Skip Navigation

Belles prises à Moose Jaw

3528 of views

Un petit village de pêche s’est implanté au beau milieu du lac Buffalo Pound le 18 février à l’occasion du tournoi annuel de pêche sur glace de l’Association communautaire fransaskoise de Moose Jaw (ACFMJ). C’est le jeune Tarek Sobabi, étudiant à l’école Ducharme, qui a remporté la première place pour avoir pêché le plus long poisson avec un brochet de 85 cm.

« Je suis vraiment fier », s’est exclamé Tarek Sobabi à l’annonce de sa victoire. Parmi les prix pour les gagnants du tournoi figuraient des abris de pêche portatifs de la marque Cabela’s, des brimbales, ces potences installées au-dessus du trou dans la glace indiquant une touche avec le lever d’un drapeau, une friteuse et un seau à pêche.

« Il y a un poisson qui avait mordu, mais finalement il est parti », regrette Emma Mendes, élève en 4e année à l’école Ducharme de Moose Jaw qui a terminé quatrième au concours, remportant le prix de la participation, de l’engagement et de l’encouragement. « J’aime beaucoup pêcher, même s’il fait un peu froid ! »

Bernard Wenga, directeur de l’ACFMJ, se dit satisfait du déroulement de l’activité : « Nous avons eu 37 personnes inscrites, c’est le premier tournoi depuis 2019 », précise-t-il. Un dîner barbecue était aussi offert aux participants.

Todd Smith, enseignant à l’école Ducharme, était sur place à titre de guide. « Dans ce lac, on pêche pour du grand brochet, du doré, de la perchaude, de la lotte, explique-t-il. On pêche avec de l’éperlan pour le grand brochet et pour les autres sortes de poissons on se sert de demi-ménés ou de petits vers. »

Les manières de pratiquer le sport diffèrent d’un participant à l’autre. « On pêche à la ligne, poursuit l’amateur, mais on peut aussi pêcher avec un tip-up qu’on appelle aussi brimbale. On a le droit à deux brimbales par personne et on doit rester à un maximum de 30 mètres autour. »

Briser la glace

« Ici, la glace a une épaisseur d’environ un mètre », précise Todd Smith. Selon ce dernier, il est possible de s’aventurer sur les lacs gelés dès que la glace a une épaisseur d’au moins 10 cm, soit 4 pouces.

Bien que ce sport ne semble pas exiger beaucoup de préparation à première vue, il en est tout autre en pratique : « Il faut une tarière [pour percer les trous], détaille le pêcheur. Beaucoup de gens utilisent maintenant les tarières électriques. » Sans oublier, bien sûr, la canne à pêche et les appâts, « la base de l’équipement ».

En outre, les adeptes de la pêche sur glace se munissent souvent d’un grand traîneau afin de transporter leur attirail, un abri, un radiateur au propane pour chauffer l’abri, une chaise pliable, un seau pour y déposer les prises, une boîte à pêche, une écumoire, le tout accompagné d’un permis de pêche. Les plus motivés possèdent même des sonars et GPS pour traquer leurs prises.