Skip Navigation

Les élèves fransaskois excellent malgré les défis d’infrastructures

Les élèves fransaskois excellent malgré les défis d’infrastructures
2254 of views

Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) a publié son rapport annuel 2022-2023. L’occasion pour L’Eau vive de revenir sur les points saillants de cette période, ainsi que sur les priorités et défis du réseau des écoles francophones de la province.

Le système scolaire fransaskois fête bientôt ses 30 ans. Fondé en 1995 après de nombreuses années de lutte acharnée, ce système qui se voulait au départ un rempart de la minorité francophone contre l’assimilation est devenu un champion du bilinguisme dans la province.

Mieux encore, ses élèves s’en sortent mieux que ceux de la majorité selon les données du dernier rapport publié par le CÉF. En outre, les effectifs ne cessent d’augmenter.

Des élèves bilingues

Indicateur important de la réussite scolaire, le taux de diplomation des élèves fransaskois de la 12e année en trois ans a atteint 94 % en 2022-2023, contre 79 % pour les élèves de la province.

Autrement dit, la quasi-totalité des élèves du réseau des écoles francophones de la province obtiennent leur diplôme de 12e année en temps voulu.

Autre indicateur crucial : le pourcentage d’élèves ayant terminé leur 12e année en moins de cinq ans durant la même période. Là encore, 96 % des Fransaskois obtiennent leur diplôme en moins de cinq ans, contre 86 % pour les autres.

Une belle performance lorsqu’on sait que les élèves fransaskois doivent composer avec des exigences linguistiques particulières.

« C’est un constat de succès et de réussite », se félicite André Messier, directeur général adjoint à l’éducation du CÉF.

Image
André Messier, directeur général adjoint à l’éducation du CÉF Crédit : Courtoisie

Et d’ajouter : « Les équipes-écoles sont tellement dévouées pour la réussite des élèves dans des éléments du quotidien qui font toute la différence, à savoir la bienveillance, les attentes élevées pour la réussite scolaire et la qualité de l’encadrement et de la relation humaine. »

Le numéro deux du CÉF se réjouit ainsi de voir que ses élèves réussissent en maîtrisant les deux langues officielles du pays.

Des besoins croissants

Pour consolider ces performances, André Messier souligne les priorités du conseil scolaire : la lecture, la santé mentale, le bien-être des élèves et la construction identitaire.

Par ailleurs, les effectifs scolaires du CÉF sont en croissance continue avec une avancée notable en septembre 2022. Toujours selon le rapport annuel, les effectifs de la prématernelle à la 12e année ont augmenté de 5,81 % en 2022-2023, contre 0,7 % en 2021-2022.

L’effectif actuel frôle ainsi les 2 000 étudiants, un chiffre encore bien en dessous du nombre d’ayants droit estimé à 16 000 en Saskatchewan.

La capacité du CÉF à attirer et intégrer de nouveaux élèves donne un autre argument fort pour davantage d’investissements dans de nouvelles écoles et infrastructures adéquates.

À ce sujet, le rapport annuel fait état d’un investissement de plus de 6 millions de dollars, dont 5,6 millions pour la nouvelle école élémentaire de Regina.

L’investissement dans l’entretien des infrastructures déjà existantes a totalisé, lui, environ un demi-million de dollars en 2022-2023. Une somme qui comprend des rénovations majeures dans les deux écoles de Gravelbourg, ainsi que des travaux d’évaluation de la toiture de plusieurs écoles.

« L’investissement dans de nouvelles infrastructures et dans la maintenance des infrastructures existantes est une priorité du conseil, car nos écoles ne sont pas que des bâtiments, mais des milieux de vie tellement importants », avance Abdoulaye Yoh, directeur administratif du CÉF. 

Image
Abdoulaye Yoh, directeur administratif du CÉF Crédit : Courtoisie

La nouvelle école de Regina

Interrogé sur l’état de l’avancement de la nouvelle école de Regina, Abdoulaye Yoh précise que celle-ci sera livrée en octobre 2024 et prête à accueillir les élèves en janvier 2025.

« Les travaux de construction de la toute première nouvelle école francophone tant attendue à Regina avancent à grands pas », affirme-t-il.

Pour preuve, une délégation du Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP) a visité le chantier de construction et s’est dite « ravie du travail déjà effectué », peut-on lire dans une publication sur Facebook par ce même collectif en date du 13 février.

Image
Le site de la construction de la nouvelle école de Regina Crédit : Courtoisie du CPIP

Concernant les deux nouvelles écoles attendues à Saskatoon et Prince Albert, les travaux tardent à voir le bout du tunnel. « Nous espérons que l’annonce du prochain budget provincial apportera de bonnes nouvelles », confie le directeur administratif du CÉF.

S’agissant des problèmes de toiture au Pavillon élémentaire Monique Rousseau de l’École canadienne-française de Saskatoon, Abdoulaye Yoh indique que les travaux sont terminés.

Très attendue par la communauté fransaskoise, la livraison des écoles à Saskatoon et Prince Albert ne se fera pas avant au moins 4 ou 5 années, précise le responsable en se basant sur le cas de la nouvelle école de Regina.

Le rapport annuel 2022-2023 du Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) peut être consulté sur le site web du conseil scolaire.