Close

La dégénérescence des produits

L'obsolescense programmée

Une décharge
Obsolescense programmée et pollution vont souvent de pair.

Image

Avez-vous déjà remarqué que les produits d’aujourd’hui n’ont pas la même qualité ou ne durent pas aussi longtemps que ceux de vos grands-parents ? Ce phénomène porte un nom et il affecte tout le monde : c’est l’obsolescence programmée.

Le but de l’obsolescence programmée est de créer des emplois, un marché plus compétitif et une économie plus stable. Toutefois, ces avantages s’accompagnent de conséquences multiples : ils mènent à la surconsommation, à l’accumulation des déchets et à l’épuisement des ressources.

Une pollution nocive pour la santé

Même après la Grande Dépression, cette idée est restée puisque les compagnies trouvaient que cette démarche était très profitable. Les compagnies qui ont adopté le concept ont ainsi augmenté leur production. Néanmoins, en conséquence, les produits de consommation ne pouvaient pas tous être recyclés, surtout les appareils électroniques. Aux États-Unis, 9,4 millions de tonnes d’appareils électroniques sont jetées chaque année, dont seulement 12,5 % sont recyclées (Source : https://earth911.com).

Mondialement, de 20 à 50 millions de tonnes de déchets d’appareils électroniques sont jetées chaque année et ce nombre augmentera de 33 % dans les quatre prochaines années (Source : https://ourworld.unu.edu).

Le nombre de déchets engendrés par l’obsolescence programmée est important et ils comportent des risques pour l’être humain. La majorité d’entre eux contiennent des métaux toxiques comme du plomb, du cadmium, du mercure, du chrome hexavalent, du PVC et des retardateurs de flammes bromés (des molécules synthétiques à base de pétrole). Certains de ces métaux peuvent même causer des déficiences mentales chez les jeunes enfants (Source : https://www.greenpeace.org).

Une logique économique néfaste ?

De plus, la dépréciation planifiée a aussi un grand effet sur le portefeuille de l’acheteur moyen. En 1925 est créé le Phoebus Cartel. Composé de plusieurs compagnies, notamment Philips, Osram et General Electric, il avait pour but de limiter la durabilité des lampes à seulement 1 000 heures. Depuis cette époque, beaucoup d’avancements technologiques ont été accomplis, mais le principe est resté le même : Réduire la qualité des produits pour que le consommateur dépense plus.

Image

Cette logique suit la loi du marché de l’offre et la demande. Autrement dit, les gérants des compagnies peuvent facilement profiter de la grande demande pour des produits de base qui sont nécessaires au consommateur.

L’obsolescence programmée est surtout un problème dans les pays plus développés. « Alors qu’ils ne représentent que 12 % de la population mondiale, les gens qui vivent en Amérique du Nord, ainsi qu’en Europe, représentent 60 % des dépenses privées (envers la consommation des produits). » (Source : https://www.greenlivingtips.com)

Dans ces pays, les producteurs forment un « oligopole », qui est très efficace pour canaliser la surconsommation.

En conclusion, il serait raisonnable de dire que la désuétude planifiée est une technique nocive pour l’environnement et les consommateurs. L’action de diminuer la qualité des produits crée des emplois et un marché stable sur le court terme, mais à long terme il crée des déchets toxiques qui sont difficiles à sortir de l’écosystème.

Si nous voulons moderniser la société, devons-nous nous débarrasser des vieux appareils pour créer une société moderne, ou cette idée est-elle simplement un stratagème pour enrichir les corporations ?

Previous Article SENA : Une participation francophone modeste
Next Article Le revenu de base garanti se faufile dans la campagne électorale
Print
9622

Theme picker

Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan

Le CCS sur Facebook

Nouvelles du CÉCS

Communiqué FDEFO : 21 septembre 2020

Les quatre Organismes francophones à vocation économique (OFVE) de l’Ouest canadien  (Conseil de développement économique de l’Alberta – CDEA,  Société de développement économique de la Colombie-Britannique – SDECB,  Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba – CDEM et Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan – CÉCS) sont heureux d’annoncer les projets qui ont été retenus pour recevoir un...
Monday, September 21, 2020/Author: Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan/

73e AGA virtuelle du CÉCS

Nous vous invitons à participer à la 73e AGA du CÉCS le mardi 15 septembre à 19h (heure de la SK). Cette année, à cause de la situation COVID-19, la réunion se tiendra en ligne via une conférence Zoom. Inscriptions : Manon Guy manon.guy@cecs-sk.ca 306.566.6000, poste 104 Date limite pour les inscriptions : 13 septembre 2020 The post 73e AGA virtuelle du CÉCS appeared first on CÉCS.
Wednesday, August 26, 2020/Author: Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan/

73e AGA virtuelle du CÉCS

Nous vous invitons à participer à la 73e AGA du CÉCS le mardi 15 septembre à 19h (heure de la SK). Cette année, à cause de la situation COVID-19, la réunion se tiendra en ligne via une conférence Zoom. Inscriptions : Manon Guy manon.guy@cecs-sk.ca 306.566.6000, poste 104 Date limite pour les inscriptions : 13 septembre 2020 The post 73e AGA virtuelle du CÉCS appeared first on CÉCS.
Wednesday, August 26, 2020/Author: Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan/
RSS
1345678910Last

Theme picker

Actualité économique

La pandémie accroit-elle les inégalités économiques au Canada? La pandémie accroit-elle les inégalités économiques au Canada?

La pandémie accroit-elle les inégalités économiques au Canada?

1679

FRANCOPRESSE – On pourrait penser que la crise provoquée par la pandémie contribue à la croissance des inégalités économiques. L’équation n’est toutefois pas aussi simple qu’elle ne le parait de prime abord.

La COVID-19 fera-t-elle bondir les prix des aliments? La COVID-19 fera-t-elle bondir les prix des aliments?

La COVID-19 fera-t-elle bondir les prix des aliments?

FRANCOPRESSE – Quels seront les effets à moyen et long terme de la crise de la COVID-19 sur les prix des aliments? Même les experts ont de...
4672
La fransaskoisie adopte le télétravail La fransaskoisie adopte le télétravail

La fransaskoisie adopte le télétravail

Entre les projets qui s’annulent et ceux qui doivent continuer, les rapports de fin d’année fiscale et les réunions virtuelles,...
4348
Vers un circuit touristique francophone en Saskatchewan Vers un circuit touristique francophone en Saskatchewan

Vers un circuit touristique francophone en Saskatchewan

Depuis leur adhésion au Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique (RVFFA), les villes de Prince Albert et Saskatoon...
4005
La Saskatchewan accueille son premier économusée La Saskatchewan accueille son premier économusée

La Saskatchewan accueille son premier économusée

LUMSDEN - Le 17 septembre, le premier économusée de la province a ouvert ses portes à Lumsden sur le site enchanteur des vergers Over the...
6305
RSS
1345678910Last

Theme picker

Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top