Close

Horizons - chronique littéraire du Cercle des écrivains de la Saskatchewan

Jean-Marie Michaud

Extrait de RAPPELLE TOI !

Une pièce de théâtre en cours d’écriture

Scène de l’arrivée au restaurant-terminus

Mai 2016, en début d’après-midi, à Métabetchouan au Lac Saint-Jean (QC). Après des années d’absence, Jean – début soixantaine – vient d’arriver en autocar dans son village natal pour une courte visite. Réveillé en sursaut à la fin de la scène précédente, il s’installe au comptoir avec son bagage. Un hochement de la tête suffit et la serveuse approche avec sa carafe. L’accent du « Lac » est présent à différents degrés chez les personnages. (Un « j » est souvent prononcé en « h » aspiré. L’orthographe inventée en suggère la prononciation.)

LA SERVEUSE (à elle-même, amusée) Tiens..., encore un qui dort encore...

JEAN Bonjour mademoiselle. On a l’air de bonne humeur à Métabet après-midi...

LA SERVEUSE Ah... Tou’jhours... Vous venez de par icitte vous lâ–lâ...

JEAN Comment ça ?

LA SERVEUSE Bin... Vous dites « Métabet »... Les visiteurs, y disent tou’jhours « Mé, – ta, – bet, – chouan » eux autres.

JEAN C’est vrai, Métabet c’est plus court. Mais..., Métabetchouan, c’est beau pareil. C’est comme le nom d’un village au bout du monde.

LA SERVEUSE (enthousiaste) Avec l’autoroute dans l' « Parc »... C’est moins pire vous savez...

Elle verse une tasse de café à Jean, à ras bord.

JEAN Oh boy... Vous voulez me réveiller.

LA SERVEUSE On dirait que vous en avez besoin... (un temps) C’est quoi vot’ ti-nom ?

JEAN Lafontaine. Jean Lafontaine.

LA SERVEUSE Lafontaine... (un temps) J’en connais pas dans le coin. Désolé.

JEAN On a quitté le village il y a longtemps. Ça s’appelait encore St-‘Hérôme...

LA SERVEUSE St-‘Hérôme...! (amusée) Tiens... Votre accent du « Lac » vous revient tout d’un coup.

JEAN Ça se perd pas hamais complètement...

Ils rient légèrement.

JEAN J’ai grandi derrière un comptoir comme vous là. Mon père avait un restaurant à côté du couvent... Jusse en face du rond point.

LA SERVEUSE Ahh... Y’a pu de restaurant là asteure.

JEAN Ni de couvent non plus...

LA SERVEUSE Hé oui... Vous arrivez d’où là, comme ça ?

JEAN De Saskatoon... J’habite dans l’Ouest.

LA SERVEUSE Saskatoon !? En Saskatchewan comme dans ‘chanson...

JEAN La chanson...?

LA SERVEUSE (chante) « Sas-kat-chewaaann.... »

JEAN (chante) « Tu m’as pris ma femme... » (très léger rire) On la connaît celle-là. Sauf que les cowboy’..., ‘sont pas à Regina. ‘Sont en Alberta.

LA SERVEUSE Ah bon ! Mais Saskatoon là... C’est tu bin loin de Regina ?

JEAN À peu près deux heures en auto.

LA SERVEUSE À travers des champs de blé ?

JEAN (amusé) Ahh... C’est pas les Laurentides, c’est sûr... Mais, y’a pas seulement du blé... Comme au Lac, y’a pas jusse des bleuets...

LA SERVEUSE Ah oui ? Vous aimez-tu ça là-bas ?

JEAN Beaucoup... Les Prairies, c’est magnifique ! À vol d’oiseau, c’est comme une grande courtepointe, avec un ciel immense... « The land of the living sky », comme y disent.

LA SERVEUSE (amusée) « De laine » de quoi ?

JEAN Oh ‘scusez... « The land..., of the living sky ». C’est, heu... (admiratif) Le pays... des grands ciels changeants !

LA SERVEUSE Hé bin...! En tout cas, vous êtes bin chanceux d’être bilingue.

JEAN Ça vient tu seul quand on est dedans vous savez... (ironique) Pour les francophones surtout... (rire) Mais c’t’un vrai beau coin de pays pour un artiste.

LA SERVEUSE Vous dessinez ?

JEAN (amusé) Ça m’arrive...

Elle lui tend une serviette en papier avec son stylo.

LA SERVEUSE Faites don’ mon portrait pour voir...

JEAN (légèrement surpris) Bin... (un court temps) Okay, bougez pas...

Après un seconde d’hésitation, Jean gribouille un rapide croquis.

JEAN Mon médium, vous savez, c’est beaucoup plus la peinture. Les paysages surtout... (un temps) Voilà !

Il lui tend son croquis. Elle l’examine en diagonale.

LA SERVEUSE Merci. (intriguée) Ç’est pas pire mais..., ça me ressemble pas tellement.

JEAN (léger rire) C’est bien vous pourtant.

LA SERVEUSE (moqueuse) Vous devez être fatiqué de votre voyage. (léger rire)

JEAN (rire léger) Un ti-peu... (un temps) J’espère que c’est tranquille dans le village à L’auberge Lamy.

LA SERVEUSE Ça devrait, c’est lundi. Ça grouillerait pas mal plusse en juillet. (un court temps) J’veux pas être indiscrète là, mais... Qu’est-ce qui vous ramène dans 'région ?

Il retire de sa poche poitrine le petit calepin noir de monsieur Pit pour le lui montrer.

JEAN C’est un rendez-vous ! Un « vieux » rendez-vous... (un temps) Ça remonte à l’été ’66... J’ai retrouvé c’ti calepin-là la semaine passée en faisant le grand ménage.

NOIR


Previous Article Pleurs d’un barrage
Next Article Le labyrinthe
Print
4063

Comments are only visible to subscribers.

Terms Of UsePrivacy StatementCopyright 2014 par L'Eau vive
Back To Top