Close

Coup d'oeil sur le monde

Batoche, comme si vous y étiez

"Encountering Riel" de David Orr

"Encountering Riel" de David Orr

« You can’t be a judge in Saskatchewan without being conscious of some of the racism and trouble that exists, and I just became increasingly convinced that the story of the Riel resistance is not only and entertaining story, but it’s one that people ought to look at, and they don’t.» David D. Orr

Le 14 octobre dernier, à Regina, lors d’un symposium à l’occasion du 50e anniversaire de la production « The Trial of Louis Riel », une demi-douzaine de conférenciers ont présenté diverses perspectives de l’histoire des Métis. Parmi eux se trouvait le juge à la retraite David D. Orr, l’auteur de Encountering Riel.

Monsieur Orr s’est d’abord intéressé à Riel et la rébellion lorsqu’il a découvert que le vieux Métis qui était l’ami de son père était le frère cadet de Tom Hourie, l’éclaireur métis du général Middleton, auquel Riel s’est rendu. Puis, au cours de son mandat en tant que juge de la Cour provinciale en Saskatchewan, il devint convaincu que comprendre Riel et la résistance des Métis était essentiel à la compréhension du Canada d’aujourd’hui. « If you look at the mess I believe we’re in with indigenous people in this country, where they don’t have their rights and there’s racism and bigotry, you can trace back so much of it to the rebellion ».

Encountering Riel est raconté  à la première personne par le principal protagoniste, Willie Lorimer, frêle jeune homme qui étudie la poésie à l’Université de Toronto. N’ayant jamais pensé à démissionner de sa commission militaire dans un régiment de milice universitaire dissout, il est appelé à combattre la rébellion. Pour tout entraînement militaire, il a appris à... saluer, à l’instar de plusieurs de ses compagnons d’armes.

Deux personnages gravitent autour de lui. Le capitaine Roley Collison, petit marchand de tissus, charismatique, celui qui encaisse le plus durement ce qu’il voit et qui ne reviendra pas de cette guerre. Et Arthur Howard, un Américain, vétéran de nombreuses escarmouches frontalières, qui s’est joint à l’expédition pour assurer le bon fonctionnement de la nouvelle et très efficace mitraillette Gatling. Il est souvent le seul à vraiment comprendre ce qui se passe et les enjeux du conflit. C’est à travers lui que le lecteur apprend l’histoire des Métis, et que l’auteur communique son admiration pour ce peuple qu’il décrit comme un amalgame « du meilleur des Autochtones et du meilleur des Européens ».

L’histoire se déroule sur les champs de bataille, d’abord à Fish Creek, puis à Batoche. Les descriptions sont telles qu’on croirait que l’auteur y était, carnet de notes à la main. Il nous présente les Métis comme étant de bien meilleurs combattants que l’armée, rusés, cavaliers incomparables. Le portrait qu’il dresse de Gabriel Dumont est celui d’un général dont les compétences surpassent de loin celles d’un général Middleton effrayé, indécis, dépassé. Ce n’est pas le manque de courage ou l’infériorité numérique qui seraient à l’origine de la défaite des Métis, mais la pénurie de munitions qui viennent à manquer. Et ils n’ont ni canons, ni mitraillette Gatling. Et puis, Riel, viscéralement contre la violence, oppose un « non » systématique aux plans militaires de Dumont.

Il n’y a ni bons ni méchants dans ce roman. Et c’est ce qui en fait la force. Orr décrit les soldats comme des hommes qui croyaient naïvement qu’ils se battaient pour le Canada et les Métis comme des hommes qui luttaient pour préserver leur mode de vie.

Au départ, les soldats croient en la cause pour laquelle ils se battent. Mais l’horreur de leur guerre et la rencontre de Riel feront en sorte qu’ils remettront en question le bien-fondé de leur mission. Lorsque Riel accepte de recevoir, dans la tente où il est prisonnier, Willie et Roley, ceux-ci sont ébranlés par ce qu’ils apprennent, par l’histoire d’un peuple à qui le gouvernement canadien a volé terres et droits.

Pour l’auteur, l’histoire de Riel est celle d’une opportunité tragiquement manquée, l’histoire d’un homme qui aurait pu être un grand chef d’état, l’homme qui voulait intégrer les Métis et les Premières Nations dans le Canada.

On ne peut qu’espérer voir ce livre traduit en français et, pourquoi pas, porté au grand écran. Comme le dit l’auteur, si cette histoire était américaine, il y a belle lurette qu’on en aurait fait un film.

Encountering Riel de David D. Orr, Stonehouse Publishing, 2017

Print
3462

Comments are only visible to subscribers.

Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top