstraites dans l’image. Choix artistique intéressant et pertinent, les illustrations ont été faites par Emanuelle Dufour, conseillère pédagogique en équité, diversité et inclusion.

Non sans rappeler le célèbre test psychologique de Rorschach, les illustrations sont des taches d’encre prenant peu à peu la forme des récits racontés. Des silhouettes minces, plus grandes, plus larges, des rires moqueurs, des dents pointues et des regards inquisiteurs se dessinent au cœur de ces taches grisâtres et menaçantes. Pas de couleurs, seulement du ton sur ton avec un trait noir et fin qui vient définir quelques formes au cœur de la planche à dessin.

Pas le temps de s’ennuyer, car les dessins changent rapidement au fil des témoignages invitant le spectateur à se focaliser sur l’écoute plutôt que l’analyse.

On y découvre des adolescentes brisées par la violence des mots et des comportements. Elles nous dévoilent leur mépris et leur colère depuis l’enfance, les ayant amenées à se haïr physiquement et intérieurement. Certaines évoquent même avoir connu des épisodes de détresse profonde allant jusqu’à penser au suicide. Des récits touchants et déchirants.

Conte d’une grossophobie ordinaire décomplexe et déboulonne une forme de discrimination, tout en saluant la résilience et la force de continuer à vivre dans une société où les pairs s’improvisent bourreaux et instaurateurs de standards.

Bien que les questions du racisme et du sexisme soient de plus en plus abordées dans le milieu scolaire, la grossophobie, elle, reste méconnue. Voilà pourquoi ce film pourrait être un formidable outil pédagogique pour les enseignants et pour les familles. Une façon artistique et ludique de s’informer et de s’éduquer en seulement 24 minutes.

Print
3312

Leslie DiazLeslie Diaz

Other posts by Leslie Diaz
Contact author
Comments are only visible to subscribers.

Contact author

x
Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top