Background Color:
 
Background Pattern:
Reset
Tuesday, November 20, 2018
Menu
Éducation
Éducation

Contact

Coopérative des publications fransaskoises
210 – 1440, 9e Avenue Nord
Regina (Saskatchewan) S4R 8B1
Tél. 306-347-0481
Téléc. 306-565-3450
www.leau-vive.ca/cpf

Départements

Social

Suivez-nous

 - Tuesday 20 November 2018

Transport scolaire : l’inquiétude des parents

Autobus solaire
REGINA - Depuis le 17 août, le Conseil des écoles fransaskoises a commencé la diffusion d’un communiqué  annonçant des réductions du transport des élèves de Regina et Saskatoon inscrits dans ses écoles. Une mesure qui inquiète certaines familles. 

« Nous sommes en Saskatchewan. Nous ne pouvons pas laisser marcher les enfants en hiver ! » À deux semaines de la rentrée scolaire, le communiqué du CEF a fait l’effet d’une bien mauvaise surprise pour cette mère de famille souhaitant garder l’anonymat.

Le 17 août, le CEF a annoncé une baisse du service de transport pour les enfants scolarisés dans les écoles fransaskoises de Regina et Saskatoon.

Désormais « seuls les élèves résidant à l’extérieur d’un rayon de 1 kilomètre de l’école pourront bénéficier du service de transport […] Le service procédera à l’embarquement des élèves à partir de points centralisés ou désignés », explique le texte. Le CEF a donc décidé de supprimer les bus pour les élèves habitant plus près. Quant au porte à porte, il n’est maintenu que pour les maternelles, et prématernelles sous certaines conditions.

Les enfants qui pourront bénéficier des bus devront ainsi se rendre sur les sites de ramassage par leurs propres moyens. Le texte précise d’ailleurs que « les élèves éligibles doivent parcourir une distance allant jusqu’à 500 mètres de leur foyer pour se rendre au point d’embarquement ou de retour en fin de journée scolaire. » 

A la dernière minute

« Ce n'est pas pratique et de plus, je ne possède pas de voiture », a réagi la mère de famille interrogée samedi. Toutefois, sans cacher son désaccord avec la décision du CEF, la Fransaskoise n’était pas encore sûre d’être directement concernée par les restrictions.

En effet, samedi, elle n'avait toujours pas reçu la lettre du CEF. C’est en allant consulter le site internet de l’organisme jeudi qu’elle a découvert l’annonce. « C'est souvent comme ça. Nous sommes prévenus à la dernière minute et nous ne pouvons plus rien faire. Nous devrions être informés suffisamment tôt », a-t-elle déploré. 

Le CEF contraint et forcé

Du côté du CEF, Claude-Jean Harel coordonnateur des communications, reconnait qu’il s’agit d’un « changement significatif et inédit pour l’organisme », mais que le Conseil n’avait pas vraiment le choix. « Nous sommes contraints, au vue de notre situation financière. Le système antérieur constituait déjà un grand défi, car nous réalisions des trajets excédant notre limite de 60 minutes », explique-t-il. Quant aux parents sans voitures, aux enfants devant marcher pour rejoindre les arrêts de bus, Claude-Jean Harel reconnait que la situation « est loin d’être idéale même si elle existe déjà dans d’autres conseils scolaires de la province. Si les parents ont des questions ils peuvent nous contacter, mais nous ne pouvons pas commenter les cas individuels », indique-t-il. 

Inscription en école d’immersion

La décision du CEF pourrait en tout cas entraîner des conséquences sur la fréquentation des établissements fransaskois. « Je vais inscrire mes enfants dans une autre école si la situation ne change pas. Ce n’est pas une décision facile mais j'y pense », a conclu la jeune mère de deux enfants âgés de 4 et 8 ans. 

Son cas n’est pas isolé. Interrogé dimanche, Jean-Marie Allard a réagi au nom d'une dizaine de parents ayant déjà inscrit leurs enfants dans des écoles d'immersion suite au courrier du CEF. « C'est très déplorable pour la communauté », a-t-il expliqué. Selon lui, « chaque enfant inscrit au CEF rapporte entre 19 000 et 20 000 $. C'est donc presque 200 000$ que l’organisation vient de perdre cette semaine. Les écoles d'immersion, situées à proximité de ces familles, ne vont pas se gêner pour accueillir de nouveaux élèves à la dernière minute », croit savoir Jean-Marie Allard, dépité.

Au-delà de la question monétaire, M. Allard se dit assez inquiet pour les francophones. « Ces familles ne vont plus s'intégrer et participer aux activités de la communauté. »

Print
4281

Comments are only visible to subscribers.

Conseil des écoles fransaskoises

Nouvelles du CÉF

LE CÉF ANNONCE DEUX NOMINATIONS AU SEIN DE L’ÉQUIPE ADMINISTRATIVE

Regina, le 13 novembre 2018 – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) annonce deux nominations en vue de renforcer les capacités en démarchage stratégique du système éducatif fransaskois. Le Coordonnateur des communications du CÉF, Claude-Jean...
Tuesday, November 13, 2018/Author: Conseil des écoles fransaskoises/

Les lendemains du CSF - Séance du 4 octobre 2018

Faits saillants de la réunion de la séance d’organisation et de la séance régulière du Conseil scolaire fransaskois tenue à Saskatoon le 4 octobre 2018.
Monday, November 12, 2018/Author: Conseil des écoles fransaskoises/

Jour du souvenir

Nous nous sommes souvenus... C'est avec l'engagement de chacun de nos élèves que nous avons pu vivre une très belle cérémonie pour le Jour du Souvenir à notre école. Nous avons eu le privilège de recevoir un vétéran, le Caporal Fraser Inglis et...
Monday, November 12, 2018/Author: Conseil des écoles fransaskoises/
12345678910Last

Le CEF sur Facebook